L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Ex du Moulin Rouge, Virginie ouvre son magasin d’accessoires de danse

Danseuse professionnelle au Moulin Rouge pendant 10 ans, Virginie Basecq est heureuse de poursuivre sa passion pour la danse dans son magasin, à Saint-Ghislain, et de conseiller d’autres amoureux de la discipline.

Virginie commence la danse à l’âge de 3 ans et demi; très vite, elle en fait sa passion. À 11 ans, elle intègre une grande école de danse à Anvers en sport-étude. À 17 ans, elle reçoit une bourse pour intégrer le San Francisco Ballet aux États-Unis pendant un an. À son retour en Europe, elle passe des auditions dans le ballet classique, mais c’est la troupe du Moulin Rouge, détachée à Monaco, qu’elle intégrera pendant dix ans. Virginie part ensuite en tournée avec le Lido pendant six mois.

Un bébé et un job classique

Quand elle rentre en Belgique, la danseuse se marie, accouche d’un petit garçon et travaille chez Dragone, notamment comme assistante de production. Puis, c’est la séparation d’avec son conjoint: elle reprend alors un boulot plus “classique” avec des horaires qui le sont autant pour prendre soin de son fils. Engagée comme responsable marketing et communication dans une boîte, Virginie craque et fait un burn-out après cinq ans. Un matin, en sortant de sa douche, elle a le déclic: elle veut vivre de sa première passion et ouvrir un magasin d’accessoires de danse.

All That Dance à Saint-Ghislain

Virginie a de l’expérience dans le marketing et le commerce, la danse est sa grande passion. Il faut combiner les deux! Son papa l’aide beaucoup dans toutes les étapes de l’élaboration de sa boutique, elle nous assure avoir eu “beaucoup de chance”. En juin 2017, Virginie se met à contacter les différents fournisseurs avec qui elle rêve de travailler et ces derniers lui font illico confiance: “Je cherchais à ouvrir une boutique dans ma région, car il n’y en avait pas, et je voulais être proche de mon fils”. La maman déniche une opportunité à Saint-Ghislain, à 10 minutes de chez elle.

Ouverture folle

L’ouverture avec un verre d’accueil a eu lieu le vendredi 1er septembre 2017. Le même jour, sans le savoir, la ville organise une brocante by night avec une petite fête juste en face du shop. La fête a eu un tel succès que Virginie doit fermer ses portes à 23h30, la boutique ayant été vidée. “Le samedi aussi, les gens sont venus en masse découvrir le magasin”. Le lundi, elle doit commander un nouveau stock d’urgence.

Aujourd’hui, Virginie revit

“Quand on a vraiment envie de quelque chose et qu’on se donne les moyens tout se met en place. J’ai bossé comme une dingue!”, nous dit Virginie. Aujourd’hui, elle revit et s’amuse professionnellement: “Je n’ai plus l’impression de travailler, je suis une gamine dans un magasin de bonbon”.

Virginie adore conseiller les gens et se revoit parfois au même âge quand une petite fille vient acheter sa première paire de pointes. Elle conclut: “On peut être maman célibataire et indépendante. J’ai trouvé un excellent équilibre de vie, le dimanche est consacré à mon fils. En tant qu’indépendante, je n’ai peut-être pas la sécurité, mais j’ai la liberté, et ça, ça n’a pas de prix”.

Pour aller plus loin

Contenu des partenaires