L’humoriste Jamel Debbouze se confie sur son handicap

L'humoriste Jamel Debbouze se confie sur son handicap
Reporters / Bpresse

Depuis des années, l’humoriste Jamel Debbouze cache sa main droite dans sa poche. Une main et un bras happés par un train alors que le jeune Jamel était sur le quai d’une gare. L’humoriste ne s’exprime que très rarement sur ce sujet, mais il se confie aujourd’hui sur son handicap. 

Dans une interview accordée récemment au Figaro, Jamel Debbouze a évoqué son accident à l’aide de sous-entendus, se confiant sur l’acceptation de son handicap. « Dans la vie, on a tous vécu des choses plus ou moins dures: soit on les met dans sa poche, soit on les sort et on les affronte », estime-t-il. Jamel Debbouze, alors âgé de 15 ans, a été happé par un train en traversant des voies avec un de ses amis, tué sur le coup. Cet accident lui fera perdre l’usage de son bras droit.

Ne pas nier les choses

« Pendant des années, par exemple, je cachais mon bras pour ne gêner ni moi ni les autres. Et puis ma femme ou mes enfants prenaient ce bras et le sortaient », raconte l’humoriste de 42 ans. « Ils avaient raison: il ne faut pas nier les choses, il faut mettre des mots dessus. Qu’il s’agisse de handicap ou de racisme. »

La dernière fois qu’il avait abordé le sujet de son handicap remonte à 2015. « J’ai eu la chance extraordinaire de ne pas m’en rendre compte. Quand le médecin est venu et m’a appris que je ne pourrais plus bouger le bras, il avait des stylos dans sa poche. Je lui ai demandé de m’en prêter un et je me suis immédiatement mis à écrire de la main gauche. Sans réfléchir, j’ai pris ma douleur à crédit », confiait Jamel à nos confrères du Parisien, qui remonte sur scène avec son spectacle « Maintenant ou Jamel ».

Quelques années avant #PourquoiJaiPas, le kiff devant #AsterixetObelix #MissionCleopatre #Asterix #NumeroBis #Asterixme

A post shared by Jamel Debbouze (@jameldebbouze) on

Ceci pourrait aussi vous intéresser

 

 

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)