Le chanteur Christophe est décédé à l’âge de 74 ans

Le chanteur Christophe est décédé à l'âge de 74 ans
Getty Images © David Wolff-Patrick/WireImage

Triste nouvelle pour la chanson française… Elle perd l’un de ses plus grands poètes: le chanteur à succès Christophe est décédé ce jeudi des suites « d’un emphysème”, maladie pulmonaire, a indiqué son épouse Véronique Bevilacqua. Il laisse derrière lui de nombreux fans orphelins…

Les Mots bleus, Aline, Les marionnettes… sont des titres qui ont traversé les années, sans prendre une seule ride (ou presque!). Mais aujourd’hui, c’est avec un peu de tristesse qu’on les écoutera…

Une longue hospitalisation

Le chanteur Christophe, âgé de 74 ans, a été hospitalisé en réanimation pour insuffisance respiratoire à Paris le 26 mars. Certains médias affirmaient qu’il était testé positif au Covid-19, mais il n’en est rien: il est décédé des suites « d’un emphysème », une maladie pulmonaire.

« Christophe est parti. Malgré le dévouement sans faille des équipes soignantes, ses forces l’ont abandonné », écrivent son épouse et sa fille Lucie, dans un communiqué ce vendredi 17 avril. « Aujourd’hui, les mots se lézardent… et tous les longs discours sont bel et bien futiles ».

Il y a une semaine, Véronique Bevilacqua expliquait à l’AFP que Christophe était « actuellement hospitalisé en réanimation à Brest ». Et poursuivait: « il est toujours intubé sous sédation profonde. Je demande à la presse de ne pas déranger les équipes soignantes et de le respecter lui et sa famille, à savoir sa fille unique et moi-même ».

Mais qui est Christophe, Daniel Bevilacqua de son vrai nom? On retrace pour vous le parcours de l’un des plus grands chanteurs français.

Un blues man depuis toujours

L’artiste, qui se cachait derrière de petites lunettes fumées depuis quelques années, est né le 13 octobre 1945 à Juvisy-sur-Orge en Essonne. Dès son plus jeune, c’est un fan de musique: à 8 ans, c’est Édith Piaf et Gilbert Bécaud qui résonnent dans ses oreilles. Quelques années plus tard, fin des années 1950, il est passionné de rock et de blues venus d’outre-Atlantique. Elvis Presley et James Dean ne le laissent pas indifférent, tout comme Robert Johnson et John Lee Hooker. Il adorait la manière dont ils se réinventaient à chaque fois. En décembre dernier, il déclarait à Paris Match: « Aline, pour moi, c’est un blues à la John Lee Hooker, à l’origine. C’est lui qui m’a scotché, avec Sonny Boy Williamson et Big Bill Broonzy, aussi. Hooker, à chacun de ses concerts, chantait Shake it Baby et ça n’a jamais été la même version. Il y a un état différent, une façon d’aborder sa vie devant un public qui paie pour me voir. Et je considère vraiment que j’ai chanté le blues toute ma vie ».

Chanteur? Pas une évidence

Ce qui animait Christophe, ce n’était pas le chant mais la musique, les sons, les instruments… « Gamin, à Juvisy, j’adorais ouvrir la fenêtre et enregistrer les sons. Je me revois avec mon magnéto Telefunken en train d’attraper le son ambiant de ma banlieue, les voitures qui passaient dans la rue. J’avais ma piaule à côté de l’atelier de ma mère qui était couturière, j’étais tranquille. Et le soir, je réécoutais ce que j’avais enregistré dans la journée ».

D’ailleurs, il apprend d’abord la guitare et l’harmonica, puis petit à petit l’idée de créer un groupe naît. Il met sur pied Danny Baby et les Hooligans, un groupe totalement amateur. Il y chante en anglais, ou du moins une « sorte » d’anglais, très proche du yaourt. Le plus souvent, il chante même en playback car il révèle qu’apprendre « par cœur », ce n’est pas son truc. Devenir chanteur, ce n’était donc pas gagné. Et pourtant, en 1965 sort Aline. Très vite, la chanson devient un tube et le propulse en haut de l’affiche. Mais là encore, ce n’est pas pour lui. Il n’aime pas cette frénésie, les tournées… Il se lasse. Jusqu’au jour où… « Quand j’achète mon premier synthétiseur, le ARP Odyssey, en 1971, là je comprends que peut-être je vais pouvoir créer. Et Francis Dreyfus (producteur) m’accompagnera dans ce projet ».

Au-delà des sons, Christophe a un charisme, un caractère bien à lui: passionné, épicurien, solitaire, il a toujours eu des avis aiguisés sur notre société et surtout un style bien à lui.

Un passionné de mode et de peinture

Couleurs, costumes à motifs, bottes de cow-boy… Christophe a du style! Cette passion pour la mode lui vient de sa mère, couturière professionnelle, qui a toujours parlé robe à la maison. « Ma mère travaillait chez Balmain, elle cousait des robes à la main, je la voyais faire, j’étais dans ses pattes en permanence. C’est pour ça que j’ai toujours aimé la mode ».

Il a toujours adoré la peinture aussi. C’est également un grand passionné du septième art. Un artiste complet qui n’a jamais été has been.

Ses plus grands succès

Retour en musique sur les plus grands succès de Christophe. On vous les a mis en version concert, c’est encore plus savoureux!

Les mots bleus (1974)

Aline (1965)

Les Marionnettes (1965)

Oh mon amour (1972)

Plus d’interviews d’artistes

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardin, maisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)