L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Pourquoi envisager de déclencher l’accouchement avant la 42e semaine de grossesse?

Lorsqu'une grossesse dépasse les 40 semaines, il est courant de se voir proposer un déclenchement, en particulier si la future maman arrive à la 42e semaine d'aménorrhée.

Les dernières semaines de grossesse semblent pour beaucoup de futures mamans particulièrement longues, surtout quand elles dépassent la date du terme. Des jours souvent riches en émotions et en visites médicales. Bébé ne se décide pas à arriver? Votre gynécologue vous parlera certainement de déclencher l’accouchement, surtout si vous dépassez la 41e semaine de grossesse. Une méthode qui se justifierait par les risques encourus pour le bébé et la future maman, mais qu’il est important d’envisager en ayant un certain recul sur la situation.

Pourquoi un déclenchement après la 40e semaine de grossesse?

Les naissances après terme présentent un risque accru de complications, tant pour la mère que pour le bébé, pendant l’accouchement mais aussi les jours qui suivent:

  • Anomalie du rythme cardiaque fœtal in utéro et pendant l’accouchement
  • Augmentation des risques de troubles neurologiques et/ou du développement 
  • Quantité insuffisante de liquide amniotique
  • Insuffisance placentaire 
  • Présence de méconiums (les selles de bébé) dans le liquide amniotique
  • Risque accru de mortalité pré et périnatale

Quand faut-il s’inquiéter?

Rassurez-vous, dans plus de 90% des cas, les accouchements se déclenchent naturellement avant la 41e semaine. Mais si ce n’est pas le cas, sachez qu’une future maman ayant dépassé le terme sera suivie de près par une équipe médicale. Plusieurs paramètres sont alors vérifiés: la hauteur utérine, la quantité de liquide amniotique mais aussi le rythme cardiaque de bébé. Si la hauteur utérine ne progresse pas, que le liquide amniotique se raréfie et que le monitoring constate un problème dans le rythme cardiaque du fœtus, le déclenchement du travail – ou la césarienne, selon l’état de santé de la maman et du bébé – sera planifié.

Déclencher l’accouchement: à quoi s’attendre?

En l’absence de souci de santé, le déclenchement de l’accouchement est envisagé entre la 41e semaine d’aménorrhée + 0 jour et la 41e semaine + 6 jours. Néanmoins, l’obstétricien vérifie toujours si le col de l’utérus est assez mûr avant de provoquer le début du travail. C’est en effet en fonction de la maturation du col que la technique de déclenchement sera sélectionnée. Voici les plus courantes:

  • Le décollement des membranes: il s’agit d’un toucher vaginal profond ayant pour but de provoquer les contractions. Une technique parfois douloureuse mais qui aurait pour conséquence l’activation d’une enzyme entraînant la production de prostaglandine, une hormone qui aide à la maturation du col… Suivront dans les heures ou les jours qui suivent des contractions.
  • L’injection d’ocytocine de synthèse: afin de provoquer les contractions ou de les booster lorsque le travail stagne, l’équipe médicale peut proposer une injection en intraveineuse d’ocytocine de synthèse. Peu de temps après avoir été injectée, la future maman ressent les premières contractions.
  • L’application de gel de prostaglandine: ce gel, appliqué directement dans le col de l’utérus à l’aide d’une seringue insérée dans le vagin, permet d’assouplir le col et de le dilater afin de faire passer le bébé. Attention: ce gel ne peut être appliqué que si le col est déjà ouvert à 2 ou 3 cm environ.

Plus de conseils pour les futures mamans

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter.