YouTube: pourquoi les femmes sont-elles sous-représentées?

YouTube: pourquoi les femmes sont-elles sous-représentées?
© Youtube / Les Internettes (capture d'écran)

Le collectif Les Internettes est né du constat qu’il est difficile de citer cinq chaînes YouTube tenues par des femmes, qui abordent des thématiques différentes. Pas seulement orientées mode et beauté, donc. Pourtant, les femmes font aussi des vidéos non genrées, alors pourquoi sont-elles sous-représentées?

Dans le documentaire « Elles prennent la parole », les réalisatrices Léa Bordier et Lisa Miquet émettent des pistes pour comprendre ce déséquilibre. Selon elles, cela s’explique par cinq facteurs principaux:

  1. La sphère « beauté » est tellement représentée (et on s’en réjouit), qu’elle éclipse les autres thèmes. Un bilan que faisait déjà la YouTubeuse Natoo en octobre 2016.
  2. Les femmes vidéastes ne se sentent pas légitimes lorsqu’il s’agit de parler de sujets tels que l’histoire, la science, la musique, la littérature, l’humour ou le droit. Cela se généralise d’ailleurs au-delà du web.
  3. Il a peu de rôles modèles. Par conséquent, peu de femmes se disent qu’elles peuvent prendre exemple sur leur prédécesseurs et lancer à leur tour leur chaîne Youtube.
  4. La peur du jugement, de l’insulte et de l’agression paralyse certaines vidéastes. Bon nombre d’entre elles doivent gérer quotidiennement les remarques sexistes et les menaces.
  5. En fonction de nos habitudes de visionnage, l’algorithme de YouTube masque généralement les comptes gérés par des femmes aux profits de chaînes animées par des hommes.

Ces explications sont développées dans le documentaire à retrouver ci-dessous ou sur le site Les Internettes. YouTube ne restreignant pas le nombre de chaînes comme le fait la télévision, il n’est pas question de vouloir remplacer les hommes par des femmes, mais d’obtenir une visibilité égale.

Cette vidéo pourrait aussi vous intéresser

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)