6 balades d’automne (au départ d’une gare)

6 balades d'automne (au départ d'une gare)
© iStock

Prendre le train, c’est déjà le voyage. Arriver à destination et démarrer la randonnée au bout de la voie, c’est encore mieux. Pour vous donner l’envie de laisser la voiture au garage et profiter au mieux de ce début d’automne, suivez le guide.

La Roche aux Faucons à Esneux (Province de Liège)

De la gare d’Esneux, nous nous dirigeons vers le pont de l’Ourthe où s’élance, sur la droite, une magnifique volée d’escaliers qui mène au vieux centre du village. Plus loin, c’est à flanc de colline que nous empruntons un sentier pour rejoindre les rives de l’Ourthe à Hony. Le coeur du village a gardé son charme authentique et sa boulangerie propose, paraît-il, des pâtisseries délicieuses. Au XIXe siècle, ce village a vécu au rythme des bateliers. Ces hommes naviguaient sur l’Ourthe à bord d’une « bêtchtette », bateau à fond plat long de 20 m, pratique pour franchir les barrages et passages étroits de la rivière. Peu après avoir longé les dernières maisons de Méry, la côte s’accentue. Nous grimpons jusqu’au hameau d’Avister avant de nous rapprocher du site de la Roche aux Faucons. Waouh!

Depuis ce belvédère, la vue sur la vallée de l’Ourthe au fond de laquelle nichent quelques fermes éparses est époustouflante. Après un premier lacet, nous voilà face à une bifurcation: nous prenons à gauche le chemin qui plonge vers la rivière. Chênes et peupliers se dressent dans cet éboulis confus de roches, tapissé de lichens et de mousses. Après une belle descente où nous devons faire preuve de prudence, nous débouchons sur un centre équestre, havre de paix isolé de toute autre habitation. En fin de promenade, le sentier le long de l’Ourthe joue aux équilibristes. On quittera à regret ce paysage que les photographes auront plaisir à immortaliser.

Carnet pratique

  • Quel train? La ligne 43 (Liège-Marloie).
  • Départ de la balade: Depuis la gare d’Esneux, on suit la rue commerçante de la Station. A hauteur du pont, sur la droite, on aperçoit les escaliers du Thier ainsi que le balisage.
  • Balisage: On suit les rectangles jaunes. Attention: certaines plaques sont cachées par la végétation.
  • Difficulté: Cette balade de 10 km exige de bonnes chaussures notamment sur le sentier des crêtes de la Roche aux Faucons et lors de la descente (soutenue) vers Rosière.

Entre prairies et rivière à Vierves-Sur-Viroin (Province de Namur)

A la sortie de la gare, le tableau est idyllique dès que l’on aperçoit le Viroin en contrebas de Vierves-sur-Viroin, l’un des plus beaux villages de Wallonie. Avec son dédale de ruelles en pente, il prend des allures de village perché. Construit sur le versant exposé au sud de la vallée, il est protégé des crues de la rivière ainsi que des vents soufflant sur les crêtes. En le quittant, nous empruntons un magnifique sentier à la frontière de la Calestienne et de
l’Ardenne. En arrière-plan, les plateaux de calcaire et les pelouses rases contrastent avec le fond humide de la vallée vers laquelle nous nous dirigeons. Plus loin, le sol que nous foulons a gardé toute la chaleur de cette journée ensoleillée. La traversée de la prairie
calcaire nous conduit à Treignes, patelin paisible dont le calme n’est troublé que par le bruit du train à vapeur qui traverse la vallée du Viroin. On traverse le joli pont de pierre pour atteindre les rives de la rivière. Le chemin à emprunter se trouve à l’orée de la forêt de la Thiérache et nous accompagne jusqu’à notre point de départ.

