8 artistes qu’il ne fallait pas louper à Esperanzah! cette année

8 artistes qu'il ne fallait pas louper à Esperanzah! cette année
Esperanzah!

Esperanzah!, c’est LE festival de musique du monde en Belgique: avec des artistes venus tout droit du Brésil, Cameroun, Kenya mais aussi un beau panel d’artistes belges et français! De quoi vous emmener faire le tour du monde en seulement trois jours, le tout à une bonne heure de Bruxelles.

Depuis 18 ans, Esperanzah! world music festival fait scènes combles. Le public y est autant familial, que jeune, et même plus âgé. Un beau mélange qui permet d’obtenir une bonne ambiance. L’un des gardes de sécurité nous a d’ailleurs confié: « C’est la première année que je travaille sur ce festival et si on me le propose l’année prochaine, je signe directement. Il y a très peu de problèmes, les gens sont sympas, c’est agréable ».

On est bien d’accord, Eperanzah c’est le festival du bon vivre avec des artistes de qualité. Cette année, même avant d’entrer entre les murs de l’Abbaye de Floreffe, l’affiche nous vendait du rêve et elle a tenu toutes ses promesses. Petite sélection des artistes qu’il ne fallait absolument pas manquer et à découvrir si vous ne les connaissez pas encore.

#1 Ibeyi

Les sœurs jumelles sont nées à Paris mais ont des origines cubaines. D’ailleurs, leur musique invoque des divinités vaudous sur des mélodies parfois soul, R&B et hip-hop. Lisa-Kaïndé et Naomi sont pleines d’énergie, ce qui offre une prestation cinq étoiles. La voix soul et suave de Lisa-Kaïndé accompagnée des chœurs parfaitement maîtrisés de Naomi offre un spectacle parfait. Gros coup de cœur pour ce groupe.

#2 Polo&Pan

Très attendu, le groupe d’électro-pop français a clos cette 18ème édition. Une heure de set où il était impossible de rester immobile. Leur musique est exotique, tout en étant électro: la formule parfaite pour donner le sourire malgré trois jours de festival dans les jambes. Mention spéciale pour les graphismes colorés en arrière-plan qui apportent un petit plus à leur concert. À écouter absolument!

#3 Caravan Palace

Caravan Palace, c’est le groupe d’électro-swing par excellence. Mêlant ancien et moderne, ce groupe, c’est du groove à l’état pur! Quelques pas de swing bien maîtrisés (ou pas) de la part du public et l’ambiance de feu était au rendez-vous.

#4 Georgio

Georgio parle de la vie, la vraie, sans pour autant avoir un rap torturé. Sur scène, il a de l’énergie pour dix. Ses raps se mêlent à des sons très électro, pour le plus grand bonheur des festivaliers. Et puis, on a adoré sa spontanéité! Le rappeur de 26 ans n’a pas hésité à interrompre son concert quelques secondes pour un « problème technique »: un lacet défait! Et vu comme il bouge sur scène, c’était effectivement bien mieux qu’il refasse sa boucle!

#5 Vanupié

Totale découverte de cet artiste qui propose des chansons mélangeant des sonorités reggae, légèrement soul aussi et pop-rock par moment. Sous un soleil de plomb, c’était le concert à aller voir ce dimanche. On a adoré sa joie communicative, sa voix androgyne et râpeuse.

#6 Fakear

Fakear était attendu et n’a pas déçu! En clôture le samedi soir, ce DJ a fait bouger les spectateurs sur ses sons électro parfaitement maîtrisés, accompagnés de sonorités orientales. On adore, on ne s’en lasse pas!

#7 Muthoni Drummer Queen

Là encore, cette chanteuse tout droit venue du Kenya est une belle découverte. Une vraie bête de scène, dans sa robe argentée, avec ses danseuses, elle a fait bouger le public avec ses chansons R&B, ragga et ses discours engagés.

#8 Glauque

Ce groupe venu tout droit de Namur en est à ses débuts mais les cinq artistes, à l’affiche de tous les festivals cette année, seront certainement, dans peu de temps, sur les grosses scènes de ces événements musicaux. Difficile à définir, Glauque a des résonances très rock, tout en faisant du rap, avec des mélodies électro qui nous tiennent en haleine.

Déjà bien connu du public, on a également bien aimé L.E.J qui nous a fait danser grâce à ses différents mixtes de chansons revisitées.

Pourquoi il deviez-vous absolument y aller?

Il fallait être présent cette année car c’était peut-être la dernière édition dans l’antre de l’Abbaye de Floreffe. Après 18 ans, il se pourrait bien que ce festival déménage. « Oui, il est possible que ça soit la dernière édition du festival Esperanzah! à l’Abbaye de Floreffe. Mais possible ne veut pas dire certain. L’Abbaye de Floreffe est, et restera quoi qu’il arrive notre priorité », annonce Jean-Yves Laffineur, directeur du festival dans un communiqué. L’Abbaye est vieille de plusieurs centaines d’années et est classée, ce qui est un frein à l’organisation. Elle est souvent contrainte à des rénovations. Chaque année, les contraintes sont un peu plus grandes pour l’organisation, notamment au niveau de la sécurité des lieux. « Nous envisagerons toutes les pistes de solutions, y compris éventuellement celle de quitter l’Abbaye si les conditions optimales d’accueil ne sont plus rencontrées », conclut le directeur. Même si un changement d’endroit doit avoir lieu, la bonne humeur qui règne à Esperanzah! sera elle, toujours bien présente.

Fan de musique? Lisez ces trois articles

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardin, maisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)