L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu
© Getty images

6 situations typiques de l’adolescence et nos conseils pour réagir au mieux

Par Tatiana Czerepaniak

Vous avez du mal à comprendre votre enfant depuis son entrée dans l’adolescence? Inspirez, expirez, on analyse pour vous 6 situations typiques, et on vous glisse quelques conseils inspirés de l’éducation positive afin d’y faire face avec assertivité et bienveillance.

Les choses ont bien changé à la maison depuis que votre enfant est entré dans l’adolescence: il répond, remet tout en question, teste encore et encore les limites que vous aviez déjà eu un mal fou à poser. Résultat: votre patience s’épuise et vous vous sentez de plus en plus démunie face à la situation. Si cela peut vous rassurer, sachez que si votre enfant agit de la sorte, ce n’est pas contre vous. Il est en train de passer un cap qui le pousse à quitter sa position d’enfant pour prendre son envol, selon Louison Nielman, psychologue et auteure du livre « Vivre heureux avec mes ados ». Elle le confirme dans son bouquin: l’adolescence est une période qui peut secouer, tant pour l’enfant que pour ses parents!

« Lors de cette traversée qu’est l’adolescence, vous vous demandez parfois qui est le capitaine à bord, tant le moussaillon a bien grandi. Pour peu, il prendrait la barre! Bien sûr, vous restez le maître à bord, mais vous allez devoir composer avec une nouveauté: la phase d’opposition. Elle vous pousse à ramer, à contre-courant, radoter, rabâcher, sans véritable retour en face… Sauf quand votre ado en mode cocotte-minute explose et passe en phase d’opposition active ». C’est par ces mots que la thérapeute définit assez justement ce que vivent les parents et leurs enfants lorsque débarque l’adolescence, faisant voler en éclats le cadre éducatif.

Crise d’adolescence: 6 situations et leurs solutions

Mais comment faire pour garder le cap malgré ces montagnes russes? Le secret résiderait en trois actions: dédramatiser, se préparer… et déculpabiliser. La psychologue décrypte plusieurs situations et offre des conseils utiles pour aider les parents d’ados à faire face à ce cap sans se tirer les cheveux.

1. Il se désintéresse de ses activités extra-scolaires

Votre ado, jadis si investi dans ses activités extra-scolaires, ne s’intéresse plus à grand-chose, si ce n’est à ses potes, ses amours et les écrans. Pire encore, il refuse de participer aux activités qu’il suivait depuis l’enfance, et demande de tester de nouvelles disciplines que vous ne validez pas spécialement.

On fait quoi? Il a fait du tennis toute son enfance, et vous demande d’arrêter pour s’inscrire à des cours de Hip-Hop? Pas de souci: ses centres d’intérêt évoluent, et l’ado cherche certainement à trouver sa propre voie, loin de votre validation… Ce que vous ne pouvez lui refuser. Il est par contre essentiel de ne pas entrer dans son jeu s’il revient trois mois plus tard avec l’intention d’arrêter. « Si votre ado a commencé quelque chose et qu’aucun avis médical ne va à l’encontre de cette pratique, il est important qu’il aille à son activité jusqu’à la fin de l’année. C’est une manière de le pousser à faire des efforts, à aller au bout de ses projets. Votre ado souffle, soupire et tente d’argumenter? Tenez bon », conseille la psy.

2. Il traîne le soir sur les écrans

Que vous soyez le genre de parent connecté ou plutôt anti-écrans, vous avez dû tôt ou tard accepter qu’un smartphone entre dans la vie de votre enfant. Plutôt utile pour le contacter alors qu’il prend chaque jour un peu plus son indépendance, mais qui peut aussi être sujet de conflit, tant les ados d’aujourd’hui sont accrochés à leur écran.

On fait quoi? Concernant les écrans, la psy nous invite à voir les choses du bon côté: « les écrans aident les ados à être hyper autonomes, exprime-t-elle dans son ouvrage, mais le combat des parents est que les ados ne passent pas tout leur temps sur les écrans, surtout le soir. On doit refuser qu’un ado dorme avec son portable sous l’oreiller. Pourquoi? Parce que votre enfant va le laisser allumer, au cas où il raterait des épisodes croustillants avec ses amis. Sans s’en rendre compte, il va passer de nos histoires du soir aux vidéos sur son smartphone. Or, on sait que la lumière bleue des écrans empêche la production de  mélatonine, l’hormone du sommeil ». On cadre donc et on donne une heure maximum pour aller sur les écrans. Une fois le couvre-feu du smartphone arrivé, on demande à l’ado de déposer en bas son téléphone adoré… Et on joue soi-même le jeu, pour montrer le bon exemple.

