Citytrip: une journée à Mons, entre incontournables et adresses tendance

Citytrip: une journée à Mons, entre incontournables et adresses tendance
© Getty

Remise des remous de son statut de capitale culturelle européenne 2015, Mons garde bien des trésors dans les rues de sa vieille ville. Visite en étoile avec sa fameuse Grand-Place comme cœur vivant et battant de la cité qui reste, ne l’oublions pas, la capitale culturelle de la Wallonie.

La Grand-Place, cœur de la ville

Parce que je suis arrivé plus tôt que prévu à Mons (en train, fait assez rare que pour être signalé!), Jacqueline me conseille d’aller prendre un café chez Mel oh cake en attendant l’heure de notre rendez-vous. Le lieu est aussi petit que cosy et charmant. Passionnée de pâtisserie depuis toujours, Mélanie a fini par mettre de côté son métier d’architecte d’intérieur pour se lancer dans l’aventure des douceurs. À côté des cafés, thés et autres boissons, l’endroit brille surtout pour ses gourmandises home made, des cupcakes aux brownies en passant par les cookies et autres tartelettes. Le choix est cornélien mais un latte au lait végétal et une splendide tartelette au citron feront l’affaire. Un petit plaisir coupable matinal alors que j’observe, dans la rue, la ville se réveiller. L’heure du rendez-vous pointe son nez, direction la Grand-Place où je retrouve Jacqueline, tout sourire, enchantée à l’idée de me faire découvrir cette ville de Mons qu’elle aime tant.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mel oh cake 🍪 Mons (@melohcakemons) le

Les incontournables

Certes, j’avais précisé que l’on m’avait demandé de revenir de Mons avec des adresses nouvelles, décalées et tendance. D’où mon air dubitatif quand je vois Jacqueline se diriger vers… le fameux Singe du Grand Garde, ce symbole de l’esprit montois, libre et gouailleur. « Il faut le caresser de la main gauche pour qu’il porte bonheur », m’explique-telle avant d’enchaîner: « Tu ne peux pas venir à Mons sans avoir vu le Beffroi »… Alors qu’on prend la direction du monument, je n’ose pas lui avouer que je l’ai déjà vu et que, en matière de tendances à Mons, il doit y avoir plus moderne… Mais on comprend aussi la fierté montoise et, il faut le dire, le Beffroi est splendide. Tout comme le Doudou. « Viens, on va quand même passer par la collégiale Sainte-Waudru »… Comprenez là où se déroule la « Descente de la châsse » qui marque l’ouverture officielle de la Ducasse de Mons. Le lieu est magnifique et abrite donc le Car d’Or qui sera sorti le dimanche de la Trinité… Une vidéo au sein de la collégiale explique les origines, mais aussi le déroulement du Doudou et du combat du dragon. « Il y a même le musée du Doudou » semble me suggérer Jacqueline, mais (mal)heureusement, nous avons rendez- vous sur la Grand-Place…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Ville de Mons (@villedemons) le

La ville à trois roues

Nous rencontrons Ludovic qui a lancé, il y a sept ans, la TrioBalade, soit une visite de la ville en triporteur. Impossible de dire ce qui nous a charmés le plus: découvrir les rues de Mons dans ce petit mode de transport cosy et singulier ou son guide, Ludovic, montois d’adoption, passionné de la ville. Très occupé, il nous offre un petit tour express qui donne envie d’en faire plus. « Mons 2015 a apporté beaucoup à la ville. Le défi, aujourd’hui, c’est de trouver une reconversion à tout ce qui a été construit ou recréé pour l’occasion », explique-t-il en nous faisant pénétrer dans la Maison Folie, lieu de spectacles et résidence d’artistes qui a connu une véritable effervescence en 2015. On passe par le Palais de justice, le Manège, l’ARSONIC… Ludovic est intarissable. Chaque lieu, chaque route, chaque recoin regorge d’anecdotes qui n’ont aucun secret pour lui. Sans compter que rapidement mes deux compagnons de voyage montois réalisent qu’ils ont des connaissances en commun…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Pauline Grossen.Travel. OOTD (@afashiontaste) le

Cocotte minute

Nous quittons Ludovic à la Grand-Place (décidément!). Il est l’heure de manger. J’avoue, j’ai soufflé cette suggestion à l’oreille de ma guide: Cocotte, une néo-cantine hautement recommandée par des amis et, justement, un lieu que Jacqueline voulait découvrir. Un havre de paix, une oasis dans la ville. Quand on entre chez Cocotte, on passe un tout petit couloir extérieur (qui longe la cuisine) puis on se retrouve sur une terrasse sobre mais très chaleureuse. La « cabane au fond du jardin » sert de salle principale. La nourriture en formule buffet, nous y attend. C’est selfservice, comme à la maison! L’accueil est aussi sympathique que le lieu qui travaille avec des produits durables, de saison, issus de circuits courts et surtout de producteurs de la région.

