France Inter

Une chroniqueuse de France Inter dévoile ses seins pour faire taire les “puritains moralisateurs”

Par Liza De Wilde

Décidément, le studio de France Inter a connu quelques rebondissements ce mardi 28 août. Après l’annonce surprise de la démission du ministre Nicolas Hulot dans la matinée, l’humoriste Constance a clôturé la journée en dévoilant sa poitrine.

Indignée par les scandales liés à la nudité, et notamment aux femmes qui allaitent leurs enfants en public, la chroniqueuse de l’émission “Par Jupiter” a décidé de se mettre (littéralement) à nu sur le plateau de France Inter ce mardi. Le but de ce coup d’éclat: “faire la nique à tous ces puritains moralisateurs qui nous disent qu’on est pervers avec notre peau qu’on aère”.

La chronique de Constance

“Pour cette rentrée, j’ai une folle envie de vous parler seins”, annonce l’humoriste au début de sa chronique. “La poitrine, les doudounes, les nénés, les lolos, les nibards, les nichons, les roberts, les flotteurs, les boîtes à lait et autres tétasses. Si je vous parle roploplos c’est que je suis plutôt bien calée en la matière, puisque je fais un 90E pour 1m60; ce qui signifie que je rentre systématiquement dans une pièce 10 minutes après mes tétons”, précise-t-elle avec humour.

Journée mondiale du topless

La comédienne rappelle que ce dimanche 26 août était la journée mondiale du topless (“seins nus”, en français). Une journée “boudée à Kaboul”, mais aussi en France où “régulièrement des scandales éclatent quand les femmes osent allaiter leur bébé dans un endroit public, où même se mettre seins nus sur une plage devient sujet à passer pour une gourgandine”, déplore la chroniqueuse.

“Je suis quand même incroyablement étonnée par les obsessions, les aversions qui perdurent autour de deux poches de gras et de glandes. Dans l’Égypte antique, on vivait les boobs à l’air sans soucis. Que diraient les Grecs de l’Antiquité de voir tout ce foin qu’on fait autour de la nudité et de la sexualité. C’est quoi qui a merdé? Je veux dire, qui a commencé à dire que le corps c’était caca? Que la sexualité c’était pas bien? La religion? Les politiques?”, s’interroge Constance. Elle finit par répondre elle-même à sa question: “Moi je pense que c’est les vendeurs de tissus”.

Faire la nique aux puritains moralisateurs

“Mais il faut qu’on se réveille putain. On essaie de nous formater de la chatte aux tétons. Il faut leur faire la nique, à tous ces puritains moralisateurs qui nous disent qu’on est pervers avec notre peau qu’on aère, alors qu’eux ils ont juste un problème avec leur zizi”, s’exclame-t-elle avant d’enlever sa robe et de décrocher son soutien-gorge sous le regard ébahi de ses collègues.

Ce geste totalement inattendu a bien évidemment provoqué l’hilarité du studio: “Pourquoi personne ne m’écoute ?”, a-t-elle lâché pour retrouver le calme. Et de continuer: “J’ai une idée: on pourrait piéger tous les réac’. On aurait une technique: on les ferait glisser avec notre mouillette et une fois à terre on les étoufferait avec nos loches. Comme ça, on dirait qu’ils ont été tués par des gros bonnets.”

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. Cliquez ici pour régler vos préférences en matière de cookies et afficher le contenu.
Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.

Ceci pourrait également vous intéresser

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, cuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Contenu des partenaires

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. Cliquez ici pour régler vos préférences en matière de cookies et afficher le contenu.
Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.