L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu
Unsplash: Nyana Stoica

Autisme: les signes à surveiller de 0 à 24 mois

L'autisme est un trouble complexe et multiforme que seul un médecin qualifié pourra diagnostiquer. Cependant, certains signes doivent vous mettre la puce à l'oreille, et ce, dès le plus jeune âge de bébé.

L’autisme fait partie de la famille des Troubles du Spectre Autistique, communément appelés TSA. Les caractéristiques de l’autisme sont multiples et parfois difficiles à identifier. Ce trouble garde d’ailleurs une grande part de mystère pour les professionnels de la santé. Cependant, il est possible d’en dégager trois signes principaux:

  • Les troubles des interactions sociales
  • Les troubles de la communication verbale et non verbale
  • Les comportements stéréotypés et répétitifs

Notez que les TSA se manifestent aussi par des troubles cognitifs, du langage, de la motricité ou des capacités d’adaptation, et qu’ils sont présents à des degrés variables d’un enfant à l’autre.

Des signes précoces

Durant sa période de développement précoce, bébé apprend toute une série de gestes, de sons et de comportements qui lui permettront de communiquer avec vous et son environnement. Certains signes hors normes peuvent éveiller votre attention. En voici une série pour aider au dépistage.

De 0 à 6 mois

  • Pas de suivi visuel.
  • Peu ou pas de sourire (vers 3 mois).
  • Pas de babillage et peu de vocalisations.
  • Anomalie dans le tonus: le corps de bébé est mou ou raide.

De 6 à 12 mois

  • Pas de réaction à son prénom (vers 9 mois).
  • Grande sensibilité aux modifications de l’environnement.
  • Ne supporte pas le contact physique.
  • Ne réagit pas à la séparation.
  • Ne tend pas les bras quand on va le chercher (geste d’anticipation).
  • N’imite pas les signes de la main (saluer, applaudir, etc.).

De 12 à 24 mois

  • Retard ou absence de langage.
  • Mouvements inhabituels du corps (balancements, battements rapides des mains en ailes de papillon).
  • Ne s’exprime pas par des gestes (par exemple, pointer du doigt).
  • A des difficultés à communiquer.
  • N’imite pas les sons, les gestes ou les expressions faciales.

Après 24 mois

  • Façon inhabituelle de parler (par exemple, une voix atone, arythmique, criarde ou chantante) ou répète ce qu’on lui dit (écholalie).
  • Attachement inhabituel à des objets.
  • Attachement inhabituel à établir des routines, hermétique au changement de routine ou d’environnement.
  • Ne manifeste pas d’intérêt pour les autres enfants et le jeu.
  • « Main outil »: l’enfant utilise la main de l’autre pour attraper des choses.

Accumulation de signes

Ces signes, pris séparément, ne sont pas des caractéristiques propres à l’autisme. C’est l’accumulation et la persistance de ces symptômes qui doivent vous alerter et vous encourager à consulter un(e) spécialiste. Mieux vaut ne pas traîner lorsque vous commencez à vous poser des questions: lorsque l’autisme est détecté rapidement, il est plus facile de mettre en place une structure et un accompagnement adaptés à ses besoins.

Quelles démarches pour un diagnostic?

Lors d’une suspicion de TSA, pour qu’un diagnostic soit posé, deux démarches sont possibles. Elles peuvent être complémentaires.

  • Vous consultez un professionnel de la santé reconnu qui peut identifier le trouble. Pour un bébé ou un enfant, il peut s’agir d’un pédopsychiatre.
  • Vous vous rendez dans un centre de référence dédié à l’autisme. En optant pour un centre de référence, les parents pourront rencontrer une équipe pluridisciplinaire composée de spécialistes disponibles au même endroit. Cette équipe procède à des observations spécifiques liées à l’autisme. Elle évalue les aptitudes de l’enfant et ses difficultés dans différents domaines (intellectuel, communication, motricité…). Un rapport, avec les conclusions et le diagnostic, sera ensuite rédigé.

Une prise en charge indispensable?

Un cas n’est pas l’autre et de multiples facteurs entrent en compte quand il s’agit de déterminer si un enfant est atteint d’autisme ou non. Ce qui est certain, c’est que lorsqu’un diagnostic officiel est donné, l’enfant et les parents peuvent recevoir des aides diverses, des informations, être entourés, se créer un réseau social… Le diagnostic est réévalué en permanence afin d’analyser les progressions de l’enfant et pouvoir adapter les aides et les soins à ses besoins.

Les centres de référence

La Belgique regroupe huit centres de référence, dont deux en Wallonie et deux à Bruxelles pour la partie francophone du pays. Pour réaliser un test dans l’un de ces centres, l’enfant doit être affilié à une mutuelle. Un questionnaire sera envoyé auquel les parents répondront pour créer le dossier. Une date de convocation est proposée pour poser le diagnostic.

Les centres en Wallonie et à Bruxelles:

  • À Liège: Le Centre de Référence Autisme de Liège à la Policlinique Universitaire Centre Ville Lucien Brull. Adresse: 45 quai Godefroid Kurth, 4020 à Liège. Téléphone: 04/270.31.11.
  • À Mons: Le Centre de Référence Autisme Jean-Charles Salmon. Adresse: 1 rue Brisselot, 7000 Mons. Téléphone: 065/37.42.67
  • À Bruxelles: Le Centre de Référence des troubles du spectre autistique des Cliniques universitaires Saint-Luc. Adresse: 10 avenue Hippocrate, 1200 Woluwe-Saint-Lambert. Téléphone: 02/764.20.38
  • À Bruxelles: Le Centre de référence de l’HUDERF pour la prise en charge des troubles autistiques. Adresse: 15 avenue J.J. Crocq, 1020 Laeken. Téléphone: 02/477.31.80.

Nous parlons dans cet article de diagnostic à poser pour des enfants, mais cette démarche peut être réalisée à n’importe quel âge, enfant comme adulte.

Avec la collaboration de Justine Leupe

Ces articles peuvent également vous intéresser

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter.