Billet d’humeur d’Émilie: trouver la quiétude chez soi

Billet d'humeur d'Émilie: trouver la quiétude chez soi
Getty images

Coronavirus. Épidémie. Confinement. Rester chez soi. Certains s’en réjouissent… D’autres se demandent comment éviter de péter les plombs. Nous ne sommes pas tous égaux face au « chez soi ». 

Cette période est inédite, extraordinaire. Nous sommes appelés à rester chez nous pour ralentir la propagation du coronavirus. Plus de déplacements, plus de restaurants, bars, cafés, plus de magasins. Plus de concerts, de brocantes, d’expositions, de spectacles. Plus de matchs de foot, de pique-niques, de rendez-vous Tinder, de drague. Plus d’interactions physiques et sociales. Mais nous allons gagner une chose après laquelle nous courrons en permanence: le temps! Essayons d’en faire quelque chose d’intéressant.

Un toit, une chance!

Pour ma part, je me réjouis tellement de pouvoir rester chez moi. D’avoir la chance de bénéficier d’un toit. D’un appartement sain et confortable. Puisque du « chez soi » j’en ai fait mon métier de home organiser, il ne va pas sans dire, que j’aime y rester, m’y adonner à tout d’un tas d’activités et en prendre soin. Mais à l’heure du confinement, je me rends compte que nous sommes loin d’être égaux face à cette situation. Je pense tout d’abord aux sans-abris, aux migrants qui se retrouvent à la rue. Aux femmes et enfants battus qui devront affronter un mari ou un père violent. Aux personnes qui vivent dans des logements insalubres rongés par les moisissures. Aux prisonniers qui ne pourront plus voir leurs proches… Aux personnes seules et isolées. Aux malades qui ont besoin de soins. Aux couples qui battent de l’aile, aux familles qui doivent occuper les enfants, à tous ceux qui doivent continuer à travailler. Et puis je pense à ceux qui sont incapables d’envisager une semaine sans bars, ni concerts, ni sorties et autres divertissements… Se divertir, c’est en effet se détourner de la réalité. Or, ici nous allons être obligés d’y faire face. De garder notre calme, d’être responsable, de mettre notre bon plaisir de côté pour le bien commun. D’essayer de rester en place, chez soi. De canaliser une énergie pour certains, un besoin de fuite pour d’autre, de trouver d’autres moyens pour combler le vide d’une vie dans laquelle on a parfois du mal à trouver du sens.

Un confinement, une infinie de possibilités

Et si on donnait du sens à ce confinement, autre que celui de se gaver de séries et d’obstruer les canaux de la bande passante (certains opérateurs de réseaux appellent à la « responsabilité numérique » pour éviter la saturation)? Et si on utilisait le temps gagné à ne plus être dans les transports et à consommer pour réfléchir à ce qui nous arrive? « De quoi avons-nous besoin? Qu’est-ce qui est essentiel? Qu’est-ce qui perdure chez l’être humain dans n’importe quelle situation? » C’est la question que s’est posée Jean Hegland, dans son superbe roman « Dans la forêt ». L’histoire de deux sœurs qui apprennent à survivre dans leur maison située au cœur de la forêt dans le nord de la Californie, alors que toute la société est en train de s’écrouler. La réponse de l’auteure est simple et limpide. Il reste trois choses: les liens, la nature et les récits. Les liens, car nous avons besoin des autres pour vivre, pour s’entraider, aimer, échanger. La nature, car dans ce roman dystopique apocalyptique, elle offre des moyens de subsistance. Mais elle nous permet aussi de nous connecter à quelque chose de grand et beau. Enfin, les récits, pour transmettre des savoirs, mais aussi pour se raconter des histoires et voyager par l’esprit lorsque l’horizon se limite à la porte d’entrée.

Restez chez vous et profitez-en!

Alors je lance un appel: si vous avez un toit, que vous êtes en sécurité entre vos quatre murs, que vous disposez de quoi manger et que vous êtes en bonne santé, vous avez tous les outils à votre disposition pour transformer ce confinement en une fabuleuse « odyssée de l’espace domestique ». Soyez reconnaissant d’avoir un refuge. Où vous pouvez lire, vous instruire, réfléchir, méditer, jouer, écrire… Et si vous teniez un journal de cette époque incroyable que nous sommes en train de vivre? L’écriture est un fabuleux remède contre l’ennui et la dépression. Vous avez des fenêtres? Quelle chance! Ouvrez-les et prenez le soleil. Ne vous inquiétez pas, vous ne risquerez pas de devoir bientôt repartir à droite à gauche. Prenez le temps de renouer des liens avec ceux avec qui vous partagez votre lieu de vie. Discutez, écoutez, rassurez-vous, faites-vous des câlins (sauf en cas de coronavirus bien sûr). Prenez votre téléphone, appelez vos amis, votre famille. Si vous êtes angoissé, occupez vos mains en jardinant, en cuisinant, en nettoyant. Oui, oui, le ménage est une super activité pour méditer en mouvement, se vider la tête et faire un peu d’exercice!

« Chez soi » de Mona Chollet en libre accès

C’est aussi l’occasion de lire ou de relire le superbe essai de Mona Chollet, « Chez soi, une odyssée de l’espace domestique ».

« Le foyer, un lieu de repli frileux où l’on s’avachit devant la télévision en pyjama informe? Sans doute. Mais aussi, dans une époque dure et désorientée, une base arrière où l’on peut se protéger, refaire ses forces, se souvenir de ses désirs. Dans l’ardeur que l’on met à se blottir chez soi ou à rêver de l’habitation idéale s’exprime ce qu’il nous reste de vitalité, de foi en l’avenir. Ce livre voudrait dire la sagesse des casaniers, injustement dénigrés. Mais il explore aussi la façon dont ce monde que l’on croyait fuir revient par la fenêtre. Difficultés à trouver un logement abordable, ou à profiter de son chez-soi dans l’état de « famine temporelle » qui nous caractérise. Ramifications passionnantes de la simple question « Qui fait le ménage? », persistance du modèle du bonheur familial, alors même que l’on rencontre des modes de vie bien plus inventifs… Autant de préoccupations à la fois intimes et collectives, passées ici en revue comme on range et nettoie un intérieur empoussiéré: pour tenter d’y voir plus clair, et de se sentir mieux ».

Le livre est en accès libre et gratuit ici.

Ceci devrait aussi vous intéresser

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardinmaisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)