Comment préparer son projet de naissance?

Comment préparer son projet de naissance?
© Getty Images

Devenir actrice de son accouchement, c’est possible! Pour cela, rédiger un projet de naissance peut vous être utile. Une accompagnante à la naissance nous explique comment le préparer.

Dans une société où les naissances sont de plus en plus médicalisées, il n’est pas rare que de jeunes mamans se sentent dépossédées de leur accouchement. C’est pour éviter cette déception que Sophie Litt, doula et accompagnante à la naissance, conseille à tous les futurs parents de prendre le temps d’écrire ce qu’on appelle un projet de naissance. Ce plan leur permettra d’énoncer leurs besoins et leurs désirs en ce qui concerne le jour J. Elle nous explique comment le rédiger de la manière la plus optimale possible.

Un projet de naissance, c’est quoi?

Un projet de naissance est un document qui transcrit les conditions dans lesquelles la maman souhaite donner naissance, ainsi que les gestes médicaux auxquels elle consent. “Il permet véritablement de se replacer comme actrice de son accouchement”, précise Sophie Litt, mais aussi…

  • D’arriver le jour J en étant préparée psychologiquement
  • De consacrer du temps à envisager son accouchement
  • De réfléchir à et de mettre en lumière ses besoins et ses choix

Les conseils de la doula pour le rédiger

1. On s’informe

S’informer sur les différentes manières de mettre un enfant au monde est une première étape importante. La doula conseille aussi de se renseigner sur le rôle des hormones dans un accouchement ou encore les différents moyens de les booster. “L’information est une chose essentielle pour construire un projet de naissance. On dit souvent ‘le savoir, c’est le pouvoir’ et cet adage prévaut aussi dans le cas d’un accouchement: plus on est informée, moins on risque d’être dépossédée”, nous précise l’experte.

Des connaissances qui peuvent s’acquérir en lisant des livres, des articles ainsi que des témoignages sur l’accouchement, et en échangeant avec un ou une spécialiste en périnatalité.

2. On envisage les choses précisément

Retenez une chose importante: plus le projet de naissance est précis, mieux c’est! Raison pour laquelle la doula invite à définir ses besoins et attentes dans les moindres détails. Voici une liste non exhaustive de pistes de réflexion:

  • Quel type d’accouchement envisagez-vous? Avec ou sans péridurale?
  • Dans quelle ambiance aimeriez-vous accoucher? Avec une lumière tamisée? De la musique? 
  • Quels gestes médicaux pourront être réalisés sur vous et votre bébé? Quels sont ceux à proscrire?
  • Souhaitez-vous, si le travail stagne, qu’une injection d’ocytocine soit proposée pour booster le travail?
  • Acceptez-vous qu’une épisiotomie soit pratiquée?
  • Dans quelle(s) position(s) envisagez-vous d’accoucher?
  • Quels gestes autorisez-vous sur le cordon ombilical et le placenta?
  • Comment souhaitez-vous que se déroulent les premières heures avec bébé? 
  • Souhaitez-vous allaiter?
  • Quels soins peuvent être apportés à bébé après sa naissance? Et à partir de quand?

3. On communique avec le co-parent

“Longtemps considérée comme secondaire, on sait aujourd’hui que la place du co-parent est essentielle lors d’une naissance”, souligne Sophie Litt. Pour préparer un projet de naissance qui tient la route, il est nécessaire de prendre en considération les besoins et les attentes du co-parent: “Sera-t-il présent?”, “Quel sera son rôle?, “Quelle place tiendra-t-il le jour J?” sont autant de questions à se poser en couple et à coucher sur papier.

On le donne à qui?

Donnez un exemplaire du projet au gynéco et aux sages-femmes de la maternité ou de la maison de naissance dans laquelle vous mettrez bébé au monde. L’accompagnante conseille aussi de glisser un exemplaire dans la valise de maternité, afin de bien l’avoir le jour J.

Et si ce n’était pas faisable?

Poser ses souhaits sur papier ne garantit pas qu’ils soient respectés à la lettre. Il se peut que des raisons extérieures à la volonté des parents et/ou de l’équipe médicale viennent compliquer les choses (bébé en détresse, maman en détresse, événement extérieur inattendu…), pensez-y aussi en amont. On ne contrôle pas tout et certainement pas une grossesse et un accouchement.

Si votre projet n’a pas pu être respecté, Sophie Litt conseille de réfléchir à l’impact que cela a sur votre moral post-partum: “Pour certains parents, cela n’aura aucun impact et c’est tant mieux! Pour d’autres, ce sera un vrai coup dur pouvant entacher le bien-être physique et mental. Si c’est votre cas, il est primordial de mettre des mots sur les sentiments qui vous traversent: voyez une psychologue, une sage-femme, une doula, faites une séance de kinésiologie pour vous aider à gérer vos émotions… Peu importe la méthode choisie, l’important est de faire sortir tout cela”.

Plus de conseils pour les futures et jeunes mamans

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)