L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. Cliquez ici pour régler vos préférences en matière de cookies et afficher le contenu.
Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
© Getty Images

L’allaitement maternel a-t-il un impact sur la libido?

Par Tatiana Czerepaniak
Sauf cas médical, le sexe n'est pas déconseillé pendant la grossesse et l'allaitement, bien au contraire! Ceci étant dit, plusieurs jeunes mamans voient leur libido se transformer pendant la durée de leur allaitement, et leur désir sexuel être au niveau zéro.

Lorsqu’on est enceinte, notre libido a tendance à jouer au yoyo selon les mois, un peu comme pendant notre cycle menstruel. Mais lorsque l’on allaite un bébé, il n’est pas rare d’avoir un désir sexuel aux abonnés absents. Et c’est tout à fait normal! Le manque de libido est un mécanisme naturel présent chez tous les mammifères, qui trouve sa réponse dans les hormones sécrétées par notre corps.

Libido en berne: la faute aux hormones?

Après l’accouchement, les deux principales hormones de grossesse (les œstrogènes et la progestérone) descendent à leur niveau le plus bas pour laisser la place à la prolactine, l’hormone qui s’occupe de booster la lactation. Elle inhibe tout désir sexuel et est à l’origine de sécheresses vaginales chez de nombreuses jeunes mères. Plus elle est présente dans le corps de la femme, moins elle aura de libido, et plus elle se focalisera sur son tout-petit. Mais la libido des jeunes mamans n’est pas en berne uniquement à cause de la protactine. L’ocytocine (l’hormone de l’attachement) joue également un rôle dans cette baisse d’appétit sexuel de la jeune maman. Pendant l’allaitement, et plus largement la période post-partum, le corps de la maman libère cette hormone et provoque chez la jeune mère un sentiment de plénitude et de bonheur lorsqu’elle est en présence de son bébé et qu’elle le nourrit. Ivre d’amour, la maman éprouve donc moins l’envie de se tourner vers son partenaire de vie et sera moins connectée à sa sexualité.

Au-delà des hormones qui provoquent une baisse de désir, d’autres facteurs sont à prendre en considération: l’accouchement, qui est souvent un moment éprouvant pour la femme et son corps, le baby blues (qui touche plus d’une femme sur deux), la fatigue, le nouveau rythme à prendre… Toutes ces choses ont un impact certain sur la libido des femmes, et plus largement du couple. S’occuper d’un nouveau-né prend beaucoup de temps et d’énergie et les trois à quatre premiers mois de vie du bébé, de très nombreux couples voient leur vie sexuelle diminuer sérieusement. Pas de pression à se mettre donc, cette période de jachère sexuelle n’est que temporaire.

Faut-il attendre la fin de l’allaitement pour voir la libido revenir?

On le sait donc, la prolactine et l’ocytocine sont en partie responsables de cette baisse de libido. Fort heureusement, les jeunes mamans ne devront pas forcément attendre la fin de leur allaitement pour voir leur désir frapper de nouveau à la porte. Mais pour retrouver une certaine forme d’intimité avec son partenaire, le secret réside surtout dans le lien charnel que vous entretiendrez: garder un lien physique, que ce soit par les câlins, les massages, la tendresse, et les petites attentions est primordial pour que le couple de jeunes parents garde une complicité et se trouve une place dans cette parentalité nouvelle. Pensez donc à communiquer et à passer du temps à deux dès que possible. Pour cela, pas besoin de partir en week-end sans bébé. Organisez-vous des petits moments, des micro-dating, qui mettront un peu de piment dans votre vie de couple!

Jeunes parents? Vous aimerez également ces articles

Pour ne rien manquer de nos conseils et actualités, suivez Mamans & Femmes d’Aujourd’hui sur FacebookInstagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter. Sans oublier nos pages Femmes d’Aujourd’hui et Délices!

Contenu des partenaires