Journée des Droits des Femmes: Geneviève Moreau: «Une alimentation bonne pour le corps et la planète? C’est possible!»

Journée des Droits des Femmes: Geneviève Moreau: «Une alimentation bonne pour le corps et la planète? C'est possible!»
Christelle Gilquin

8 mars, c’est la journée internationale des droits des femmes et pour l’occasion, les entrepreneuses sociales sont à l’honneur.

Le saviez-vous? 45% des entrepreneurs sociaux dans le monde sont des femmes – une proportion bien plus élevée que dans l’entrepreneuriat «classique» (33%). Des entrepreneuses sociales qui pensent que l’entreprise ne doit pas se limiter à générer des profits, mais peut être un levier pour changer les choses. A l’occasion de la Journée de la Femme, découvrez le portrait de 21 d’entre elles aux 4 coins du monde, grâce à l’opération Women in Businesses For Good à laquelle Femmes d’Aujourd’hui, ainsi que 20 autres médias internationaux, participe.

Geneviève Moreau: «Une alimentation bonne pour le corps et la planète? C’est possible!»

Geneviève Moreau prône une alimentation santé-durable, à la fois bonne pour le corps et pour la planète. Convaincue, cette médecin-généraliste forme désormais professionnels et particuliers au sein de son Institut.

Pour Geneviève Moreau, 52 ans, médecin généraliste de formation, notre principale médecine, c’est l’alimentation. Il n’était d’ailleurs pas rare, lorsqu’elle consultait encore et qu’elle allait à domicile soigner qui une angine, qui une grippe, de la voir inspecter le frigo pour avoir une petite idée du genre d’alimentation de la maisonnée. «Tout a commencé lorsque mon aîné était tout petit, raconte cette maman de trois enfants. Un jour, il a avalé une cacahouète et a fait un choc anaphylactique. Heureusement, j’avais tout sous la main pour le sauver, mais j’ai eu envie de savoir ce qui se passait dans son métabolisme pour qu’il soit allergique.» S’en sont suivies plusieurs formation à la nutrition, celle qui fait du bien à la fois à la santé et à la planète. «Dans ma formation de médecin, seules huit heures de cours étaient consacrées à l’alimentation», regrette-t-elle.

Des «assiettes-santé»

Une fois formée, Geneviève Moreau agrémente les traitements classiques de ses patients de vitamines, d’oméga 3, voire de menus entiers. Ses fameuses «assiettes-santé». «Aujourd’hui, cette démarche semble presque banale, mais à l’époque, c’était loin d’être classique. Je suis d’une époque où on ne faisait pas attention à ce qu’on mangeait: on mangeait de la viande, des frites, de la sauce à la crème…»

Un jour, l’une des patientes de Geneviève lui dit: «Vos menus me font vraiment du bien, mais quand je suis en vacances et que je mange autre chose, ça recommence, il faudrait former les restaurateurs.» Ni une, ni deux, Geneviève Moreau, bercée depuis toujours par le goût d’entreprendre, décide d’ouvrir, avec l’aide de l’un de ses professeurs de nutrition, ainsi qu’un collège de scientifique, l’Institut-SIIN, Institut Scientifique pour une Nutrition Raisonnée. Fondé en 2009, l’Institut ouvre une voie. «Avant ça, explique Geneviève Moreau, on n’associait pas tellement alimentation santé et planète. On ne faisait pas attention au coût environnemental de notre alimentation, ni au fait que les maladies de civilisation (de nombreux cancers, obésité, diabète, maladies cardio-vasculaires, troubles neuropsychiatriques, allergies alimentaires, troubles de l’attention…) soient tellement liées à notre alimentation. Les professionnels étaient conscients qu’il fallait se nourrir autrement, mais ils ignoraient comment. Tout était à écrire dans le domaine!» Son projet parle en tout cas et convainc la Fondation Roi Baudouin de lui octroyer un prix. Puis, de fil en aiguille, nommée Fellow Ashoka (membre du premier réseau mondial d’entrepreneurs sociaux), elle bénéficie d’une autre bourse de trois ans. En 2016, pouvant enfin se payer un salaire, elle abandonne ses consultations médicales.

Chaque consommateur est un acteur du changement

Depuis la fondation de l’Institut, Geneviève et sa petite équipe (8 personnes au total) ont formé 3200 professionnels (de la santé, chefs cuisiniers…) en Belgique, en France, en Suisse, au Canada, au Royaume-Uni, soit autant d’ambassadeurs pour les particuliers qu’ils accueillent/soignent/conseillent/nourrissent…* Devenus une référence en la matière, ils sont régulièrement consultés par des marques qui veulent lancer un nouveau produit sain, ou par le gouvernement pour élaborer une nouvelle loi. «Mon moteur, c’est d’apprendre aux consommateurs à faire les bons choix tant qu’ils le peuvent: acheter un poulet industriel mal nourri et gavé d’antibiotique néfaste pour la santé et la planète ou un poulet bio élevé dans de bonnes conditions? Acheter un cake industriel plein de colorants ou le faire à la maison avec de la farine, des œufs, du sucre, du beurre et du lait? Chaque personne est un acteur du changement. L’agro-alimentaire est prêt à changer si le public le demande. Si les consommateurs n’achètent plus que des biscuits sains, les marques ne produiront plus que ça! Hélas, pour lire et comprendre les étiquettes (indispensable!) et avoir les bons réflexes, il faudrait avoir fait des études universitaires!»

Un travail titanesque

Geneviève Moreau fourmille encore de projets: multiplier les labels sur les produits sains, travailler avec la Commission européenne, mais aussi avec les CPAS. «Il n’est pas logique de devoir payer plus cher pour des produits sains – pourquoi un sucre non raffiné devrait-il coûter plus cher qu’un sucre raffiné? – Ce n’est pas parce qu’on n’a pas beaucoup d’argent qu’il ne faut pas pouvoir faire les bons choix.» Bref, du boulot en perspective. «Je suis contente d’avoir choisi cette voie. J’ai l’impression d’avoir mis le premier pied à l’étrier pour changer les choses, mais ça ne va pas assez vite à mon goût. Il y a encore beaucoup à faire pour changer les mentalités. C’est un travail titanesque.»

* Une e-formation à l’attention des particuliers est également disponible sur www.siin-nutrition.com. Les formations pour les professionnels peuvent bénéficier d’aides à la formation (chèques-formation Sodexo en Belgique).

Découvrez aussi d’autres femmes extraordinaires du monde entier en cliquant ici!

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)