Témoignages: « Le confinement rendra plus fort certains couples, mais d’autres ne survivront pas »

Témoignages: "Le confinement rendra plus fort certains couples, mais d'autres ne survivront pas"
Getty Images

Les couples qui ont l’habitude de se croiser dans leur vie quotidienne vont, avec ce confinement, (ré)apprendre à se connaître. Une situation redoutée par certains ou pas du tout par d’autres. Voici quatre témoignages qui nous racontent le confinement à deux!

Il y a quelques jours, on vous a posé la question sur Facebook: « En Chine, le taux de divorce est en augmentation depuis l’arrivée du coronavirus sur le territoire. Et vous, avez-vous l’impression que le confinement pourrait aussi mettre en péril votre couple? »*. Les réponses sont plutôt encourageantes car seulement 24,46% d’entre vous ont répondu « oui », contre 75,54% de « non ». On en reparle à la fin du confinement!

24,46% considèrent que cette période de confinement va bousculer leur couple

Vous êtes environ 1/4 à avoir peur pour votre couple durant cette période de confinement. Certains se sont amusés à nous écrire: « cela fait quand même drôle de s’apercevoir que l’on est marié du jour au lendemain ». Christiane commente: « C’est dans des moments comme ceux-là qu’on se rend compte avec qui l’on vit ».

Ce confinement aura de lourdes conséquences

Plus tranchée, Julie explique que ce confinement aura un impact sur son couple et sera certainement rédhibitoire: « Je suis mariée depuis septembre 2016. En octobre 2019, j’ai décidé de partir de la maison tout en laissant une chance à notre couple. Nous avons commencé une thérapie de couple. Cela nous aide beaucoup. Nous vivons séparés, car vivre à nouveau sous le même toit, sans avoir réglé nos problèmes ne nous aide pas. Depuis novembre, nous allons chez la thérapeute toutes les 2 semaines et nous nous voyons une à deux fois par semaine, pour passer des moments de qualité ensemble. Lorsque le confinement a été annoncé, je me suis posée la question de savoir si j’allais rentrer ou pas. Juste le fait de l’imaginer me faisait angoisser. J’ai donc décidé de rester là où je suis. Notre thérapie de couple est interrompue pour le moment et nous ne pouvons plus nous voir.

Je pense que cette période va me faire prendre ma décision. Et malheureusement pour lui, je ne pense pas que l’issue soit favorable pour notre couple. Même avant d’avoir nos problèmes de couple, je n’aurais pas pu rester avec lui dans la maison trois semaines non-stop, sans voir d’autres personnes. Je suis quelqu’un qui aime son indépendance et les moments de solitude. Cela fait plus d’une semaine qu’on ne s’est pas vus, quand je vois son numéro de téléphone s’afficher, je m’énerve. Je pense que ce sont des signes qui ne trompent pas.

Personnellement, je plains les personnes qui se posaient des questions et qui doivent maintenant rester « coincés » avec leur conjoint(e). Je pense que le confinement rendra plus fort certains couples mais que d’autres, déjà dans la tourmente, ne survivront pas ».

75,54% n’ont pas peur de ce confinement, au contraire

Vous êtes nombreux à ne pas trop vous faire de souci et c’est tant mieux! Certains considèrent que c’est justement l’occasion de passer plus de temps ensemble. Et pour d’autres, c’est le prolongement de leur quotidien. « Personnellement, cela fait 9 ans et demi que je suis en ‘confinement’ avec mon mari. Nous vivons et travaillons à la maison 24h/24 ensemble. Et avec les enfants aussi, depuis 4 ans maintenant. Se croiser et vivre ensemble, ce n’est pas la même chose, surtout dans une période sensible et stressante comme celle-ci, bon courage », nous écrit Catherine.

« On a mis en place un système de points »

Pour éviter les conflits, plusieurs ont décidé de mettre des systèmes simples ou originales en place.

C’est le cas d’Ines: « Être non-stop à deux a des avantages et des désavantages. Les points positifs: on a plein de chouettes discussions, profondes. Nous gardons assez bien de moments rien que pour nous (en mode isolés). On partage beaucoup mieux les tâches, on prend le temps de cuisiner, de regarder des films ensemble. Nous n’avons pas l’habitude de nous voir autant, donc c’est vraiment différent.

Nous avons également mis un système de points en place. Au début, c’était pour rire, mais finalement, on s’est pris au jeu. Nous commençons chaque journée à 10 et dès que l’autre est vraiment chiant, il perd des points. C’est bête, mais finalement, on en rigole et cela nous aide à faire des efforts. Parce que clairement, on peut vite être saoulés d’être tout le temps ensemble (rires).

Et sinon, le point négatif, c’est qu’on est non-stop ensemble, donc on prend ça pour acquis et donc on fait moins d’efforts sur certaines choses.

On s’est mis plein d’objectifs aussi ».

« Se créer un horaire »

Pour certains, comme Alice, cette période renforce les liens qu’ils avaient déjà. « Entre nous, ça se passe super bien. On s’est fait un petit horaire, on se lève à une heure régulière, on fait du sport, on mange à des heures régulières aussi. Nicolas (professeur d’éducation physique) fait des vidéos pour ses élèves, je le filme, on les monte ensemble…

Et puis, on s’est fixés des petits objectifs créatifs: bullet journal pour moi, et lui doit créer une bande dessinée sur le confinement.

Je prends beaucoup plus soin de ma peau et de mes cheveux donc il s’est mis aux masques (rires). Nous sommes vraiment dans la communication et on essaie que l’autre soit bien. Il doit aller à l’école deux fois 4h/semaine pour la garderie, je travaille de manière intensive à ce moment-là. De manière générale, je bosse bien le matin et moins les après-midis. On a chacun nos endroits, moi sur la terrasse, lui dans la chambre. Mais vraiment, on rigole beaucoup ensemble. Je me suis rendu compte que j’étais beaucoup plus heureuse en étant ici, qu’en allant au boulot tous les jours, donc cela se répercute sur lui aussi. Il est heureux que je sois bien. On fait juste chacun à notre tour des petites crises d’angoisse sur la situation… »!

« Faire attention l’un à l’autre »

Même impression pour Jill, « le confinement à deux se passe bien, parce qu’on fait, tous les deux, hyper attention à ce que l’autre se sente bien. On fait des activités ensemble (je conseille l’atelier pâtes maison)… et puis, on a des moments pour se retrouver seuls aussi. Après, on a un peu peur si cela dure plus de trois semaines. Surtout que nous n’avons pas de jardin et pas beaucoup de vert autour de chez nous ».

Terminons sur une petite note d’humour avec ce confinement à deux version Love Actually réalisé par l’humoriste et acteur Tom Villa.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Tom Villa (@tomvilla) on

Une psychologue de l’UMons lance une enquête sur l’impact du confinement sur les couples, nous vous invitons à remplir ce questionnaire (lien ici) pour l’aider. Merci.

*Sondage réalisé sur la page Facebook de Femmes d’Aujourdhui, sur une période de 6 jours. Au total, 327 votes récoltés (80 « oui » et 247 « non »).

Lisez ces trois articles, ils parlent d’amour

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardin, maisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)