L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Nouvelle étude de l’UNICEF: la qualité de la garde de la petite enfance est cruciale!

Un grand changement est en cours dans la vie des enfants des pays les plus riches du monde. C'est ce que démontre le dernier Bilan du centre de recherche Innocenti de l'UNICEF. La génération montante d'aujourd'hui est la première dont la majorité passe une grande partie de la petite enfance dans un type de structure de garde extérieure au foyer. Parallèlement, la recherche neuroscientifique démontre l'importance capitale, pour tous les aspects du développement de l'enfant, de la qualité de la garde des enfants au cours des premiers mois et années. Considérés ensemble, ces deux éléments obligent l'opinion publique et les décideurs politiques de l'OCDE à faire face à des questions pressantes.

C’est en fonction de leurs réponses que la transition en cours dans la garde et l’éducation de l’enfant se traduira, pour les enfants d’aujourd’hui et ceux de demain, par une avancée ou un revers.
Environ 80% des enfants de trois à six ans du monde riche sont actuellement insérés dans une structure de garde et d’éducation de la petite enfance. Pour ceux de moins de trois ans, la proportion est maintenant d’environ 25% pour l’ensemble des pays de l’OCDE et de plus de 50% dans certains pays. Au cours de la dernière décennie, de nombreux pays riches ont également connu une brusque augmentation du nombre d’enfants en bas âge ‘de moins d’un an ‘ confiés à des structures de garde extérieures au foyer.

En même temps que ce grand changement relatif à l’enfance se propageait dans le monde industrialisé, une révolution parallèle concernant la compréhension de l’importance des premières années de vie de l’enfant se déroulait sans bruit dans le domaine plus réservé de la recherche neuroscientifique. Par rapport au changement qui touche actuellement les enfants dans le monde économiquement développé, l’importance de ces découvertes ne peut être sous-estimée. Ce rapport s’attache á montrer que la conjonction de ces deux évolutions ‘ un recours massif à des structures de garde et une meilleure compréhension de ce qui se produit dans le cerveau humain au cours des premiers mois et années de la vie ‘ constitue un potentiel à double tranchant.

« La garde et l’éducation de la petite enfance de qualité peuvent favoriser le développement cognitif, linguistique, émotionnel et social des enfants», dit Marta Santos Pais, directrice du centre de recherche d’UNICEF, Innocenti.

Points de références

Le Bilan Innocenti 8, propose dix points de référence (qui se rapportent au cadre politique, à l’accès aux structures d’accueil, à la qualité de l’accueil et au cadre plus large par rapport aux familles défavorisées) comme normes minimales sur base desquelles la qualité de la garde et de l?éducation de la petite enfance peut être évaluée.

Ce à quoi nous assistons actuellement dans les pays riches peut être raisonnablement décrit comme une révolution dans la manière d’élever la majorité des jeunes enfants.

Dans la pratique existe un danger évident que les bénéfices potentiels de l’éducation des jeunes enfants soient réservés aux enfants des familles aisées et instruites et que les dégâts potentiels soient infligés principalement aux enfants des foyers défavorisés. C’est dans les familles les plus pauvres que l’urgence de reprendre le travail se fait le plus fortement sentir et qu’on risque le moins de trouver les ressources nécessaires pour garantir à l’enfant un accès aux services de qualité. En l’absence d’actions spécifiques et à grande échelle qui mettent tout spécialement l’accent sur des services de qualité à la petite enfance pour les enfants à risque, le ‘double désavantage’ risque de devenir la norme et la transition en matière de garde d’enfants deviendra une nouvelle et puissante source d’inégalité. « Si on laisse se produire cela, on aura perdu une occasion historique. »

La Belgique

En général, la Belgique se positionne plutôt bien dans l’exercice du Bilan. La Belgique atteint 6 des 10 points de référence. Par contre, si l’on veut que la garde et l’éducation des enfants ne constituent pas un revers pour demain, un travail supplémentaire doit continuer à être mener un niveau du nombre des places ‘insuffisantes- pour les enfants. Outre l’aspect quantitatif, la Belgique doit aussi s’atteler à des éléments de qualité si l’on veut faire de la garde et de l’éducation de réels leviers pour les enfants et l’égalité des chances.

Pour ce faire, il conviendrait de valoriser davantage le secteur et miser sur la professionnalisation. Le Bilan note qu’un personnel mieux formé, une amélioration du taux d’encadrement, et des groupes plus réduits constituent des éléments particulièrement importants. Sans les ressources supplémentaires nécessaires à cet égard, il y a beaucoup moins de chances que les services d’éducation et d’accueil des jeunes enfants apportent un grand changement dans la vie des enfants et des enfants défavorisés en particulier.

Le rapport plaide également pour un droit plus généreux au congé parental (pour les mamans et les papas). Diverses recherches scientifiques démontrent en effet que de trop longues journées passées dans un centre de garde pour un enfant en très bas âge, peuvent avoir des effets négatifs sur son développement. Pour les jeunes bébés, des relations proches et chaleureuses sont cruciales. Dans les pays scandinaves, le congé parental p