Burn-out ou mal-être au travail?

Burn-out ou mal-être au travail?
Shutterstock

Si le burn-out touche ‘seulement’ un travailleur sur dix, le mal-être au travail commence bien avant. Apprenez à en repérer les premiers symptômes…

L’important est surtout de réagir vite! Car la gravité du phénomène ne fait plus aucun doute. En 2015, pour la première fois dans l’histoire de la sécurité sociale belge, l’incapacité de travail a coûté plus cher à l’État que le chômage, et ça ne s’est pas arrangé en 2016. En cause: l’explosion de l’incapacité de travail de longue durée, due essentiellement à la multiplication des dépressions.

Il faut travailler toujours plus

«De façon générale, la souffrance au travail augmente, constate la Docteur Evelyne Lenoir, responsable de la cellule Santé et bien-être au travail de la Société Scientifique de Médecine Générale (SSMG). Parce que les contraintes s’aggravent – de façon générale, il faut en faire toujours plus avec moins de personnel – et que la peur du licenciement est omniprésente. Ce qui pousse certains travailleurs à négliger des signes avant-coureurs comme les troubles du sommeil et les sautes d’humeur pour s’obstiner dans un présentéisme dangereux. Quand ils commencent à se sentir mal, tant physiquement que mentalement, ils devraient pouvoir s’arrêter pour faire le point. Mais, par crainte de perdre leur emploi, ils ne prennent pas le risque de s’absenter… et un jour, ça casse!»

Les stresseurs au travail

Pour échapper aux facteurs de stress professionnels, en effet, il ne suffit pas de faire semblant de les ignorer. «Dans le monde du travail, les ‘stresseurs’ sont nombreux et malheureusement cumulables, précise Sophie Morin, psychologue du travail et auteure de Vivre mieux au travail. Ils peuvent être liés à l’intensité du travail – pression temporelle, ordres et contre-ordres, rythmes atypiques, difficultés de conciliation entre vie privée et vie professionnelle… – mais aussi au manque d’autonomie et à la sous-utilisation des compétences, à des relations de travail dégradées et bien sûr à l’insécurité socio-économique.»

Attention, fragile!

Il s’y ajoute, selon le Français Jean-Denis Budin, enseignant-chercheur en sciences de gestion à l’Université de Paris Dauphine, fondateur du CREDIR et auteur de Ne vous tuez plus au travail (voir encadré Pour aller plus loin), deux facteurs «personnels mais déterminants: l’addiction numérique, qui détériore la qualité et la quantité du sommeil et contribue à la surutilisation du cerveau, et le sentiment de solitude, qui accroît la souffrance et réduit l’aptitude à rebondir. Personnellement, quand je me suis retrouvé en burn-out et licencié, j’aurais eu beaucoup plus de mal à me relever sans le soutien inconditionnel de mon épouse. Mais la plupart des personnes qui s’adressent au CREDIR vivent soit seules soit dans des couples si fragiles qu’elles n’osent pas confier leurs soucis professionnels à l’autre.»

Cerveau moteur

Dans de telles conditions, pas étonnant que le cerveau ne sache plus où donner de la tête. «Le cerveau, fatigué, ne parvient plus à récupérer, affirme Jean-Denis Budin. De ce fait, il dérègle le fonctionnement de toute une série d’organes, de sorte qu’au désarroi des neurones s’ajoute la déglingue du corps.» Vous ne voulez pas en arriver là? Suivez le(s) guide(s).

Autoexaminez-vous

Votre fatigue vous semble encore gérable? Vous êtes persuadée de pouvoir tenir jusqu’aux prochaines vacances? Avant de sauter aux conclusions, faites attention aux symptômes associés: difficulté à prendre des décisions, même anodines, manque de motivation, pertes de mémoire ou difficultés de mémorisation, irritabilité ou émotivité excessives (vous vous énervez et/ou vous pleurez pour un rien), pessimisme, tendance au grignotage et attirance pour les aliments sucrés… Et ne négligez pas les avertissements de votre entourage. «Qu’est-ce qui t’arrive? Ça ne te ressemble pas! Tu ne réagis plus comme avant…» Un problème que vous refusez de reconnaître ne peut que s’aggraver.

Prenez la situation au sérieux

«Un stress prolongé est un facteur de risque de nombreux troubles, explique Jean-Denis Budin. Neuromusculaires, neuropsychiques, cardiovasculaires, digestifs, respiratoires, allergiques et même cutanés. L’apparition de ces maux liés au stress révèle que votre organisme ne parvient plus à s’autoréguler.»

