L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu
Getty Images

Selon une étude, ne plus boire d’alcool permettrait aux femmes d’être en meilleure santé mentale

Par Justine Leupe

Le soleil brille, le temps est parfait pour boire un petit rosé ou une bonne bière fraîche en terrasse. Pourtant, une récente étude a démontré que l’abstinence d’alcool serait positive sur la santé mentale des femmes. 

Si beaucoup d’études portent sur l’alcool et ses effet sur la santé physique, encore peu concernent les effets que peut avoir ce liquide désinhibant sur la santé mentale. C’est chose faite et les résultats publiés dans le CMAJ font réfléchir.

Une étude de grande envergure

Des chercheurs de l’Université de Hong Kong ont suivi, durant 4 ans (2009 – 2013), 10.386 adultes dont l’âge moyen était de 39 ans. Parmi eux, 56% de femmes et 44% d’hommes, certains étaient complètement abstinents concernant l’alcool, d’autres étaient des buveurs modérés. Lorsqu’on parle de “modéré”, cela équivaut à 7 volumes d’alcool sur une semaine pour une femme, et 14 pour un homme.

Le bien-être évalué

Ensuite, le bien-être physique et mental de tous ces cobayes a été analysé. Un sondage a été réalisé auprès de ces derniers et un score, allant de 0 à 100, a été attribué à chacun. Au plus on se rapproche de 100, au meilleur est votre santé générale. Les résultats ont été comparés, pour plus de précisions, à d’autres résultats obtenus auprès de 31.079 Américains.

Les conclusions sont assez clairs: les hommes et les femmes qui ne boivent pas une seule goutte d’alcool ont un taux de bien-être mental plus élevé. Les chercheurs ont également relevé que les femmes buvant modérément, et qui sont devenues abstinentes au cours des 4 ans d’enquête, ont vu une amélioration de leur état de santé mentale.

Une consommation modérée ne veut rien dire

Toute personne ayant eu une consommation d’alcool modérée durant quatre ans n’a, en aucun cas, été associée à un meilleur bien-être, que ce soit physique ou mental. “Davantage de preuves suggèrent une certaine prudence à recommander une consommation modérée d’alcool dans le cadre d’une alimentation équilibrée”, explique l’auteur de l’étude, Dr. Michael Ni. “La consommation mondiale d’alcool devrait continuer à augmenter à moins que des stratégies efficaces soient employées. (…) Arrêter de boire pourrait être associé à un changement plus favorable du bien-être mental, pour s’approcher des niveaux des personnes n’ayant jamais bu”, conclut-il.

Ces trois articles pourraient également vous plaire

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardin, maisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Contenu des partenaires