L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. Cliquez ici pour régler vos préférences en matière de cookies et afficher le contenu.
Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Unsplash © Hannah Busing

Autre photographe, autres invités: mon mariage post-Covid

Après 2 ans à ronger leur frein, de nombreux fiancés reprennent enfin les préparatifs de leur mariage, stoppé net à cause du Covid. La voie vers l’autel est libre, notamment pour Carolane, 30 ans.

“Mon homme m’a fait sa demande en 2018”, nous explique Carolane, graphiste. “On devait se marier le 6 juin 2020. On avait à peu près tout: ma robe, mes chaussures, la salle, le traiteur, le photographe… Il manquait juste les bagues”. Le 17 mars 2020, Sophie Wilmès, alors à la tête d’un gouvernement formé en urgence, annonce un confinement de la population. Et pour cause: le Covid, virus particulièrement virulent apparu en Chine, se propage rapidement et menace la Belgique.

Carolane ne rêve pas, son projet de mariage va tomber à l’eau: “Je l’ai très mal pris. On avait prévu un mariage de 120 personnes, on ne se voyait pas se marier à deux. On a espéré, mais il n’y a pas eu de miracle. On avait eu du retard dans les faire-part, finalement ça tombait bien. C’était le destin. On a reporté sans définir de nouvelle date. On se doutait qu’on n’allait pas se marier l’année suivante, mais en 2022”.

D’abord la déception

Au début, la déception emporte la jeune mariée: “J’ai beaucoup pleuré. Je ne remercierai jamais assez ma famille qui m’a fait une surprise le jour où on aurait dû se marier, alors que tout le monde était confiné, ils m’ont fait une petite fête de loin, dans le jardin”.

Et puis finalement, elle voit le positif dans ce remaniement. Si les futurs mariés ont gardé les bases – comme le traiteur, le lieu, la robe – tant leurs goûts que leur façon de voir les choses et leur manière de faire se sont transformés avec le temps. “On a évolué positivement, tant et si bien que maintenant, je trouve ça super d’avoir dû reporter”.

Une formule moins chère

“Qu’est ce qui a changé par rapport au premier mariage? – Oui, c’est marrant, j’ai l’impression d’être mariée plusieurs fois (rires) – En fait, beaucoup de choses ont changé”. Il y a d’abord eu des modifications dans les invitations: “Des enfants qui sont nés entretemps, des couples qui se sont formés ou déformés, de nouvelles connaissances dont nous sommes plus proches et d’autres dont nous nous sommes éloignés et que nous n’avons plus invités”.

Changement de fleurs

Le choix des fleurs n’était également plus le même. “À la base, j’avais prévu de gros bouquets de gypsophiles qui coûtaient extrêmement cher sur toutes les tables, mais à force de traîner sur Pinterest, je me suis rendu compte que ce que j’aimais avait changé. J’ai ajouté de l’eucalyptus, je suis passée de 100€ le bouquet à 10€ pour quelque chose d’encore plus grand et plus beau”.

Changement de photographe

“J’ai aussi changé de photographe, et ce, grâce au report de la date”. Celle que voulait absolument Carolane était libre pour la seconde cérémonie, ce qui n’était pas le cas pour le “premier mariage”. Elle tenait beaucoup à cette photographe qu’elle avait découvert sur les réseaux sociaux. “Elle venait justement d’avoir une annulation le jour de mon mariage! Incroyable, c’était le destin”.

Déjà maman d’une petite fille, Carolane estime que ce changement de plans sera bénéfique pour son enfant aussi: “Alice avait 2 ans l’année du premier mariage. Maintenant, elle en a 4, elle pourra donc bien plus participer. C’est super!”, conclut la jeune femme.

Rédaction: Stéphanie Ciardiello, adaptation Web: Justine Leupe

Vous vous mariez bientôt?

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter.

Contenu des partenaires