5 alternatives aux disques démaquillants trop polluants

5 alternatives aux disques démaquillants trop polluants
Getty Images

En plus d’être relativement agressifs et irritants pour la peau, les disques démaquillants en coton sont également très polluants. Deux bonnes raisons de se tourner davantage vers des alternatives plus écologiques. 

Bien que pratique, le disque démaquillant est à la fois trop irritant pour l’épiderme et un gros pollueur. De quoi en finir avec eux? Certainement. Les passages répétés du coton sur la peau abîment le film hydrolipidique. En conséquence, la peau est fragilisée et marquée.

2.160 disques démaquillants par an

De plus, nous utilisons en moyenne six disques jetables en coton par jour pour nous démaquiller le visage, soit 180 cotons par mois ou 2.160 par an. Sachez que la production de 30 disques réclame 87 litres d’eau, 66,2 kW d’électricité pour le conditionnement et 1,7 litres de pétrole, comme l’avance Glamour.

Ajoutons à cela que pour protéger le coton des nuisibles, des pesticides sont utilisés mettant en danger l’environnement et les animaux. Pour soulager la planète et protéger notre peau, il existe heureusement une série d’alternatives moins polluantes qui démaquillent le visage avec douceur.

#1 – L’éponge Konjac

Venue tout droit de Corée et du Japon, où les femmes l’ont intégrée à leur rituel de beauté, l’éponge Konjac a su également nous séduire et devenir un indispensable de nos salles de bains. Dure comme de la pierre à l’achat, l’éponge Konjac doit être humidifiée sous l’eau chaude ou tiède pendant 30 secondes pour la ramollir avant de l’utiliser comme nettoyant. Pour plus d’efficacité, il est possible d’y ajouter une noisette de gel nettoyant. Si pas, l’éponge se suffit à elle-même.

Di – Prix: 5,99 euros. 

#2 – L’huile démaquillante

On peut la choisir entièrement naturelle: coco, argan, jojoba, avocat… À vous de choisir. On applique aux doigts en massant. Ce produit peut être intégré à un double démaquillage. Cette routine beauté venue d’Asie se compose de deux étapes: un démaquillage et un nettoyage en profondeur.

Pour la première étape, on va agir sur les impuretés « grasses », c’est-à-dire le maquillage, le sébum ou encore les filtres UV contenus dans les crèmes. Pour ce faire, on va utiliser une texture grasse comme un baume, une huile ou un lait. Le gras attire le gras!

Pour la seconde, on nettoie les résidus hydrophiles, c’est-à-dire solubles dans l’eau. Et ce, avec une solution aqueuse comme un gel ou un nettoyant moussant.

Nuxe – Prix: 18,50 euros. 

#3 – La mousse nettoyante

Tout comme l’huile démaquillante, la mousse nettoyante doit être appliquée aux doigts sur l’ensemble du visage et peut être intégrée à un double démaquillage.

Cinq Mondes – Prix: 32 euros. 

#4 – Les carrés démaquillants lavables

Les carrés démaquillants lavables peuvent être achetés dans certaines drogueries ou être facilement fabriqués en suivant un DIY. Ceux vendus en magasins sont généralement composés de microfibres qui absorbent le maquillage et les impuretés.

On les utilise avec de l’eau ou avec un démaquillant. Une fois sales, il suffit de les glisser dans un filet de lavage et de les laver en machine. Leur gros plus? Ils résistent à environ 300 lavages!

SeBio – Prix: 14,95 euros. 

#5 – Le gant démaquillant

La marque belge Cent Pur Cent propose une série de gants (appelés « Glov ») composés de microfibres innovantes qui éliminent tous les types de pigments cosmétiques, même le mascara et l’eye-liner water-proof. Il suffit d’imbiber d’eau tiède le gant et de le passer sur l’ensemble du visage en effectuant des mouvements circulaires. Après l’utilisation, il suffit de nettoyer le gant avec un peu de savon. Testé et approuvé!

Cent Pur Cent – Prix: 16,99 euros. 

Plus d’articles beauté? Lisez également ceci

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, parentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)