Carnet pratique

  • Quel train? Emprunter la ligne du chemin de fer à vapeur des 3 vallées qui démarre de Mariembourg (ligne 132 Charleroi Sud – Couvin) est une manière originale de se rendre à Vierves-sur-Viroin.
  • Départ de la balade: Depuis la gare de Vierves-sur-Viroin située près du pont, on rejoint le centre du village via la rue du Centre. On prend à droite la rue Fontaine Saint-Joseph qui devient sentier avant d’ensuite longer la rivière.
  • Balisage: On suit les rectangles rouges et blancs (balade la Rouge Croix) ainsi que le balisage GR® entre le village et Treignes.
  • Difficulté: Jolie progression sans difficulté pour cette balade de 10 km vers Treignes, à travers les prairies.

La Semois secrète à Lacuisine (Province du Luxembourg)

De la gare de Florenville, nous marchons vers Lacuisine, un petit village au curieux nom qui trouve son origine au Moyen Âge, quand les comtes de Chiny venaient organiser de somptueux banquets dans leur château aujourd’hui disparu. Ces seigneurs régnaient alors sur toute la région. On leur devrait même la fondation de l’abbaye d’Orval!

On raconte aussi que leurs palefreniers descendaient abreuver les chevaux à la rivière en empruntant des souterrains aménagés. Lacuisine est longé par une Semois moins connue et assez sauvage que nous allons découvrir en arpentant les chemins aux alentours. Champêtre dans sa première partie, l’itinéraire devient forestier dès que nous approchons le point de vue de La Roche Pinco, un superbe balcon rocheux. Chemin faisant, nous sillonnons la belle forêt de Chiny avant de rejoindre la rivière. En contrebas de Lacuisine, le sentier – quasi à l’abri des regards – nous offre une fin de promenade très agréable le long de ses rives.

Carnet pratique

  • Quel train? La ligne 165 (Bertix – Florenville).
  • Départ de la balade: Depuis la gare de Florenville, on descend vers la Semois en
    empruntant la grand-route. 400 m plus loin, très vite après avoir traversé le pont, on suit la première petite route à gauche (rue des Jardins) qui passe sous le chemin de fer.
  • Balisage: On suit les losanges verts (balade 21) jusqu’à l’ancienne maison du garde-barrière. A cet endroit, sur la droite, on suit le balisage de la balade 23 (losanges bleus). Après une boucle de 5 km, celle-ci rejoint le tracé du départ.
  • Difficulté: Cette balade de 12 km est accessible à tous, offre un joli point de vue sur la Semois et un retour sympa.

Au fil de la Meuse, à Anseremme (Province de Namur)

Dès les premiers mètres, l’itinéraire nous gratifie d’un beau panorama sur Anseremme,
en bord de Meuse. Chemin faisant, le doux murmure de la Lesse se répercute dans le bois. Alors qu’elle n’était que cascades et rapides en Ardenne, ici, elle semble rendre les armes en s’écoulant paresseusement avant que la Meuse ne l’engloutisse. Nous envions les hôtes de ce gîte en bord de rive qui doivent se délecter de cette rivière bucolique à souhait. Après une douce mise en jambes, la route monte. Nous rejoignons le plateau où l’homme a profité d’un relief plat pour semer à tout vent. Un paysage qui se casse au moment où se découvre la vue sublime sur les rochers de Freyr et leur château. L’itinéraire y mène en suivant un sentier digne des Alpes. Il sinue et dégringole vers le fleuve que l’on peut toucher si l’on se donne la peine de s’accroupir. Cette balade magnifique contourne les falaises via un chemin entre fleuve et montagne jusqu’à ce que nous rejoignions Anseremme.

Carnet pratique

  • Quel train? La ligne 154 (Namur-Dinant).
  • Départ de la balade: Depuis la gare d’Anseremme, on rejoint l’église via la rue des Tilleuls. On traverse le pont au-dessus de la Lesse et, en face, on emprunte les escaliers.
  • Balisage: On suit les rectangles bleus.
  • Difficulté: Une balade de 7 km avec des chemins larges et de petites routes peu fréquentées. Attention: le sentier qui descend vers les rochers de Freyr est difficile et peut même être très glissant après la pluie. De plus, il vous sera impossible de longer la Meuse après de fortes crues.

