Ce que les Belges ont le plus acheté en seconde main en 2020

Ce que les Belges ont le plus acheté en seconde main en 2020
Getty images

Si les magasins de seconde main ont souffert du confinement, les Belges ont continué à acheter des objets d’occasion en ligne. Voici lesquels.

D’après une enquête* menée pour le compte de 2ememain, De Kringwinkel, Troc.com et Cash Converters, les Belges ont moins donné et vendu d’objets en 2020 par rapport à l’année qui a précédé. Mais la présence de sites dédiés à la récup’ a compensé cette baisse.

Des achats en baisse

L’année dernière, les dons et les ventes d’occasion ont été moins importants en Belgique. En toute logique, les achats l’ont été aussi: 35% des citoyens ont acheté en seconde main contre 39,1% l’année d’avant. Le profil est plutôt féminin (38,5% de femmes contre 31,5% d’hommes). L’âge joue lui aussi un rôle puisque ce sont surtout les jeunes qui achètent d’occasion: 48% des moins de 34 ans ont effectué au moins un achat en seconde main l’an dernier, contre 21% des plus de 55 ans.

Le premier de la liste

Les vêtements arrivent en tête des objets les plus achetés sur les réseaux de seconde main chez les Belges. Chez les néerlandophones, ce poste de dépense avoisine celui des livres et BD (27,5%) ainsi que des objets de déco (22,6%). Chez les francophones, viennent d’abord les jouets (25,2%), puis les livres et BD (22,2%). Dans les catégories d’achats qui distinguent les deux communautés, la 4e position est occupée par le multimédia et l’électronique (17%) au sud du pays, tandis qu’au nord, ce sont les meubles (16,2%).

Une motivation surtout économique

Au nord comme au sud de la Belgique, l’aspect économique est la première motivation pour faire des achats de seconde main (environ 70%). Mais on relève ensuite une différence: l’aspect écologique est la deuxième motivation pour les néerlandophones (40%) tandis que le plaisir de chiner (37,8%) passe avant le souci environnemental (34%) pour les francophones. La culture de la brocante semble bien ancrée chez ces derniers, puisqu’ils ont été 14,2% à déclarer qu’acheter en seconde main était une habitude contre 5,6% des Flamands.

Un marché en plein essor

Si, d’après cette enquête menée par iVOX, le secteur de l’occasion n’a pas échappé à une crise temporaire en raison de la pandémie, le marché de la seconde main reste en pleine expansion. Comme l’expliquent nos confrères de Libération, la vente de vêtements usagés en ligne représente actuellement 25 milliards de dollars et devrait atteindre 60 milliards en 2024 rien qu’aux États-Unis. Un boom essentiellement porté par le succès fou des applications comme Vinted et Marketplace.

Problème: l’argument écologique est rapidement balayé par le recours massif aux livraisons. Sans parler de l’addiction à ces apps qui fonctionnent comme des réseaux sociaux et qui alimentent des comportements d’achats impulsifs. Et les économies? Bien souvent l’argent gagné est réinvesti dans le système…

*Enquête effectuée en ligne du 18 au 26 mars 2021 par le bureau d’études de marché iVOX à la demande de 2ememain, De Kringwinkel, Cash Converters et Troc.

Plus d’articles sur la seconde main

Vous ne voulez rien louper de nos news mode, beauté, déco, voyages? Vous cherchez des conseils psycho, sexo, santé pour être au top en tant que femme et/ou que maman? Suivez-nous sur Facebook et Instagram et inscrivez-vous à notre newsletter

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)