Ardenne: cette balade vous emmène sur les traces de Rimbaud

Ardenne: cette balade vous emmène sur les traces de Rimbaud
Getty images

Natif de Charleville, Arthur Rimbaud a parcouru les Ardennes, tantôt pour fuguer à Paris, tantôt pour s’enfuir avec Paul Verlaine en Belgique. Cet itinéraire de 300 km vous emmène à la découverte de ce paysage mystérieux et austère qui a inspiré le jeune poète avant de le faire fuir à tout jamais.

De l’Ardenne belge aux Ardennes françaises, il n’y a qu’un pas. Ou plutôt 300 kilomètres à parcourir sur “La route Rimbaud-Verlaine” qui vous emmène à la découverte des villes et des paysages qui ont marqué la vie du couple maudit.

Charleville et Roche

L’itinéraire débute à Juniville où Paul Verlaine se réfugie à sa sortie de la prison de Mons. Un jour d’été 1873, il tire sur Rimbaud dans un hôtel bruxellois… Il se poursuit à travers Roche, le village natal d’Arthur Rimbaud, que ce dernier cherchera désespérément à fuir. De la maison familiale, et plus précisément du grenier où le jeune poète écrivit son chef d’œuvre “Une saison en enfer”, après l’incident bruxellois, il ne reste rien. Une maisonnette a été construite, qui aurait été rachetée par la chanteuse américaine Patti Smith, mais elle semble à l’abandon aujourd’hui.

En revanche, à “Charlestown” comme l’appelait Rimbaud, un musée est consacré au poète, et un ancien appartement qu’il a occupé avec sa famille a été transformé en “Maison des Ailleurs” pour rendre hommage à ses pérégrinations. Dès 1874, Arthur Rimbaud cesse en effet d’écrire: il voyage en Afrique, se livre à divers trafics, et meurt à Marseille, à 37 ans. Au cimetière de Charleville, les rimbaldiens du monde entier viennent se recueillir sur la tombe du poète et y déposer fleurs et fioles d’absinthe.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @claireetlivres le

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Une région, deux pays

On parle du département “des Ardennes” où naît Arthur Rimbaud, mais de la région “de l’Ardenne”, que le poète traversera avec Verlaine pour rejoindre Bruxelles, mais il s’agit en réalité de la même terre. Une terre de campagne austère qui a forgé l’esprit de la mère d’Arthur, Vitalie Cuif, dure et intransigeante, mais toujours présente pour lui. C’est aussi une terre où la brume plane au-dessus des méandres de la Meuse, où résonnent les nombreuses ferronneries, et où les forêts abritent alors des contrebandiers se livrant à des trafics de café et de tabac.

Si Arthur Rimbaud détestait sa ville, il n’hésitait pas à manquer l’école pour arpenter la campagne environnante, comme le parc du Mont Olympe (qui lui inspire le poème “Le Dormeur du Val”), le bois de la Havetière ou le massif de Gespunsart qui lui permettait de gagner les baraques belges de Pussemange (où les Français faisaient le plein de tabac à bon prix). Aujourd’hui, un petit train touristique serpente le sud des Ardennes et passe par la gare de Voncq, où Rimbaud prenait le train pour regagner Paris ou Marseille après ses retours à la ferme familiale.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Quentin (@quentinmcrock) le

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

La vallée de la Semois-Semoy

À cheval entre la Belgique et la France, la région est rythmée par les méandres de la Meuse et de la Semoy, qui devient la Semois chez nous. Entre Tournavaux (to do: cette balade dans la plaine de Tournavaux) et Haulmé, Arthur Rimbaud aimait, paraît-il, se ressourcer. Il rendait visite à son ami Léon Poncelet à Nohan, dont les parents tenaient une brasserie, et longeait la rivière de Cassis qui lui a inspiré un poème du même nom.

On y trouve d’autres belles balades qui nous plongent dans l’atmosphère de l’époque: la balade des cloutiers qui témoigne du patrimoine industriel des forges de Les Hautes-Rivières, la vallée des Baraques qu’empruntent, depuis Bohan, les contrebandiers, et que Rimbaud connaissait par cœur, et enfin le Parc national de Bohan-Membre qui collectionne des panoramas fous dont le célèbre point de vue du Jambon. Voilà qui pourrait vous donner faim… L’itinéraire se poursuit à travers le village pittoresque de Laforêt où l’on cultivait du tabac, de Gros-Fays, l’un des plus beaux villages de Wallonie, près de Bouillon, où Verlaine fuyait la justice après son crime, de Paliseul où habitait la tante de Verlaine, et enfin de Givet, traversé par les chemins de fer rutilants de l’époque.

Des paysages bucolico-mélancoliques qui vous inspireront certainement une plongée dans les livres des deux poètes amoureux. Bonne balade!

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Vinyl Addict 🇧🇪 (@colonelissen) le

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Plus d’infos: La route Rimbaud-Verlaine

Pour vous plonger dans l’univers d’Arthur Rimbaud:

Plus de culture cet automne

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)