Que demander de mieux? Une carte simple. Et elle l’est: une entrée commune et trois possibilités pour le plat principal. C’est délicieux et sobrement, mais joliment présenté. Nous avons savouré l’entrée (houmous petits pois et menthe, salade feta, melon et pastèque & salade de légumes de saison et quinoa), suivie d’un cassoulet au gigot d’agneau pour ma guide et d’un couscous végétarien pour moi, le tout accompagné d’un petit verre de vin rouge pour l’une et d’un cocktail à base de Lillet pour l’autre.

Sans oublier le dessert. Myriam, qui a ouvert les lieux en 2012, nous conseille vivement une crème glacée naturelle de la Ferme des saveurs – petits producteurs locaux – mais l’appel du gâteau au chocolat accompagné d’une mousse mascarpone est trop fort. On ne sait si c’est la magie des lieux, l’excellence de la nourriture ou le soleil radieux de cette superbe journée, mais nous pourrions rester là des heures. Mais non, nous avons un article à réaliser!

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Aurel V (@aurelvdh) le

BAM & The Passenger

La découverte de Mons en étoile, avec la Grand-Place en son centre, reprend ses droits. Nous passons par le BAM, le fameux musée d’art moderne de la ville qui a déjà exposé des artistes grandioses (Lachapelle, Wharol, Van Gogh…). Puis, arrivés rue de Nimy, nous bifurquons à gauche afin de passer sous l’incontournable The Passenger, un autre héritage de Mons 2015 signé du Flamand Arne Quinze, l’artiste qui rêve de transformer les villes en musées à ciel ouvert. On a beau l’avoir vue en photo, en vidéo et sous tous les angles sur le Net, l’œuvre reste magnifique en vrai.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sean Lin (@knack4wanderlust) le

Virée shopping

Un selfie plus tard, Jacqueline m’emmène jusqu’au numéro 34 de la rue de Nimy où se situe Créa’City. Le nom, tout comme la façade assez sobre ne laisse pas imaginer les trésors qu’il renferme. Véritable galerie de créateurs locaux, le lieu lui-même vaut la peine d’être visité puisque Jacqueline (celle qui a créé les lieux, pas notre guide…) a fait appel à des artistes pour assurer la décoration. L’ambiance a un petit côté pays des merveilles. On y trouve de tout, lampes, cadres, dessins, bijoux, vêtements, romans (d’auteurs locaux)… Tout est choisi avec goût, présenté avec soin, et il est difficile de sortir de là sans craquer pour un petit quelque chose. Idéal pour les cadeaux!

Autre boutique de créateurs, avec une touche plus funky, Chez Babette se révèle très accueillante (et pas juste pour la table et la chaise qui invitent au repos devant le magasin). L’intérieur est coloré, chaleureux et bourré de petites merveilles artisanales venues des ateliers de 35 créateurs différents: des savons aux coussins, en passant par les bijoux, des créations réalisées au crochet ou en couture ou encore une série de badges montois bourrés d’humour (nous recommandons!).

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Chez Babette Mons Belgium (@chez.babette) le

L’après-midi touche à sa fin… Comment quitter Mons sans un petit souvenir? Jacqueline m’emmène chez Mons où venir, une boutique de souvenirs sur le thème de Mons et son folklore, réalisés par des artistes et artisans locaux. Bien sûr, le singe s’y décline à l’infini, notamment sous la forme de statuettes aux impressions 3D (futuristes), mais on y trouve également des apéros, des doudous en veux-tu en voilà, un Monopoly « Ducasse de Mons »… des articles des plus stylés aux plus fun. Un dernier détour par la Grand-Place et Jacqueline me raccompagne jusqu’à la gare, cette fameuse « gare de Mons », un autre héritage de Mons 2015 qui, pourtant, n’est pas encore terminée. Comme quoi, à Mons, on ne fait pas toujours les choses comme tout le monde.

Envie de faire un citytrip en Belgique?

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardin, maisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)