Apprenez à gérer votre stress

«La première stratégie de gestion du stress consiste à calmer les réactions physiologiques déclenchées (rythmes cardiaque et respiratoire accélérés, tensions musculaires, etc.), commente Sophie Morin. Cette détente peut être obtenue par différents moyens: respiration, relaxation, sophrologie, yoga… Mais ces pratiques ne vous serviront à rien si, parallèlement, vous n’agissez pas sur vos pensées par la restructuration cognitive.»

J’agis sur mes pensées

La restructuration cognitive consiste à repérer vos pensées automatiques négatives, à analyser leur validité et à les remplacer par des pensées positives. Comme tout le monde, vous avez une façon générale de penser, avec quelques pensées récurrentes qui vous sont propres. En période de stress, ces ‘pensées automatiques’ sont souvent globalement pessimistes. Elles peuvent être centrées sur vous (‘Je suis nulle, je n’y arriverai jamais!’), sur les autres (‘On ne peut compter sur personne’), sur le monde en général (‘Le monde du travail est impitoyable’) ou sur l’avenir (‘Tout va de plus en plus mal’). L’idée est de les remettre en question, pour les remplacer par des pensées alternatives positives. Ainsi, une pensée du type ‘Je n’y arriverai jamais’ peut être remplacée par ‘Je suis organisée, je ne vois pas pourquoi je n’y arriverais pas’, ou ‘Dans les mêmes circonstances, la dernière fois, je m’en suis bien tirée!’

Réapprivoisez le temps

Bien que le temps libre ait objectivement augmenté, nous ressentons tou(te)s une pénurie chronique de temps. A cause des nouvelles technologies de l’information et de la communication, notre société a développé une véritable obsession de l’immédiateté. Résultat: vous vivez et travaillez constamment dans l’urgence, ce qui vous met à la limite de la surcharge mentale. Pour y échapper, commencez par prendre conscience de ce qui vous ‘prend’ du temps au sens propre du terme, puis réorganisez-vous en conséquence: priorisez vos tâches en fonction de leur importance et de leur urgence, planifiez vos journées en veillant à ne pas les remplir uniquement de tâches prioritaires (sinon, c’est le stress assuré), gagnez en efficacité en limitant les interruptions et le zapping (votre mot d’ordre: une tâche à la fois) et surtout ne vous laissez pas envahir par votre messagerie électronique: la lecture des mails est à effectuer une à trois fois par jour, pendant des plages planifiées, déterminées par vous.

Déculpabilisez

«Beaucoup de femmes ne s’accordent même pas un moment à elles lorsqu’elles rentrent à la maison après le travail, remarque Sophie Morin. Elles passent sans transition du statut de travailleuse à celui de mère de famille. Alors qu’il suffit souvent de 10 minutes pour éviter une accumulation de fatigue qui fait le lit de la dépression et du burn-out. Expliquez à vos enfants que vous avez besoin de souffler: ils vous comprendront très bien.»

Reprenez confiance en vous

«C’est moins compliqué qu’il n’y paraît, affirme Jean-Denis Budin. Avant tout, arrêtez de subir les choses. Si vous souffrez d’un problème relationnel, par exemple, travaillez votre mode de communication. Et, si ça ne suffit pas, abordez le problème de façon claire et transparente avec la ou les personnes concernées.» L’affirmation de soi peut se développer en apprenant à faire une demande (si vous voulez quelque chose, il faut le demander: ce n’est pas à l’autre de le deviner), répondre à une demande autrement que par ‘oui’ (vous pouvez refuser ou négocier), faire et recevoir une critique, faire et recevoir un compliment, mais aussi, tout simplement, engager, poursuivre et arrêter une conversation. Osez, osez, osez… et félicitez-vous quand vous y êtes arrivée!

Et enfin, (ré)activez d’autres aspects de votre quotidien

Le meilleur moyen de résister au stress professionnel est un mode de vie équilibré. Pour Jean-Denis Budin, «les personnes les plus vulnérables sont celles qui investissent massivement dans leur travail au point de se laisser dévorer par lui. En prévoyant régulièrement des activités sportives ou ludiques avec vos proches et vos amis, mais aussi en vous engageant dans la vie associative, qui vous permet de rencontrer des gens avec lesquels vous pouvez vous lâcher, car ils n’ont aucune connexion professionnelle ou personnelle avec vous, vous vous créez de véritables sas de décompression!»

Texte Marie-Françoise Dispa

Ces articles sur le burn-out pourraient aussi vous intéresser

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, cuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, nos comptes Instagram et Pinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)