L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. Cliquez ici pour régler vos préférences en matière de cookies et afficher le contenu.
Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Getty Images

Je suis malade en voiture, que faire?

Par Justine Leupe

Pour réduire le mal des transports (aussi bien en avion, en bateau, en train, en car ou en voiture), optez pour l’homéopathie, l’acupuncture, des antihistaminiques ou encore de la musique. Il ne vous reste qu’à trouver ce qui vous fait le plus de bien.

Vous vous réjouissez de partir en vacances, les dernières valises viennent tout juste d’être posées dans le coffre de la voiture. Après quelques heures de route, le mal de voyage vous gagne, une situation bien désagréable… Heureusement, des solutions existent!

La cinétose kesako?

Le mal des transports est appelé cinétose dans le jargon médical.

Un problème de perception

Il s’agit “d’un conflit entre la perception visuelle, la perception de l’oreille interne et les différents capteurs musculaires”, explique Valérie Wiener, docteur au service d’oto-rhino-laryngologie des Cliniques universitaires Saint-Luc, sur le site de l’hôpital. “Imaginons une personne occupée à lire un livre ou qui consulte une carte dans une voiture en mouvement. Ses yeux, concentrés sur le livre ou la carte, ne vont pas percevoir la sensation de mouvement du véhicule, alors que l’oreille interne et les capteurs musculaires (qui enregistrent les vibrations pouvant être ressenties dans la voiture) vont enregistrer un autre type d’information, à savoir: le véhicule est en train de bouger”.

L’équilibre est perturbé

Notre centre d’équilibre, situé dans notre cerveau, est un peu perdu car il reçoit des informations contradictoires: la personne est assise, et donc statique, mais tout bouge autour d’elle. Notre centre d’équilibre ne sait plus ce qu’il doit faire, c’est donc à ce moment-là que le mal de transport apparaît.

Les symptômes du mal de voyage

Les conséquences de ce mal des transports peuvent être variées: nausées, vomissements, maux de tête, ventre dérangé, troubles de l’équilibre, vertiges, bouffées de chaleur… Tout le monde peut ressentir ces dérangements à tout moment. Vous pouvez ne jamais avoir ressenti ces maux et qu’ils surviennent une fois lors d’un long voyage. Il n’y a pas de règle, mais si une personne est à jeun, fatiguée, dans un espace exigu ou même stressée, elle sera plus vite touchée par le mal de voyage.

S’il faut vraiment donner une théorie, il a été observé que les enfants (entre 3 et 12 ans) sont souvent les plus touchés tout comme les adultes de plus de 60 ans. Les femmes semblent plus sensibles que les hommes et encore plus si elles sont enceintes.

Quels remèdes?

“Il est conseillé de manger léger et le moins gras possible avant le trajet, de prendre l’air régulièrement, de s’hydrater et d’éviter la consommation d’alcool”, conseille Dr Valérie Wiener.

Regarder au loin

Certaines mesures sont à prendre selon le moyen de transport:

  • En voiture: l’idéal est de ne pas lire, de regarder à l’extérieur en fixant l’horizon (cela permet de rappeler que l’on bouge).
  • En train: les recommandations sont les mêmes.
  • Sur un bateau: se mettre au frais, dehors et à l’avant du bateau si possible et là encore fixer un point à l’horizon.

Homéopathie, kiné vestibulaire, acuponcture…

Rien ne fonctionne dans les remèdes cités ci-dessus? Il existe des médicaments homéopathiques, certaines huiles essentielles peuvent être efficaces (on vous en parle ici) ou alors la prise d’antihistaminiques est aussi proposée. Pour ces derniers, ils ont un effet sédatif sur les patients. Des bracelets élaborés sur base des points d’acuponcture sont également en vente en pharmacie. Il existe aussi des chewing-gums contre les maux de transport. Écouter de la musique grâce à des écouteurs peut aussi faire son petit effet. La kinésithérapie vestibulaire peut traiter le problème sur le long terme. L’idée est de fournir plein d’informations visuelles à une personne lorsqu’elle est en situation mobile. Petit bémol, pour qu’il y ait réellement un effet, il faut au minimum dix séances.

Les remèdes ne manquent pas, le tout est de trouver celui qui convient. Selon vos maux, l’avis d’un médecin n’est jamais de trop.

Plus d’infos: saintluc.be

Plus d’articles vacances ci-dessous

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter.

Contenu des partenaires