Une formidable forteresse à Theux (Province de Liège)

Départ de la gare vers Franchimont en traversant le chemin de fer. Après une première côte, l’itinéraire court à travers les pâtures que l’on traverse grâce à des échaliers, barrières typiques du pays de Herve tout proche. Depuis la campagne, les ruines du château fort de Franchimont dégagent une force particulière. Au Moyen Âge, l’édifice protégeait les frontières à l’est de la principauté de Liège. En longeant l’imposante forteresse, on imagine aisément le sentiment d’invincibilité qu’elle devait procurer à ses assaillants. L’action du temps a certes érodé le fier Franchimont mais son prestige est resté intact. Le sentier serpente le long des flancs de la colline pour rejoindre le petit hameau de Franchimont et la Hoëgne qui nous mènera à Theux. La petite cité dominée à l’ouest par son église fortifiée a, elle aussi, dû se protéger des hordes armées qui pillaient tout sur leur passage. Peu avant de rejoindre la gare, nous nous arrêtons dans l’une des brasseries de la localité. L’occasion d’admirer son centre homogène marqué par un perron et des façades de style mosan.

Carnet pratique

  • Quel train? La ligne 44 (Pepinster-Spa).
  • Départ de la balade: Depuis la gare de Theux, on prend la rue de la Station qui mène à la grand-route en direction d’Heusy. On la suit sur quelques mètres avant de traverser le passage à niveau pour ensuite tourner à droite vers la rue Chawieumont.
  • Balisage: On suit les croix vertes.
  • Difficulté: Un parcours de 6 km sans difficulté qui, en première partie, se déroule à travers les prés. La descente peu après les ruines de Franchimont est soutenue.

La balade du vertige à Marche-les-Dames (Province de Namur)

Ici les para-commandos ont trouvé un endroit de premierchoix pour leurs entraînements. On peut les apercevoir sur les parois des rochers où ils sont mis à l’épreuve. L’itinéraire nous mène tout d’abord versune hêtraie. Au fil de nos pas, les arbres élancés et lejoli jeu de lumière entre leurs troncs offre un beau spectacle. Une fois la futaie traversée, le chemin effectue des arabesques jusqu’aux corniches des falaises. Le point de vue du Rocher du Roi Albert nous remet aussitôt en mémoire le drame qui s’est déroulé le 17 février 1934. Grand amateur d’alpinisme, le souverain décida, ce jour-là, de l’escalader en solo avant une réunion prévue l’après-midi à Bruxelles. Equipé de chaussures cloutées et de cordes de chanvre, il attaquera un rocher froid et humide. Qu’importe! Le roi a effectué d’autres courses dans les Alpes. Tard dans la journée, son corps sans vie sera retrouvé au pied de la falaise. Après avoir quitté le plateau, notre balade se poursuit vers un ravin jusqu’à l’endroit fatidique. En fin de parcours, l’enfilade de falaises que l’on admire depuis le RAVel impressionne et semble se perdre à l’horizon.

Carnet pratique

  • Quel train? La ligne 125 (Liège-Namur).
  • Départ de la balade: Depuis la gare de Marche-les-Dames, on suit la rue Notre-Dame du Vivier avant de prendre un chemin sur notre gauche.
  • Balisage: On suit les rectangles bleus. Attention, à la fin de la balade, ne suivez pas le balisage qui vous mène curieusement le long de la nationale très dangereuse. Tournez à droite sur cette dernière et traversez le pont du chemin de fer pour rejoindre, 50 m plus loin, le port de plaisance. De là, rejoignez le RAVeL qui longe la Meuse jusqu’à la gare.
  • Difficulté: Une balade de 6,5 km qui débute par une montée en forêt. Soyez prudents au point de vue du Rocher du roi Albert (il n’est pas sécurisé).

Plus d’idées de balades:

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, cuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)