Devenez votre meilleure amie

Devenez votre meilleure amie
Shutterstock

Vous avez une meilleure amie? Alors vous le savez: rien de mieux que cette relation pour vous réconforter et vous rendre heureuse. Et si vous vous en inspiriez pour développer une autre amitié… avec vous-même?

Ma meilleure amie me parle gentiment

«Je ne redoute jamais de raconter mes histoires à ma meilleure amie, confie Candice, 36 ans, car je sais qu’elle va toujours me parler gentiment, sans jugement, reproche ni culpabilisation. Elle est aussi toujours prête à m’encourager.»

On s’en inspire

Imaginez-vous une seconde que votre meilleure amie vous dise: «Tu es nulle», «Tu n’y arriveras jamais», «T’as encore pris du poids»? Bien sûr que non! Pourtant, c’est souvent ainsi que nous nous parlons à nous-mêmes. Comme si nous étions notre pire ennemie. «Comment de telles paroles peuvent-elles nous mettre en confiance, nous donner du courage, nous motiver à progresser?, s’interroge Pierre Portevin, life coach et auteur de Mon meilleur ami… c’est moi. L’autocritique et la peur inondent notre système nerveux de cortisol, une hormone qui contribue à un sentiment d’insécurité, à un état de nervosité.» L’autocompassion et l’amour pour soi, au contraire, engendrent des décharges d’ocytocine, une hormone qui contribue à rendre plus confiant et tranquille. Dès lors STOP à toutes les petites phrases assassines que vous vous adressez. Pensez plutôt à ce que votre meilleure amie vous dirait dans pareilles circonstances.

Elle me connaît par coeur

«Ma meilleure amie et moi, on se connaît depuis plus de quinze ans, explique Jeanne, 43 ans. Le jour où l’on s’est rencontrées, on a papoté pendant huit heures d’affilée! Et depuis, on refait le monde chaque fois qu’on se voit. C’est l’une des personnes qui me connaissent le mieux: mes passions, mes regrets, mes points forts, mes fragilités… Elle ne me dit pas toujours ce que j’ai envie d’entendre, mais plutôt ce que j’ai besoin d’entendre pour avancer.»

On s’en inspire

«Pour entrer en amitié avec soimême, explique Pierre Portevin, le chemin est identique. Il faut apprendre à mieux se connaître, à savoir ce qui compte vraiment pour nous et notamment deux éléments qui nous définissent: nos valeurs (comment nous aimons que les choses se fassent) et nos intentions de vie (un ou plusieurs objectifs qui orientent notre vie).» C’est ce cadre qui facilitera vos décisions. Pour le découvrir, faites la liste de ce qui vous motive, de ce qui vous rend heureuse, de ce que vous aimez et n’aimez pas, de vos points faibles et de vos points forts, de vos plus belles réussites (et des raisons pour lesquelles vous considérez qu’il s’agit d’une belle réussite)… Bref, faites connaissance avec vous-même!

Elle m’accepte comme je suis

«Je dis tout à ma meilleure amie, explique Marie-Hélène, 22 ans. Et parfois même mes pensées les plus sombres et les plus honteuses. Elle n’est jamais choquée. Parfois, ça la fait rigoler. Il me semble même qu’échanger sur nos faiblesses renforce notre amitié.»

On s’en inspire

Il n’y a que vous qui attendez la perfection de vous-même. Il n’y a que vous qui voulez tenter de masquer vos petits travers par peur de paraître vulnérable ou indigne d’amour. Votre meilleure amie, elle, sait bien que personne n’est parfait, que cela fait partie de la nature humaine et qu’il faut faire avec. Vous-même acceptez sans problème ses petits travers, en vous disant : «Ce n’est pas si grave». Alors pourquoi pas les vôtres? «En apprenant à apprécier ce que nous aimons peu ou que nous exécrons chez nous, nous créons une harmonie intérieure bénéfique, explique Pierre Portevin. C’est un paradoxe: en nous montrant vulnérables, nous sommes en fait plus forts, plus entiers, plus sympathiques aussi.»

Elle est toujours disponible pour moi

«Ma meilleure amie travaille à temps plein et a deux enfants, explique Marie, 30 ans. Malgré ça, elle trouve (presque) toujours du temps pour moi. Le jour même parfois, si c’est urgent. Les moments que l’on passe à deux sont toujours précieux et j’en ressors systématiquement reboostée.»

