Les 9 conseils de Noémie Meijer pour gérer ses travaux de rénovation

Les 9 conseils de Noémie Meijer pour gérer ses travaux de rénovation
Instagram: @noemiemeijer

Dédramatiser les travaux: voilà l’ambition de Noémie Meijer. La décoratrice et architecte d’intérieur, connue sur Instagram pour ses tutos et ses coachings déco, dévoile un autre pan de son métier: la gestion d’un chantier. La jeune propriétaire a entrepris de documenter de A à Z la rénovation du bien qu’elle vient d’acheter.

Même un mur en béton devient instagrammable dans la maison en travaux de Noémie Meijer. Casser une cloison, démonter une cuisine, enlever du carrelage? Tout paraît easy dans les stories de l’architecte d’intérieur. Elle nous file ses meilleurs tuyaux pour se lancer intelligemment dans des travaux sans se ruiner.

Des travaux? Mission possible!

Après une quarantaine de biens visités, Noémie Meijer et son conjoint deviennent les heureux propriétaires d’une maison dans le Brabant wallon, fin mars 2020. L’architecte d’intérieur la baptise « la maison californienne » et titre par la même l’occasion le roman de sa rénovation qu’elle documente à coup de stories Instagram. Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le parpaing, les chapes de béton, le démontage d’une cuisine, l’isolation de la toiture… Enfin, on découvre l’envers du décor! En expliquant les travaux de manière si pédagogique, Noémie Meijer réussit le pari de nous redonner confiance: on a soudainement l’impression que rénover un bien nous est aussi possible.

1. Bien s’entourer

Si Noémie gère d’une main de maître les travaux de rénovation, c’est aussi parce que c’est son métier: « Je connais les différentes étapes par lesquelles il faut passer et je suis bien entourée. J’ai un bon entrepreneur avec lequel je travaille pour mes clients, je connais des artisans de différents corps de métier, qui ont un savoir-faire et le partagent avec moi ». Bien qu’elle bénéficie déjà de sa propre expertise, l’architecte d’intérieur ne sous-estime jamais celle des autres: « Nous avons fait appel à un cuisiniste, et c’était très intéressant de discuter de l’aménagement de notre cuisine, car il est spécialisé dans ce domaine et j’ai appris beaucoup. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Noémie • Pierre Papier Ciseaux (@noemiemeijer) le

2. Anticiper les étapes

Noémie Meijer nous détaille les différentes étapes par lesquelles elle passera dans le cadre de sa rénovation et qui peuvent s’appliquer de manière générale pour ce genre de travaux:

  • Démolition: enlever tout ce qu’on ne souhaite pas conserver et tout ce qui peux gêner pour les travaux suivants.
  • Technique: refaire l’électricité, les canalisations, installer un nouveau chauffage, etc.
  • Gros-œuvre et moyen-œuvre: refaire l’isolation de la toiture, recouler une chape, le plafonnage, etc.
  • Revêtements: la pose du parquet, du carrelage, etc.
  • Finitions: placer la robinetterie, installer les luminaires, les poignées de porte, construire les placards sur mesure, etc.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Noémie • Pierre Papier Ciseaux (@noemiemeijer) le

3. Gérer les mauvaises surprises

S’il faut bien planifier les différentes étapes de travaux, c’est aussi pour garder le contrôle sur le budget. « Ça peut très vite flamber », confie Noémie. « Lors de la démolition, il y a souvent des choses imprévisibles qui émergent, parfois des bonnes surprises, mais souvent ce sont des mauvaises ». En cassant le sol, elle a par exemple découvert l’état des canalisations qui étaient complètement rouillées, bien que la maison n’ait qu’une quarantaine d’années. « On aurait pu laisser comme ça, mais on aurait alors couru le risque qu’une des canalisations pète sous notre nouveau béton ciré ou notre nouveau carrelage qu’on aurait dû casser, et ce n’était pas envisageable. C’était le moment où jamais. Nous avons donc dû aménager notre budget et rogner sur un autre poste de dépense pour refaire toutes les canalisations ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Noémie • Pierre Papier Ciseaux (@noemiemeijer) le

4. Se focaliser sur les travaux essentiels

Noémie est une adepte des listes qu’elle a aussi bien utilisées pour décrire la maison de ses rêves que pour anticiper les travaux. « Quand on a un budget limité, il faut bien distinguer ce qui est prioritaire et indispensable de ce qui peut attendre. Nous avons établi avec mon mari une liste des travaux essentiels à faire avant l’aménagement: l’électricité, par exemple, doit être remise aux normes et on est obligés de le faire avant de poser un nouveau parquet ou de plafonner un mur. Ensuite, on a distingué les travaux qu’on aimerait faire, mais qu’on retarde pour des questions de budget, comme changer les châssis. Enfin, on a fait une troisième liste à deux colonnes avec les travaux qu’on se sentaient capables de faire nous et ceux qu’on devait ou préférait déléguer. Moi je suis plutôt bricoleuse, mon mari pas du tout, mais il a des muscles, donc on se complète plutôt bien ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Noémie • Pierre Papier Ciseaux (@noemiemeijer) le

