VIDEO: Le bouleversant appel d’un Youtubeur contre le harcèlement scolaire

Nino Arial est humoriste. Sa chaîne Youtube (15 000 abonnés) fait le buzz sur la toile, car ses vidéos sont drôles et souvent bien tapées. Mais cette semaine, il n’a pas envie d’être drôle.

“Moi aussi, j’ai été harceleur”

“La semaine dernière, après ma vidéo sur la rentrée, une abonnée m’a envoyé un message pour me remercier de l’avoir fait rire avec ce qui est pour elle, je la cite, la pire journée de l’année chaque année.” C’est ainsi que Nino Arial démarre sa vidéo, parce que c’est ainsi qu’il a pris conscience de la réalité du harcèlement. Il explique le phénomène, de façon claire, frappante. Un témoignage à partager avec les ados, parce qu’il parle leur langage. Pourtant Nino Arial le dit, il n’a pas été victime de harcèlement. Il était parmi les cools de l’école. Pourtant, en découvrant l’histoire de son abonnée, il a compris que, lui aussi, il a été harceleur.

Les 95 % des gens qui ne font rien

Nino raconte: “Elle m’a dit qu’elle en voulait beaucoup aux gens qui lui font du mal, mais qu’elle en voulait aussi beaucoup à tous les autres. Ceux qui assistent aux moqueries et aux insultes qu’elle subit sans rien faire. (…) J’ai compris que j’étais parmi ceux qui ne se sentaient pas concernés par ces “petits problèmes”, ceux qui avaient fait la grosse connerie de laisser faire.”

Un message simple, à partager

“Dans le harcèlement, il n’y a que deux camps: les harceleurs et les harcelés. Si l’on ne fait pas partie d’un camp, on fait automatiquement partie de l’autre.” Nino Arial est clair. Il assène des évidences? Pas si sûr, dans les cours de récré. Ni, pire, sur les réseaux sociaux. Car, rappelle-t-il, le harcèlement continue à la maison, dans le secret des smartphones et des conversations virtuelles.

Conseil aux parents: partagez vos histoires

Pour aborder la problématique avec les enfants, la vidéo Youtube est une bonne introduction. Un autre bon moyen consiste à initier le dialogue. Partagez votre expérience. Vous avez sans doute vu une de vos amies subir ce traitement. Ou l’avez vous-même subi. Ou peut-être, avez-vous, aussi, parfois, lancé des blagues pas drôles, fait des réflexions blessantes. Expliquez votre ressenti, d’ado, mais aussi d’adulte aujourd’hui. Ça laisse des traces. La meilleure façon de le faire comprendre aux enfants, c’est de le démontrer par l’exemple.

Ceci devrait vous intéresser

Harcèlement scolaire: apprenez à vos enfants à se défendre

La violence à l’école

Comment réagir si votre enfant semble être un harceler