Le boum des produits bio

Le boum des produits bio
Herbicides, pesticides et autres engrais utilisés par les jardiniers sont encore trop souvent des produits toxiques. Pourtant, l’offre en produits écologiques ou bio s’est étoffée et leur efficacité s’est améliorée.

 

Le marché des herbicides, pesticides et autres engrais est en pleine évolution depuis que l’on a pris conscience de leur toxicité sur la santé et l’environnement. Plusieurs changements de législation en ont découlé. De nombreux herbicides ont d’ailleurs été interdits. Même si, étonnamment, le glyphosate, matière active de produits tels que le très controversé Round Up, reste en vente. On sait pourtant que, même à très faibles doses, il peut se révéler extrêmement nuisible. Son sort devrait être réévalué par la Commission européenne en 2015. En attendant, cela vaut la peine de s’intéresser aux nouveaux produits à vocation bio ou équivalents, proposés sur le marché.

Stop mauvaises herbes

Les herbicides écologiques sont nombreux. Impossible d’être exhaustif. Mais citons par exemple la marque très connue dans ce créneau, ECOstyle, qui a étoffé sa gamme en proposant un «RongeTout» spécifique contre les mauvaises herbes tenaces, à base d’acides gras organique. Naturen, la gamme écologique de Scotts propose cette année le «Stop mauvaises herbes!» à base d’acide acétique, un agent naturellement présent dans le vinaigre. Aussi actif contre la mousse, il devient rapidement inactif dans le sol, ce qui permet de semer et de planter un jour seulement après l’application. Même Bayer a sorti un assortiment pour les traitements «naturellement efficaces»: dans cette nouvelle gamme Natria, on trouve «Herbi-Control», un anti-herbe et anti-mousse à base d’acide pélargonique, un principe actif d’origine végétale.
Parallèlement, il existe une évolution dans le domaine des engrais. DCM, une entreprise belge, s’est par exemple spécialisée dans les fertilisants naturels avec un label «compatible avec l’agriculture biologique».

Et les bébêtes?

Dans le domaine de la lutte contre les insectes nuisibles, la gamme de produits conventionnels disponible sur le marché s’est fortement réduite au cours de la dernière décennie. En 2011, tous les produits à base de bifenthrine ont été interdits. Mais là aussi, la recherche progresse pour proposer des alternatives plus saines. ECOstyle et Naturen proposent toute une ligne de produits anti-insectes écologiques, ainsi que des granules anti-limaces désormais bien connues à base de phosphate de fer, aussi efficaces et nettement moins dangereuses que celles de métaldéhyde.
Autres soucis des jardiniers: les souris, rats, taupes, fourmis… Ici aussi des alternatives écologiques existent. Le produit «Souris et rats» de Naturen, par exemple, agit sur base de matières végétales qui, une fois ingérées par les rats et souris, bloquent leur digestion, tout en étant inoffensives pour leurs prédateurs naturels. Contre les mulots mais aussi contre les taupes, ECOstyle propose un répulsif «Anti-Ravages» composé de bulbes de cellulose imbibés d’extrait d’ail. A utiliser avec modération pour les taupes, qui sont aussi utiles dans le jardin. Mieux vaut maîtriser ces mangeuses de limaces plutôt que les éliminer!
Et les fourmis? Utiles aussi, elles participent à l’aération du sol, au nettoyage du jardin et à l’accélération du processus de décomposition de la matière organique. Elles ne deviennent une nuisance que lorsqu’elles élèvent des pucerons ou forment de gros monticules dans le gazon. On pourra alors utiliser l’un des nombreux produits anti-fourmis à base de spinosad, une bactérie naturellement présente dans le sol, proposés par Naturabell, la ligne bio de Compo, Natria, ou ECOstyle et Naturen. A noter encore qu’ECOstyle met sur le marché une recharge pour sa «Fourmi’Table» (un boîte à appât contre fourmis avec un agent actif d’origine naturelle), pour moins de déchets. Au jardin aussi, ça compte!

Retrouvez la suite du cahier détachable spécial Jardin dans votre Femmes d’Aujourd’hui du 8 mars 2012!

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)