« J’ai été amoureuse d’un pervers narcissique… »

"J'ai été amoureuse d’un pervers narcissique…"
Ils ressemblent au gendre idéal, à la fois charmants, passionnants, le cœur sur la main… Mais lorsqu'on en tombe amoureuse, il est déjà trop tard… Ces hommes, trop parfaits pour être honnêtes, se révèlent démoniaques… Nos lectrices en témoignent.

"Le pervers narcissique est un prédateur: la manipulation et le harcèlement moral lui permettent de détruire l’identité de sa proie."

 

"Tel un magicien, il a réussi à me manipuler et me faire perdre toute confiance en moi. "

Corinne,  43 ans «C’était il y a dix ans… Je sortais d’une relation difficile lorsque j’ai fait la connaissance de Marc sur des réseaux sociaux. Lors de notre première rencontre, ça été le coup de foudre. Il était à la fois passionnant, terriblement séduisant et incroyablement gentil. Il est venu passer quelques semaines chez moi pendant les vacances d’été. Il n’est plus jamais reparti…

A la naissance de notre premier enfant, il a absolument tenu à ce que je passe à mi-temps pour que je puisse m’en occuper. L’argent n’était pas un problème disait-il. Il débloquerait des fonds pour que nous ne manquions de rien. Il gagnait un très gros salaire qu’il plaçait sur un compte pour nous acheter une somptueuse villa. Entre-temps, c'est moi qui  payais tout à la maison…

Nous avons rapidement eu un deuxième enfant. Et c'est là que tout a commencé à déraper. Il me lançait régulièrement des piques vraiment méchantes, sur le ton de l’humour. Son clin d’œil complice était censé me rassurer… mais mon moral en prenait chaque fois un coup. Ensuite, notre troisième enfant est né… et ce fut la fin de tout! A ses yeux, j'étais devenue une moins que rien, incapable de conduire, de cuisiner, de choisir un lieu de vacances… Il lui est arrivé de ne plus m'adresser la parole pendant six mois. Je n’existais plus!

En fait, tous ces reproches n’avaient l’air de rien, pris isolément, mais accumulés au fil des années, ils ont fini par me détruire. En plus, je n'avais quasiment plus de vie sociale. Je m'occupais de mes enfants et ne voyais presque jamais mes amis. Lorsqu'ils passaient à la maison, Marc les recevait avec tellement de froideur, qu’ils ne revenaient plus, se sentant malvenus.

Pour compenser, je dévalisais les magasins. Et c'est ainsi que je me suis rendu compte que nous avions de réelles difficultés financières. Les fameux fonds destinés à ce que nous ne manquions de rien n'avaient jamais été débloqués.

J'ai donc fini par mener mon enquête, après sept ans de vie commune. En réalité, Marc n’était pas chef de service, il ne gagnait pas des milliers d’euros, loin de là… Il n’avait pas non plus abandonné sa grande villa pour s’installer avec moi, mais vivait chez sa mère. Tel un magicien, il avait pourtant réussi à me manipuler et à me faire perdre toute confiance en moi. Intelligent et très instruit, il me donnait toujours la sensation d’être idiote.

Au fond du trou, j’ai commencé une thérapie. Petit à petit, je suis redevenue plus forte et j'ai fini par me rendre compte que mon problème principal, c'était lui. Il était persuadé que je ne le quitterais jamais mais j'ai réussi à me détacher de son emprise. J’ai réalisé et compris, à temps, qui il était vraiment. Je suis tombée bien bas mais j’ai réappris à me respecter!»

 

Retrouvez la suite de cet article dans votre Femmes d'Aujourd'hui du 5 septembre 2013.

Témoignez, partager ci-dessous vos expériences…

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)