C’est prouvé: passer du temps avec ses proches prolonge leur espérance de vie

C'est prouvé: passer du temps avec ses proches prolonge leur espérance de vie
Shutterstock

En passant du temps avec vos proches du troisième âge, vous augmentez leurs chances de vivre plus longtemps. C’est ce qui ressort d’une étude de l’Université de Californie de San Francisco visant à évaluer l’impact de la solitude sur la santé des personnes âgées.

Une équipe de chercheurs de l’Université de Californie de San Francisco s’est penchée sur la problématique de la solitude chez les personnes âgées. Aux termes de six ans de recherche, l’étude a pu établir un lien de corrélation entre la solitude qu’éprouve une personne et le déclin de son état de santé.

L’impact de la solitude sur la santé

L’étude a été réalisée sur un panel de 1604 participants dont la moyenne d’âge était de 71 ans. L’étude a débuté en 2002 avec une première évaluation, et un suivi était réalisé tous les deux ans jusqu’en 2008. Les chercheurs ont demandé aux sujets d’évaluer à quel point ils se sentaient:

  1. Laissés de côté
  2. Isolés
  3. En manque de compagnie

Les participants qui ont répondu « presque jamais » à chacune des trois questions étaient catégorisés comme « non-solitaires ». Ceux qui ont répondu « de temps en temps » ou « souvent » à l’une des trois questions étaient classés comme étant « solitaires ».

Les mesures

Les chercheurs ont ensuite observé le nombre de décès sur six ans, ainsi que le déclin fonctionnel, selon quatre mesures: la difficulté de réaliser un nombre croissant d’activités de la vie quotidienne, la difficulté de réaliser un nombre croissant de tâches liées aux membres supérieurs, la baisse de la mobilité, et la difficulté de monter les escaliers. Les données ont été adaptées aux variables démographiques, au statut socioéconomique, à la situation de vie, à la dépression et aux diverses conditions médicales.

Un lien entre la solitude et le taux de mortalité

Résultat: les personnes catégorisées comme « solitaires » présentaient un déclin plus important dans chacune des quatre mesures fonctionnelles. En outre, les participants solitaires présentaient un risque de mortalité plus élevé. Sur les six années de l’étude, 22,8% des participants solitaires sont décédés, contre seulement 14,2% des sujets non-solitaires. La solitude serait donc bel et bien un prédicteur de déclin de la santé et de décès prématuré.

Une raison de plus de rendre visite régulièrement à vos proches! Une étude antérieure avait d’ailleurs déjà démontré que les grands-parents qui s’occupent souvent de leurs petits-enfants vivent en moyenne 5 ans de plus que les autres. 

Ceci pourrait également vous intéresser

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, cuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.

 

 

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)