Le potager des paresseuses: quelles sont les plantes potagères « perpétuelles »?

Le potager des paresseuses: quelles sont les plantes potagères "perpétuelles"?
© Shutterstock

Pour les paresseuses ou les pressées, il existe heureusement des plantes potagères « perpétuelles »: sans être éternelles, elles peuvent rester en place plusieurs années, et demandent un minimum de travail.

Les légumes dits perpétuels sont en fait des plantes vivaces qui produisent plusieurs années d’affilée. Ils conviennent particulièrement aux jardins dont les propriétaires disposent de peu de temps.

Les classiques

La rhubarbe

On peut la semer sous abri au printemps, mais le plus simple est de s’en procurer un pied lorsqu’un voisin ou un ami divise le sien, une opération qui est conseillée tous les 8 ans, en août ou au printemps. On récolte la rhubarbe au printemps puis en juillet, en coupant les côtes basses et en laissant un tiers des tiges pour permettre à la plante de se régénérer.

L’asperge

Elle est exigeante, mais une seule et même culture peut produire durant une quinzaine d’années… Il est indispensable pour cela d’enrichir fortement le sol avec du fumier bien décomposé, en automne avant la plantation, puis d’effectuer régulièrement des apports de fumure. Si on souhaite des asperges blanches, on les cultive au fond d’une tranchée, recouvertes d’un sol léger. Les asperges vertes sont cultivées au niveau du sol. Elles doivent être récoltées dès l’apparition des pousses au printemps. Pour profiter de toute leur saveur, mieux vaut les déguster le jour-même. Après 2 mois de récolte, on laisse la plante pousser, pour qu’elle puisse refaire ses forces.

L’artichaut

On plante les oeilletons issus de la division du plan d’artichaut, conseillée tous les 3 ans au printemps. Les plus belles pousses latérales sont alors conservées pour constituer des boutures, tandis que le pied principal est détruit. Les jeunes pieds produiront à partir de la 2e année, s’ils sont plantés dans un sol bien enrichi au préalable et ne manquent pas d’eau durant leur croissance. En hiver, il faut protéger les souches du froid avec de la paille.

Les légumes

L’oseille-épinard

Elle se sème et se repique au printemps, et ses feuilles se récoltent presque toute l’année pour être consommées cuites ou crues. La cueillette stimule le renouvellement du feuillage. Très résistante au froid, la plante se multiplie seule.

Le crambe

Un cousin du chou originaire des bords de mer. Il a peu de rendement mais son feuillage et sa floraison blanche en mai sont très décoratifs. Ses jeunes pousses ont une saveur incomparable: cuites à la vapeur, elles accompagnent idéalement les plats de poissons. Pour éviter l’amertume, on couvre la plante d’un pot retourné pour faire blanchir les côtes.

Les « salades »

La bette

Elle est très proche de la betterave, bien qu’on ne consomme que ses feuilles, à cuire à la manière des épinards, et ses côtes, cuites à la vapeur. On sème les bettes au printemps, puis on les repique, espacées de 30 cm. Il est conseillé de les pailler pour maintenir leur sol humide. On récolte les feuilles extérieures dès qu’elles atteignent 15-25 centimètres de long, en veillant à ne pas endommager le coeur de la plante, ni de trop enlever de feuilles à la fois. La cueillette régulière des feuilles stimule la production continue de nouvelles feuilles.

Le chénopode Bon-Henri

Cet épinard sauvage est connu depuis le Moyen Age. Il se multiplie seul par semis naturel. On récolte ses feuilles au printemps et en été. Les jeunes feuilles conviennent aux salades, tandis que les plus coriaces peuvent être cuites, en soupe. Les extrémités des tiges peuvent être cuisinées comme des asperges.

La roquette vivace

Coupez ses feuilles, et elles repoussent! On la sème entre avril et août au soleil ou à mi-ombre. Elle restera en place plusieurs années. Bon à savoir: il est possible de la cultiver
en bac, dans un terreau à géranium. La roquette vivace (Diplotaxis tenuifolia) ne doit pas être confondue avec la roquette annuelle (Eruca sativa), qui monte en graines plus rapidement et ne passe donc pas l’hiver.

Le cresson de jardin

On le sème de mars à août. Il se récolte ensuite de juillet jusqu’aux premières gelées, voire même tout l’hiver si on le protège avec un tunnel ou un châssis. Si on le laisse pousser en graines, il se ressème spontanément.

Vous aimez jardiner? Ces articles pourraient vous intéresser

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, cuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, nos comptes Instagram et Pinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)