On s’en inspire

Et si nous passions du bon temps avec nous-même? Pas facile de se retrouver face à soi-même sans rien faire! On préfère souvent s’anesthésier devant la TV, Facebook ou dans le sommeil. Pourquoi ne pas aller vous promener dans la nature, choisir un hobby que vous pratiquez seule ou même partir en voyage seule? «Ce type de présence active peut nous faire un bien fou, affirme Pierre Portevin. La science l’affirme: lorsque nous commençons à passer régulièrement du temps de qualité avec nous-même, nous en tirons de grandes satisfactions et de nombreux bienfaits, parmi lesquels équilibre émotionnel, clarté de vision, capacité de concentration, santé, sentiment de bien-être…» Convaincue? A quand votre prochain rendez-vous avec vous-même?

Elle me prend dans ses bras

«Quand mon mari m’a quittée et qu’elle a accouru à mes côtés, se souvient Valérie, 56 ans, ma meilleure amie était bouleversée, à court de phrases réconfortantes. Alors elle m’a prise dans ses bras. Ce n’était pas quelque chose d’habituel entre nous, mais dans ses bras, j’ai pu pleurer de tout mon soul. Je me suis vraiment sentie soutenue.»

On s’en inspire

S’enlacer soi-même: impossible? Non! «Vous pouvez vous caresser doucement le bras, les épaules ou le haut du dos, explique Pierre Portevin. Ou simplement croiser vos avant-bras et poser doucement, mais fermement vos mains sur votre buste. Le fait que cet enlacement tendre vienne de vous-même n’en change pas l’impact bénéfique. Votre corps prend ce qui vient d’où que cela vienne.»

Elle m’écoute vraiment

«Quand je lui raconte mes problèmes, constate Eléonore, 37 ans, je suis toujours étonnée de voir à quel point ma meilleure amie m’écoute religieusement. Elle ne vient pas tout de suite avec des solutions (comme mon mari), ni avec des «Moi aussi, je…» (comme certaines moins bonnes copines). Elle est attentive au moindre mot, me laisse parler aussi longtemps que nécessaire. Et je crois bien que le fait de me sentir vraiment entendue règle déjà à moitié mon problème!»

On s’en inspire

Etre amie avec soi-même, c’est aussi se mettre à sa propre écoute. Il existe une excellente façon de le faire, c’est la méditation. «Méditer est infiniment plus abordable que beaucoup ne le pensent, affirme Pierre Portevin. Méditer, c’est simplement être présent avec soi, détendu et tranquille. L’important n’est pas de chercher à comprendre ce qui se passe ou pourquoi ça se passe, mais simplement d’être attentif à ce qui se passe: les sensations corporelles, l’état émotionnel. Cette acceptation en pleine conscience va favoriser notre régulation émotionnelle. Nous pouvons à la fois identifier et ressentir nos émotions, sans nous laisser déborder par elles. Cela nous permet de mieux les comprendre.» Bon à savoir: des petites séances de méditation régulières sont plus bénéfiques que de longues séances espacées, preuves scientifiques à l’appui!

Elle est plus lucide par rapport à ce que je vis

«Je suis chaque fois bluffée, sourit Evelyne, 45 ans: quand je suis coincée dans mes ruminations, il suffit que j’en parle à ma meilleure amie. Elle a toujours une vision parfaitement lucide de ce que je vis et m’expose la situation par A + B. C’est tellement évident que je me demande comment je n’y ai pas pensé moi-même. Pour moi, elle est la personne la plus sage que je connaisse.»

On s’en inspire

Votre meilleure amie n’est tout simplement pas en proie aux multiples émotions qui vous submergent et qui vous empêchent de voir la route à suivre. Parce que la route à suivre, au fond de vous, vous la connaissez. Imaginez qu’un ami a les mêmes problèmes que vous. Que lui diriez-vous? Pierre Portevin conseille aussi de pratiquer l’exercice des «trois pages»: «Chaque matin, cinq jours par semaine au moins, vous rédigez trois pages. Pas de thème particulier. Ce qui m’a fasciné avec ‘mes pages’, c’est que, à chaque fois – et en particulier lorsque j’avais l’impression de n’avoir vraiment rien à dire, rien en tête – , des idées importantes apparaissaient sur le papier à la troisième page, sans que je les voie venir.»

A lire

  • Mon meilleur ami… c’est moi, Pierre Portevin, éd. Eyrolles.
  • Exercices pratiques d’autolouange, Marie Milis, éd. Payot

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)