Une tortue verte meurt après avoir ingéré trop de plastique

Une tortue verte meurt après avoir ingéré trop de plastique
© Shutterstock

Une tortue verte, espèce protégée, est morte en Thaïlande après avoir ingéré trop de plastique. 

Filet de pêche, couverts en plastique, sachets de course, coton-tiges… mers et océans sont devenus des vraies poubelles. Après la mort d’une baleine survenue il y a deux jours, suite à l’ingestion de plus de 80 sacs en plastique dans le sud de la Thaïlande, c’est le décès d’une tortue verte qui est à déplorer. L’animal, dont l’espèce est protégée, s’est échoué sur une plage thaïlandaise. Après deux jours durant lesquels les vétérinaires ont tenté de la sauver, elle a succombé. Elle avait avalé tellement de plastique que son estomac avait gonflé et qu’elle ne pouvait plus s’alimenter, a expliqué Weerapong Laovechprasit, le vétérinaire qui a tenté de sauver la tortue, avec l’aide de son équipe.

De plus en plus de tortues meurent à cause des déchets

« Cette année, nous avons constaté que 50% des tortues que l’on retrouve échouées sur les plages sont malades à cause des ordures plastiques qu’elles ont avalées », a précisé Weerapong Laovechprasit. Et d’ajouter qu’il y a quelques années cela ne concernait que « 10 % des cas ». Au moins 300 animaux marins (baleines, tortues de mer, dauphins…) agonisent chaque année dans les eaux thaïlandaises après avoir ingéré du plastique. La Thaïlande fait partie des pays qui déversent le plus de plastique dans les océans. En tout, la Chine, l’Indonésie, les Philipinnes, le Vietnam et la Thaïlande déversent chaque année plus de quatre millions de tonnes de plastique dans la mer, soit la moitié du total des rejets dans les mers du monde, selon l’ONG de référence Ocean Conservancy.

L’environnement vous tient à cœur? Ces articles pourraient vous intéresser

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, cuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)