5. Réfléchir au plan de circulation

Prévoir les bonnes choses au bon endroit: voilà le travail de visualisation et d’anticipation indispensable pour refaire l’électricité. « Quand on part d’une page blanche comme chez nous, il faut se projeter pour visualiser tous les chemins de circulation. Car il est difficile de changer les prises et les interrupteurs par après. Avec mon mari, nous avons passé trois heures à circuler dans la maison, à imaginer où l’on allait allumer la lumière en entrant, où on mangerait, par où on passerait avant d’éteindre telle lampe, etc. Ce n’est pas évident pour tout le monde, mais j’ai l’habitude de penser les espaces et cela fait partie de mon travail lorsque j’accompagne des clients ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Noémie • Pierre Papier Ciseaux (@noemiemeijer) le

6. Investir dans le trio inséparable

Pour l’architecte d’intérieur, il y a trois gros postes à prévoir dans le budget, trois gros postes qui ne vont pas l’un sans l’autre:

  • L’isolation: « Si on veut une maison éco-friendly, respectueuse de l’environnement avec une isolation qui résiste dans le temps, il faut investir dans ce poste ».
  • La ventilation: « Si on isole bien sa maison, il faut aussi bien la ventiler », précise Noémie. « Certaines habitations sont tellement bien isolées qu’elles ne respirent plus et les murs s’encrassent et moisissent. Il faut alors prévoir un système de ventilation adapté à l’isolation qu’on a choisie. »
  • Le chauffage: « Il faut l’adapter en fonction de l’isolation. Notre maison était trop grande pour prévoir une pompe à chaleur par exemple. Elle n’aurait pas été assez puissante pour chauffer tous les volumes. Et un tel système fonctionne bien lorsqu’on a aussi bien isolé la maison de l’extérieur. En attendant que les technologies s’améliorent et qu’on ait le budget pour isoler de l’extérieur, on reste donc au mazout ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Noémie • Pierre Papier Ciseaux (@noemiemeijer) le

7. Savoir quoi déléguer

Si les jeunes propriétaires ont entrepris eux-mêmes les travaux de démolition, se sont initiés à l’art de l’isolation et à la pose du parquet, et prévoient de faire les finitions comme la peinture, ils ont laissé la plomberie et l’électricité entre les mains des professionnels.  « On préfère ne pas trop toucher à tout ce qui est technique, comme la plomberie, l’électricité, l’eau, les sanitaires, car ce sont des postes importants qui peuvent avoir de lourdes conséquences s’ils ne sont pas bien réalisés. En revanche, si on loupe la peinture ou le joint d’un carrelage, ce n’est pas dramatique ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Noémie • Pierre Papier Ciseaux (@noemiemeijer) le

8. Distinguer ce qui est porteur de ce qui ne l’est pas

Si la démolition est un poste qu’on peut facilement envisager faire soi-même, Noémie précise bien: « avant de taper avec sa masse, il est important de distinguer tout ce qui est porteur et structurel de ce qui ne l’est pas. D’où l’importance de se faire accompagner par un architecte ou un entrepreneur, même si on fait une partie des travaux soi-même. Dans notre maison par exemple, tous les murs sont en parpaing et on avait des doutes sur le fait qu’ils soient porteurs ou pas. On a beaucoup étudié la structure du bâtiment avant de casser quoique ce soit ». Si vous avez du temps et de l’énergie physique à revendre, c’est un poste que Noémie peut conseiller de faire soi-même. « Et puis c’est marrant, ça défoule! Mais attention, coupez toujours l’électricité et l’eau avant de démolir! »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Noémie • Pierre Papier Ciseaux (@noemiemeijer) le

9. Miser sur du « semi-sur-mesure »

Noémie est très bricoleuse et prévoit de hacker des modules IKEA pour les adapter à sa maison (sur les réseaux, les fameux « IKEA hacks » désignent les détournements des fameux meubles en kit). « Ils ont plein de dimensions et de formats différents qu’on peut retravailler pour que cela rentre parfaitement dans les dimensions dont on a besoin. Je compte ainsi faire les rangements du dressing et du vestiaire. Si on sait bricoler un peu, cela permet d’économiser pas mal de budget par rapport à du vrai sur-mesure. Après c’est sûr, on n’obtient pas même qualité que des étagères en chêne massif réalisées par l’artisan du coin ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Noémie • Pierre Papier Ciseaux (@noemiemeijer) le

Après avoir entièrement désossé sa maison, Noémie est confrontée à certaines interrogations de la part de ses followers: pourquoi n’a-t-elle pas construit du neuf finalement? « Cela n’a rien avoir! », s’exclame-t-elle. « D’abord, on voulait une maison avec une histoire et une âme. Ensuite, nous n’avons pas touché à ce qui était structurel: on n’a pas ouvert de murs porteurs, on n’a pas ajouté d’extension, ni changé les fondations de la maison. On a conservé toute sa structure de circulation en demi-niveaux et c’est d’ailleurs ce qui nous a séduit. Cela permet de créer une certaine proximité quand on reçoit de la famille ou des amis. Chacun a son espace sans pour autant être séparé par un pallier ou un étage entier. C’est en raison de son horizontalité que j’ai l’ai baptisée ‘la maison californienne' ».

Pour en savoir plus sur le projet de rénovation de Noémie Meijer:

D’autres articles déco

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)