La pyrale du buis est de retour

La pyrale du buis est de retour
Getty images

Ces petites chenilles vertes et noires déciment les buis et constituent un véritable fléau pour les jardins. Comment faire pour s’en débarrasser et quelles sont les alternatives?

La pyrale du buis (Cydalima perspectalis) est un papillon nocturne de nuit originaire d’Asie orientale, dont les chenilles causent de gros dégâts aux plantations de buis.

Qu’est-ce que la pyrale du buis?

Il s’agit d’un papillon de nuit originaire d’Asie orientale arrivé dans nos contrées européennes il y a une dizaine d’années par l’importation de plantes exotiques. La chenille longue de quatre centimètres est reconnaissable à sa tête noire luisante et son corps vert clair, rayé de vert foncé dans le sens de la longueur. Lorsque la pyrale a envahi un arbuste, elle tisse une sorte de toile de soie qu’on retrouve autour des rameaux et sur les feuilles. Les chenilles hivernent entre les feuilles et se remettent en activité au printemps. Les premiers signes d’infestation apparaissent généralement en avril et persistent en s’aggravant jusqu’au mois de septembre.

Que faire?

Il existe des pesticides à pulvériser mais ils sont très nocifs pour l’environnement et ne garantissent pas l’éradication totale de la pyrale du buis. La seule solution est d’arracher le buis décimé afin de supprimer un foyer qui favoriserait sa propagation. Veillez à bien mettre vos buis infestés dans des sacs poubelles blancs pour qu’ils soient incinérés. Enfin, il existe d’autres arbustes (même en pot) qui peuvent remplir le même rôle structurant dans un jardin, comme le houx, le fusain, le chèvrefeuille, la myrte tarentine, l’osmanthe de Burkwood ou le buis africain.

Plus d’informations sur Bruxelles Environnement.

CECI POURRAIT ÉGALEMENT VOUS INTÉRESSER

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, parentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)