Grossesse: je n’ai pas de symptômes, dois-je m’inquiéter?

Grossesse: je n'ai pas de symptômes, dois-je m'inquiéter?
© Getty Images

L’absence de symptômes en début de grossesse a tendance à angoisser les femmes enceintes, qui se demandent souvent si elles ne risquent pas de faire une fausse couche. Ont-elles des bonnes raisons de s’inquiéter? Une sage-femme libérale nous répond.

Votre test urinaire et votre prise de sang sont tous les deux formels, vous êtes enceinte de quelques semaines. Et pourtant, quelque chose vous inquiète: vous n’avez aucun des symptômes courants en début de grossesse. Ni nausée, ni seins qui tiraillent, ni sautes d’humeur, rien. De nombreuses questions vous taraudent: “Est-ce normal?”, “Et si c’était le signe que bébé ne grandissait pas correctement”, “Vais-je faire une fausse couche?”… Pour peu, vous rêveriez d’un petit haut-le-cœur, histoire de vous rassurer sur le fait que cette grossesse se déroule comme il se doit.

Cette inquiétude est bien normale puisque c’est, dans l’inconscient collectif, le signe ultime d’une grossesse qui démarre bien… Mais l’est-ce vraiment? Pas du tout, selon Chelly Ferryn, sage-femme libérale à domicile: “On pense souvent que n’avoir aucun symptôme en début de grossesse veut dire qu’il y a un problème, que bébé ne s’implante pas bien, que l’on risque de le perdre. Mais en vérité, ça n’a rien d’inquiétant”.

Grossesse: 1 femme enceinte sur 4 n’a aucun symptôme

Pour la sage-femme – qui accompagne les femmes en prénatal, lors de l’accouchement mais également en postnatal – il est temps de déconstruire cette fausse croyance: “Contrairement à ce que l’on croit, c’est assez courant de n’avoir que peu ou pas de symptômes. On parle d’une femme sur 4, ce qui n’est pas rien. C’est vrai qu’on a longtemps cru que l’absence de ces symptômes courants voulait dire que le taux d’hormones de grossesse – la Beta HCG – ne décollait pas, et que donc la gestation n’allait pas se poursuivre… Mais on sait aujourd’hui que cela n’a strictement rien à voir”. Pour Chelly, pas d’inquiétude à avoir donc.

La clé pour ne pas angoisser: ne pas se comparer!

L’experte nous sensibilise sur le fait que chaque grossesse est unique, ainsi que chaque femme: “Il y a des femmes dont le ventre s’arrondit très vite, d’autres chez qui c’est beaucoup plus discret. Pour les symptômes, c’est la même chose! Ne pas se comparer est vraiment la clé pour éviter d’angoisser inutilement”.

La sage-femme nous rappelle également que notre sensibilité aux hormones de grossesse diffère d’une femme à une autre, mais aussi d’une grossesse à une autre, et nous invite à ne pas généraliser et aussi à lâcher prise: “Ce qui rend cette absence de symptôme compliqué à gérer, c’est qu’on n’a, du coup, pas de signe nous rappelant qu’on est enceinte, ni aucun moyen de contrôler cela… Et ça peut être très angoissant. Mais j’invite vraiment les futures mamans à relâcher la pression, puisque ces symptômes ne sont pas le signe d’une grossesse saine”.

Les vrais signes qui doivent vous alerter

Que vous ayez des symptômes ou pas, les vrais signes qui doivent vous inquiéter sont les douleurs abdominales et/ou pelviennes, les contractions ou les saignements, nous explique la spécialiste en périnatalité. “Dans ce cas, une seule chose à faire: consulter votre gynécologue ou vous rendre à la maternité, afin de faire des examens”.

Plus de conseils pour les futures mamans ou les femmes en essais bébé

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)