3. Il refuse de participer aux tâches ménagères

Votre enfant vous fait un nombre incalculable de requêtes, mais bizarrement, dès que vous lui demandez de participer aux tâches ménagères, il est aux abonnés absents… Ce qui a le don de vous énerver. Mais vous avez beau vous répéter, supplier ou même vous énerver, rien n’y fait, votre ado a subitement mieux à faire.

On fait quoi? Le secret pour solutionner le problème serait, selon Louison Nielman, de répartir les tâches en amont. La pro conseille de faire une réunion de famille lors de laquelle vous répartirez ensemble qui fait quoi: notez sur une feuille les tâches incontournables que vos enfants doivent prendre en charge, et demandez-leur desquelles ils préfèrent être responsable. Définissez aussi le moment où elles doivent être accomplies, en tenant compte de votre fonctionnement mais aussi des contraintes de chacun. Autre conseil de la pro: si les enfants ne font pas leurs tâches, ne les faites pas à leur place. « N’hésitez pas à rappeler que vous ne ramasserez aucune chaussette sale par terre »… Ils n’ont plus de chaussettes propres? Tant pis pour eux!

4. Il est toujours de mauvaise humeur

Les ados vivent de vraies montagnes russes émotionnelles, plongeant parfois tout le foyer dans la mauvaise humeur et la confrontation… Ce qui a tendance à plomber votre moral, mais aussi celui des autres membres de la famille.

On fait quoi? La meilleure solution, selon la spécialiste, est « de prendre votre bouclier de patience et un bon bol d’air. Laissez votre ado tempêter et allez faire autre chose ». Selon elle, il n’arrivera de toute manière pas à mettre des mots sur ses émotions tant qu’il sera en pleine tornade émotionnelle. Vous débordez vous aussi? Après des jours à prendre sur vous, c’est assez logique! Alors on déculpabilise, on relativise puis on va s’expliquer en mode bienveillance avec son ado une fois que tout le monde est calmé.

5. Il ment

Mentir pour esquiver une tâche ennuyeuse, signer un devoir à la place de son parent pour éviter de se faire gronder, demander pour dormir chez un ami alors qu’il envisage de passer la nuit dehors.… Les ados peuvent en utiliser des parades! Le problème, c’est que le mensonge peut créer un sentiment de trahison et mettre un coup dans la relation de confiance.

On fait quoi? « Avant de monter sur vos grands chevaux, considérez la récurrence des mensonges et leurs conséquences », conseille la pro dans son livre. « Demandez-vous tout d’abord pourquoi il vous ment, et rappelez à votre enfant que vous avez été ado avant lui, que vous n’êtes pas dupe et mettez en avant la communication. « Il a dépassé les bornes, fait des bêtises, ou s’est mis en danger? Mettez des sanctions qui ont du sens et tendent vers la réparation.

6. Il demande plus d’argent de poche

Ses besoins grandissant d’autonomie ont poussé il y a peu votre ado à vous réclamer une augmentation de son argent de poche. Quelques questions vous taraudent: « Est-ce vraiment nécessaire? », « Que va-t-il en faire? » et surtout « Dois-je accepter? ».

On fait quoi? Selon la pro, s’il est normal qu’un ado demande de l’argent de poche pour vivre différentes choses avec sa bande d’amis, il s’agira avant tout de le responsabiliser et de lui inculquer la valeur de l’argent, en lui proposant de le gagner. On évite par contre de payer son ado en échange de tâches ménagères: « Mettre la table, la débarrasser, plier son linge et ranger sa chambre fait partie du cadre familial », nous précise l’experte. On peut néanmoins lui proposer des tâches plus particulières: tondre la pelouse, repeindre un meuble, faire la corvée de bois… Et s’il a plus de 16 ans, il peut aussi se trouver un job d’étudiant.

Pour aller plus loin dans la réflexion…

Le livre « Vivre heureux avec ses ados » est paru aux éditions Macha en 2019, et regorge de conseils utiles pour appréhender sereinement l’adolescence de ses enfants.

Votre enfant devient un ado?

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter.