4 règles de base pour ne pas tuer ses plantes d’intérieur

4 règles de base pour ne pas tuer ses plantes d'intérieur
Getty images

La main verte n’est pas un don du ciel! Les plantes en intérieur exigent une attention toute particulière et cela s’apprend. Quelle exposition? Quelle fréquence d’arrosage? Quel pot? Voici quelques règles de bases qui devraient vous aider à ne pas tuer vos plantes d’intérieur.

La nature c’est tendance, alors à défaut de l’avoir en bas de chez soi, on la recrée dans son intérieur, façon « urban jungle ». Avant de parvenir à cet effet hautement instagrammable, encore faut-il connaître les règles de base pour ne pas tuer ses premières plantes d’intérieur.

1. Choisir des plantes adaptées à leur emplacement

Ne choisissez jamais une plante uniquement pour sa valeur décorative! Il s’agit d’un être vivant qui a besoin qu’on lui prodigue les soins adaptés à son espèce. La calathea et la maranta se contenteront d’un appartement faiblement éclairé, tandis que les aracées ont besoin de luminosité. Un emplacement à l’est reste le top pour les plantes tropicales (du soleil le matin, sans trop de chaleur qui risquerait de mettre à mal leur besoin d’humidité). Examinez donc l’emplacement de vos futurs plantes: quelle est exposition? L’intensité de la luminosité? Y a-t-il un chauffage à proximité? etc.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jᴜʟɪᴊᴀ🌿💚 (@the_shades_of_green) le

2. Ne pas trop arroser

Les feuilles se ramollissent, jaunissent, tombent… Votre plante souffre peut-être d’un excès d’eau. C’est d’ailleurs l’une des grandes erreurs des jardiniers débutants, qui ont tendance à croire que leurs plantes sont assoiffées. Les plantes d’intérieur craignent davantage les excès d’arrosage que les oublis. D’ailleurs, moins vous les arrosez, plus elles seront résistantes au manque d’eau. Le meilleur conseil: laissez la terre s’assécher entre deux arrosages et n’hésitez pas à la toucher pour vérifier sa consistance. Vérifiez aussi que l’eau ne stagne pas dans le fond du cache-pot ou dans la coupelle, les racines risqueraient de moisir…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par marie-laure (@33ruedescerises) le

3. Choisir le bon pot

Bannissez les pots en plastique qui ne laissent pas respirer les plantes. Ne tombez pas non plus dans le piège des jolis cache-pots: ils servent à cacher, pas de pots dans lequel rempoter directement la plante! L’idéal, reste encore les pots en terre cuite. Leur matière poreuse laisse respirer les racines et offre un bon indicateur d’humidité. Lorsqu’ils sont foncés, c’est que la terre est gorgée d’eau.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Nasta 🌿 (@nasta_banana) le

4. Renouveler la terre

Les plantes d’intérieur sont condamnées à être dans des pots. Pour leur assurer un bon développement du système racinaire, il faut penser à les rempoter tous les ans (au printemps généralement) dans un pot légèrement plus grand. C’est aussi l’occasion de changer la terre, et de mettre un terreau frais et riche en nutriments. Le cas échéant, vous pouvez aussi réaliser un surfaçage: vous enlevez 5 à 6 centimètres de terre pour mettre du terreau neuf à la place.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par 🌿 Banana Pancakes 🌿 (@julie_pancakes) le

 Envie de plantes d’intérieur? Ceci pourrait aussi vous intéresser

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardinmaisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)