Témoignage: « Au début du confinement, j’ai pris une décision: celle de la rupture »

Témoignage: "Au début du confinement, j'ai pris une décision: celle de la rupture"
Getty Images

Au début du confinement, Julie nous livrait son témoignage pour exprimer la difficulté qu’entraînerait cette mise en quarantaine pour son couple. Elle ne s’est pas trompée…

Quelques mois après son premier témoignage, Julie revient sur le confinement et les changements qu’il a provoqué au sein de son couple: un divorce, mais aussi une redécouverte de soi.

Le début du confinement: l’envie de rester seule

Fin mars, elle nous expliquait: « je suis mariée depuis septembre 2016. En octobre 2019, j’ai décidé de partir de la maison tout en laissant une chance à notre couple. Nous avons commencé une thérapie à deux. Cela nous aide beaucoup. Nous vivons séparés, car vivre à nouveau sous le même toit, sans avoir réglé nos problèmes, ne nous aide pas. Depuis novembre 2019, nous allons chez la thérapeute toutes les deux semaines et nous nous voyons une à deux fois par semaine, pour passer des moments de qualité ensemble. Lorsque le confinement a été annoncé, je me suis posée la question de savoir si j’allais rentrer ou pas. Juste le fait de l’imaginer m’angoissait. J’ai donc décidé de rester là où je suis. Notre thérapie de couple est interrompue pour le moment et nous ne pouvons plus nous voir.

Je pense que cette période va me faire prendre une décision. Et malheureusement pour lui, je ne pense pas que l’issue soit favorable pour notre couple. Même avant d’avoir nos problèmes, je n’aurais pas pu rester avec lui dans la maison non-stop, sans voir d’autres personnes. Je suis quelqu’un qui aime son indépendance et les moments de solitude. Cela fait plus d’une semaine qu’on ne s’est pas vus (le 26 mars 2020 lors de la première interview), quand je vois son numéro de téléphone s’afficher, je m’énerve. Je pense que ce sont des signes qui ne trompent pas ».

Une séparation inévitable

Trois mois plus tard, Julie nous explique comment s’est déroulé le confinement pour son couple. « Avant le confinement, cela n’allait déjà plus entre nous, mon compagnon fliquait la moindre de mes dépenses, ne voulait plus rien faire d’un point de vue social et donc nous ne partagions plus grand-chose. Comme expliqué plus haut, nous avons passé notre confinement séparé, on ne se voyait que de temps en temps pour nos animaux (nous partageons la garde de notre chien). Je n’avais pas envie de le voir, car il essayait de me faire changer d’avis. On se croisait au parc, mais rien de plus.

Au début, je n’ai pas mal vécu le confinement, car ça m’a permis de me poser après plusieurs mois de remises en question, de déménagements et d’interrogations sur mon couple ».

Le confinement, une opportunité

« Le confinement ne m’a pas poussée à me séparer, mais il a été une opportunité. Sans cette mise en quarantaine, je pense que cette situation aurait sans doute encore duré avant que je ne prenne ma décision. La pression de la famille et des proches s’étant dissipée avec le confinement, je pouvais enfin me concentrer sur moi-même et sur ce que je ressentais vraiment. Prendre cette décision n’a pas été facile, mais je suis en phase avec mon choix. Paradoxalement, si je perds tout sur le volet financier, au final c’est moi que je retrouve. Je me sens de nouveau moi-même et libre de faire ce qui est bon pour moi. Et ça, ça n’a pas de prix. J’ai décidé de faire passer mon bien-être avant l’argent, le matériel… »

Confinée mais entourée

« Je suis suivie par une psychologue depuis 4 ans maintenant. Cela me fait beaucoup de bien. Malheureusement, le confinement a été une pause pour ces rendez-vous importants pour moi. Retirer mon alliance m’a vraiment aidé dans ma décision. Elle me dérangeait, comme si elle me brûlait. À ce moment-là, j’ai appelé ma psychologue car j’avais besoin de parler. Dès qu’on a pu reprendre les rendez-vous, j’ai pu à nouveau me sentir écoutée. Avec mon ex, nous avons continué la thérapie de couple pour se quitter dans de bonnes conditions. Je ne veux pas de guerre avec lui. Étrangement, je n’ai jamais eu autant de contacts sociaux que depuis le déconfinement, en tout cas dans ma sphère privée ».

Un futur plus positif

« Je recommence à envisager de nouveaux projets, comme déménager dans une autre ville. Je veux retrouver ma liberté. Je l’ai retrouvée en quelque sorte, mais vivant en colocation pour le moment, ce n’est pas encore tout à fait le cas ».

Ces trois articles parlent aussi de divorce

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardinmaisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)