Faut-il avouer ses fantasmes à sa moitié?

Faut-il avouer ses fantasmes à sa moitié?
© Getty Images

Il paraît que tout le monde a des fantasmes… Mais reste à savoir s’il est bon de les avouer à sa moitié ou pas. Une experte en sexualité nous éclaire. 

Faire l’amour sur la plage ou dans un lieu public, jouer le rôle de l’infirmière et du patient, dominer ou se faire dominer, se rendre dans un club libertin… Ces désirs intimes, que l’on appelle des fantasmes, animent les pensées de – presque – tous les humains. Et si certains ont de quoi nous faire rougir, avoir des pensées érotiques est une chose très saine pour notre santé mentale et sexuelle.

En effet, fantasmer nous offre la possibilité de nous connecter à notre sexualité, boostant ainsi notre libido. Mais aussi bénéfiques puissent-ils être, les fantasmes peuvent parfois sembler inavouables à la personne qui partage notre lit. Nombre de femmes ressentent même une certaine honte lorsqu’elles imaginent, par exemple, faire l’amour à trois ou encore avec un(e) parfait(e) inconnu(e). Un sentiment qui n’a pas lieu d’être pour Virginie Motte, coach spécialisée dans la libération sexuelle. Elle rassure: “Notre société nous dit que fantasmer peut être une chose honteuse, que l’on devrait garder pour soi ou, au contraire, avouer à son partenaire comme si c’était mal… Mais en réalité, la seule question que l’on devrait se poser, c’est si l’on ressent le désir – ou pas – de partager cette pensée érotique avec notre moitié”.

Confier ses fantasmes: oui, mais seulement si on en a envie!

Selon l’experte, aucune obligation – ni même interdiction – d’avouer ses fantasmes à l’être aimé: “Déconstruisons un peu cette notion de ‘il faut’ et de ‘je dois’, pour nous demander plutôt si on a envie de confier les fantasmes qui nous animent à notre partenaire, ou si l’on préfère que cela reste notre jardin secret”. Pour autant, Virginie Motte invite celles qui désirent en parler à le faire sans crainte. “Confier à l’autre l’objet de notre fantasme peut créer une réelle complicité entre les deux amants, et permettre au couple de profiter d’une certaine excitation qui va stimuler leur vie sexuelle, apporter du piment à leur intimité”.

Doit-on absolument réaliser son fantasme?

Une fois le fantasme avoué, il sera alors question de savoir si l’on désire le réaliser, ou pas. Et encore une fois, la réponse de la coach est claire: aucune obligation à assouvir un fantasme, même si on en a parlé à sa moitié. “Souvent, rien que de parler à son partenaire de son ou ses fantasmes boostera la libido du couple, puisque cela va laisser place à l’imaginaire érotique. Il est donc important de se demander si l’on ressent vraiment le besoin de le réaliser, ou si le simple fait de le partager suffit”.

Vous avez décidé de réaliser votre fantasme? Voici trois conseils de la spécialiste en libération sexuelle: 

  • On y va step by step: prendre le temps de parler et de construire ce projet est primordial, sous peine de rencontrer quelques difficultés de couple. On évite donc de faire les choses dans la précipitation, et on organise ce passage à la réalité de manière à ce que cela se passe dans de bonnes conditions.
  • On s’assure que notre partenaire est vraiment partant: si certains fantasmes sont très soft, d’autres nécessitent de s’assurer que l’autre est vraiment excité par l’idée, et ne vous dise pas oui afin de vous faire plaisir. Le consentement, c’est la clé!
  • On pose des limites: si votre fantasme implique certaines pratiques et/ou d’autre(s) personne(s), il sera primordial pour le couple de discuter préalablement des limites de chacun.

Plus de conseils sexo

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)