L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

4 raisons d’aimer les mauvaises herbes…

Orties, trèfle, pissenlit…Ne les considérez pas trop vite comme des indésirables. En réservant un coin de jardin à …

Orties, trèfle, pissenlit… Ne les considérez pas trop vite comme des indésirables. En réservant un coin de jardin à ces sauvageonnes, vous contribuez à son équilibre biologique. Sans compter les savoureuses soupes en perspectives…

Les “mauvaises herbes”, tout comme les fleurs sauvages, partagent différents atouts.

Elles jouent les indics

En observant la végétation spontanée, nous obtenons de nombreux renseignements sur l’état du sol et sur ses éventuelles carences. Ainsi l’ortie indique un sol fertile, riche en azote. La pâquerette et la renoncule, un sol argileux. Le coquelicot, un sol plutôt calcaire et la potentille rampante un sol compact et asphyxié.

Elles ont une action régénérante ou équilibrante sur la terre.

En se décomposant, elles restituent au sol des minéraux, des oligo-éléments ou des vitamines. Les championnes en la matière sont la consoude et l’ortie.

Elles favorisent la biodiversité

Mieux adaptées à la faune indigène que les espèces exotiques, la plupart sont une source providentielle de pollen et de nectar et attirent un cortège d’insectes pollinisateurs et de nombreux papillons. Tout ce petit monde attire à son tour des prédateurs naturels comme les batraciens, petits mammifères, libellules et oiseaux qui consomment également les graines et les disséminent.

Elles aèrent le sol

Les racines de certaines plantes comme le pissenlit aèrent et décompactent les sols lourds et argileux.

Plus d’infos sur les mauvais herbes

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter

Contenu des partenaires