Diables Rouges: on a rencontré la maman de Carrasco

Diables Rouges: on a rencontré la maman de Carrasco
Yannick Carrasco.

La veille de Belgique-Japon, Stéphanie, journaliste, a partagé un café avec Carmen, la mère de Yannick Carrasco. À l’époque, maman solo, elle fait le choix de laisser son fils suivre son rêve… et quitter la maison. Le Diable défend son maillot rouge ce 10 juillet, contre la France. Morceau choisi.

« Je n’oublierai jamais cette époque. J’étais seule avec mes quatre enfants. Le papa de Yannick et Mylan (son frère de 14 mois son cadet, footballeur lui aussi) nous avait abandonnés quand ils étaient encore tout petits. C’était très difficile… On a vraiment connu la galère. Heureusement, j’ai toujours pu compter sur mes parents. Quand Yannick avait 4 ans, mon père l’emmenait au parc jouer au foot. On voyait qu’il avait ça dans le sang. À 12 ans déjà, de gros clubs sont venus le chercher: Standard, Anderlecht, Bruges… Mais c’est à Genk qu’il a voulu aller, à plus de 100 km de la maison. Il n’avait que 12 ans, vous imaginez? Un petit garçon… J’ai beaucoup hésité. »

« Les enfants, on ne les fait pas pour soi »

« Yannick m’a dit: ‘Maman, le train ne passe qu’une fois, je n’aurai peut-être plus jamais cette chance, il faut que tu me laisses y aller’. Que pouvais-je faire? Les enfants, on ne les fait pas pour soi. Alors j’ai écouté le cœur de mon fils. Il passait toute la semaine dans sa famille d’accueil, à Genk. Moi j’allais voir son match le samedi – autant dire que j’ai fait le tour de la Belgique -, je le ramenais à la maison et le lendemain, je le reconduisais dans sa famille d’accueil. Je l’avais 24 heures par semaine. Ça a duré 4 ans. »

Retrouvez l’intégralité de cette interview exclusive dans votre magazine Femmes d’Aujourd’hui, ce jeudi 12 juillet 2018.

Diables Rouges en force! Lisez ce qui suit pour soutenir l’équipe:

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, cuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, nos comptes Instagram et Pinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)