La pandémie a-t-elle changé notre façon de faire du shopping?

La pandémie a-t-elle changé notre façon de faire du shopping?
Getty Images

La pandémie aurait-elle modifié définitivement nos comportements d’achat? Notre vision du shopping physique a-t-elle changé? La durabilité et le local sont-ils désormais au centre de nos préoccupations? Nos confrères du Vif Weekend et de Knack Weekend ont cherché des réponses à ces questions par le biais d’une grande enquête.

Le coronavirus a secoué nos vies sur bien des aspects. Et s’il y a une chose que cette pandémie nous a apprise, c’est qu’il était grand temps de repenser nos modes de consommation. Acheter durable et local n’a jamais été aussi primordial qu’aujourd’hui, et cela vaut aussi pour nos vêtements! Un constat mis en avant par la grande enquête mode qu’ont menée nos collègues des magazines Weekend à la fin du lockdown (résultats publiés dans l’édition du 3 septembre 2020).

Les Belges ont consommé différemment

Du 25 juin au 5 juillet dernier, Roularta Research – pour les magazines Weekend et les autres titres féminins du groupe de presse (Gael, Femmes d’aujourd’hui, Flair et leurs pendants néerlandophones) – a lancé une grande étude online de 52 questions. Au total, 3133 répondants issus des quatre coins de la Belgique ont pris part à l’enquête. Parmi eux, 91% de femmes de tous âges. Nous avons sélectionné pour vous les chiffres les plus intéressants qui en sont ressortis.

Le magasin physique séduit encore!

Pendant le confinement, les achats en ligne ont connu un véritable boom. Plutôt logique, étant donné la fermeture des magasins de prêt-à-porter. Mais allons-nous continuer à faire notre shopping depuis notre ordinateur maintenant que les boutiques physiques ont réouvert leurs portes? Pas nécessairement. Notre enquête montre que l’expérience en magasin reste importante pour la majorité.

  •  74% des personnes sondées préfèrent réaliser leurs achats en magasin physique.
  • Les achats en ligne sont particulièrement courants chez les jeunes, mais ils gagnent du terrain parmi une proportion importante de générations plus âgées.
  • 3 sondées sur 4 déclarent faire du shopping online sur le webshop de leur magasin préféré. Il n’est d’ailleurs pas rare qu’une personne repère un article en ligne, aille l’essayer en magasin et l’achète finalement sur l’e-shop.

La mode belge, plus populaire

Delvaux, Clio Goldbrenner, Ann Demeulemeester… Notre pays a beau être « petit », il a vu naître quelques grands noms de la mode qui ont su s’exporter à l’international. Notre étude montre que, malgré un désir croissant de consommer local, notre connaissance des labels belges laisse à désirer.

  • 80% des femmes sondées indiquent qu’elles achèteraient volontiers des marques belges et une sur quatre reconnaît que la crise du Covid-19 lui en a fait prendre conscience.
  • 95% des sondées estiment que les marques devraient mieux mettre en valeur leur identité belge. En effet, une répondante sur cinq est incapable de mentionner une seule marque belge et quatre sur dix un créateur du plat pays.

En juin, une nouvelle campagne #Jachetebelge a été lancée pour soutenir la mode belge en facilitant l’accès à l’information pour tous ceux que cela intéresse d’acheter local. Plus d’infos sur jachetebelge.be.

La Wallonie achète plus consciemment

Enfin, le confinement a permis une prise de conscience écologique. Nous achetons désormais davantage local et bio, nous consommons plus consciemment et faisons de la qualité et la durabilité des vêtements une préoccupation croissante, surtout en Wallonie.

  • En Wallonie, 9,6% des répondantes font de la mode durable une préoccupation majeure, contre 4,9% côté néerlandophone.
  • La mode durable n’est perçue comme « chère » que par 3% des répondantes.
  • Seules 28,3% des femmes interrogées considèrent que la mode belge est durable et 17,6% qu’elle est produite de manière éthique.
  • Cette préoccupation pour le durable est trois fois plus importante chez les plus âgées (31% pour les plus de 65 ans contre 10% pour les moins de 25 ans).
  • Pour 72% des sondées, le terme durable concerne des vêtements fabriqués dans des conditions de travail honnêtes et sûres. Les moins de 25 ans l’associent à une conscience plus élevée (86%) ou encore à la présence de matières recyclées (47,9%). Pour 70% des répondantes, il s’agit de pièces qui pourront être portées longtemps.

On veut du belge! Lisez aussi ceci:

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)