L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu
Reporters

Bloquée sur Facebook pour un mois!

Sale surprise pour la blogueuse Anne Löwenthal. En voulant accéder à son profil Facebook, elle a découvert que le réseau avait bloqué sa page pour 30 jours. Plus moyen de publier de statut, de partager des liens, ni même d’accéder à sa messagerie. La cause? Elle explique: “Mon profil a été signalé”.

Quand des idées ne plaisent pas…

C’est donc possible. Vous pouvez être privée d’accès, sans réel recours et sur des motifs parfois injustes. Anne Löwenthal est une femme engagée, qui prend position sur l’actualité et n’hésite pas à taguer les gens lorsqu’elle les met en cause (ce qui est, aussi, une façon de leur permettre de répondre à ses publications, puisqu’elle leur signale leur existence). C’est sans doute la raison du bloquage de son profil: “C’est graduel. On m’a souvent signalée, notamment pour un statut ironique, plein de gros mots.” Ça n’arrive donc pas du premier coup. Mais, pour peu que l’on vous en veuille, cela peut aller vite.

Comment avez-vous compris ce qui vous arrive?

Anne Löwenthal: “Lorsqu’on veut se rendre sur sa page, Facebook envoie un message. On ne peut pas se connecter. On reçoit l’image ou le statut incriminé et un message qui dit que ça ne rentre pas dans les conditions d’utilisation du site. Ça part d’un signalement fait par quelqu’un.” (effectivement, l’onglet “signaler une publication” et “signaler une personne” existe, ndlr). “Ça m’est arrivé autrefois. J’avais ouvert une page qui a été envahie de commentaires de gens d’un parti d’extrême-droite. Ils ont noyé ma page sous les commentaires racistes. C’est ainsi qu’ils ont réussi à me faire bloquer. Je le sais parce qu’ils se sont réjouis de leur “victoire” sur d’autres pages.”

Comment avez-vous réagi?

Anne Löwenthal: “Facebook dit qu’il est possible de réagir. J’ai cherché à les contacter, à trouver une adresse… C’est une quête sans fin. On tombe toujours sur de nouveaux liens mais l’on ne trouve jamais de contact. Les messages restent sans réponse.” En gros, vous n’avez plus qu’à attendre… 

Arrêter l’anonymat

Pouvoir signaler une publication, c’est aussi souvent une bonne chose. On pense évidemment à la pornographie, à la pédo-pornographie, au racisme, à tous ces contenus qu’il est important d’interdire. Mais le cas de notre blogueuse est différent. Ici, on a voulu faire taire quelqu’un dont on n’appréciait pas l’opinion. Que l’on soit d’accord ou pas avec ses prises de positions, ce muselage semble inacceptable! “Si les signalements n’étaient pas anonymes ça n’arriverait pas, suggère Anne Löwenthal. Je pense que les pages pédophiles ou racistes continueraient à être signalées, mais pas les profils comme les miens. Les gens qui signalent les autres ne sont pas des gens courageux. Ils n’oseraient pas le faire à visage découvert. C’est de la délation… En attendant cette page, c’est mon outil de travail. Ça aurait pu être vraiment ennuyeux pour moi…”

Pour le détail de ce qui s’est passé, rendez-vous sur le blog d’Anne Löwenthal.

Ceci pourrait vous intéresser

Qui fait quoi sur Facebook?

Votre profil Facebook vous révèle

Contenu des partenaires