Cavalluna: rencontre avec Laurent Jahan, l’homme qui murmurait aux oreilles des ânes

Cavalluna: rencontre avec Laurent Jahan, l'homme qui murmurait aux oreilles des ânes

Depuis plus de 15 ans, la compagnie équestre « Apassionata », récemment renommée « Cavalluna », enchante les spectateurs partout en Europe. Pour le nouveau spectacle de la compagnie, « World of Fantasy », le Nantais Laurent Jahan a relevé le défi de présenter un numéro avec…  un âne! Rencontre.

La passion des chevaux et du spectacle, Laurent Jahan l’a développée dès son plus jeune âge. Ce Nantais, désormais âgé de 44 ans, a débuté très jeune avec des voisins russes qui l’ont initié à la voltige cosaque. Aujourd’hui, humour, complicité, et poésie se mêlent dans les numéros présentés par cet ancien palefrenier, qui comprend les animaux comme personne.

Rencontre avec Laurent Jahan

Aujourd’hui, vous êtes une star du spectacle équestre. Comment tout cela a-t-il débuté?

« Quand j’ai commencé, j’étais palefrenier-soigneur. Je m’occupais des chevaux, de la litière, des soins, du brossage, etc. J’ai toujours été attiré par le spectacle parce que, très jeune, je faisais de la voltige cosaque. Près de chez moi, il y avait des immigrés russes qui pratiquaient la djigitovka (voltige cosaque). Ils m’ont pris sous leur aile et tous les mercredis, samedis et dimanches, on allait s’entraîner ensemble. Pendant la saison d’été, on faisait des spectacles. Suite à ça, j’ai acheté mon premier cheval, Corazón, vers 16 ans et je me suis mis à le dresser dans l’humour. J’ai été surpris par un monsieur qui passait par là, qui s’est avéré être producteur de spectacle dans le Sud de la France. Il m’a fait participer à un festival, j’ai gagné un prix, j’ai refait un festival, j’ai regagné un prix, et de là, ma carrière a décollé. J’ai été à Eurodisney pendant trois ans. Puis j’ai fait 10 ans au Puy-du-Fou. Puis Cavalluna est venu faire un casting, et maintenant cela fait trois ans que je travaille là. »

Comment définissez-vous vos numéros sur ce spectacle?

« C’est un mélange de comédie et de dressage. Ce que j’aime le plus dans les shows que je présente cette année, c’est que le cheval se met en valeur tout seul. Je ne suis qu’une virgule dans leur numéro. »

Comment savez-vous qu’un cheval est fait pour la scène?

« Quand j’aborde un cheval, j’attends qu’il me montre son numéro. Ce sont eux qui me disent ce qu’ils veulent faire. Parfois, je ne contrôle même pas leurs numéros, je leur laisse leur liberté d’expression. Sur scène, j’essaie d’à peine les toucher, à peine leur donner un ordre, je les laisse faire. Il y a une base, une chorégraphie qu’on installe au début de la tournée, puis le cheval fait ce qu’il veut autour. À chaque fois qu’on rentre sur scène, le spectacle est différent. »

Pensez-vous que les chevaux aiment faire ça?

« Oui, je pense qu’un cheval aime travailler. Un jour, j’ai ouvert ma remorque dans la prairie, c’était une façon de signaler à mes chevaux qu’on partait en spectacle. Je l’ai laissé comme ça un instant, et quand je suis revenu, ils étaient dans le van, prêts à partir s’entraîner. »

Par qui avez-vous été formé?

« Lucien Gruss, un homme extraordinaire. Ma formation a duré environ trois ans. Pendant trois ans, je ne suis pas monté sur scène, j’ai préparé les chevaux, j’ai observé, je me suis beaucoup entraîné. Mais c’est un métier où on se forme continuellement. Beaucoup de cavaliers disent qu’ils n’auront jamais assez d’une vie pour apprendre des chevaux. Je pense que c’est vrai, même si ça m’embête de l’admettre. »

Vous présentez un numéro avec un âne. Est-ce un défi d’amener cet animal sur un spectacle équestre?

« Il y a 13 ans, c’était un gros défi. Mais maintenant que j’ai réussi à les comprendre, je sais où je peux les emmener, et je dirais même qu’un âne est plus fiable qu’un cheval. »

Que ressentez-vous quand vous êtes sur scène?

« J’ai vécu tout un tas de belles choses, mais la joie d’un cheval qui a bien travaillé sur scène, qui a donné de l’émotion aux gens, qui vous a compris, elle est unique. C’est un sentiment incroyable, on a l’impression qu’on peut mourir en paix après avoir vécu ça. C’est inexplicable. »

Bientôt à Forest National!

Les 16 et 17 mars 2019, la tournée Cavalluna s’arrêtera à Forest National pour présenter son nouveau spectacle « World of Fantasy » au public belge. L’occasion de découvrir ce show qui allie l’équitation, l’acrobatie, la danse et la musique!

1 « Cavalluna – World of Fantasy »

2 « Cavalluna – World of Fantasy »

3 « Cavalluna – World of Fantasy »

4 « Cavalluna – World of Fantasy »

5 « Cavalluna – World of Fantasy »

6 « Cavalluna – World of Fantasy »

7 « Cavalluna – World of Fantasy »

8 « Cavalluna – World of Fantasy »

9 « Cavalluna – World of Fantasy »

10 « Cavalluna – World of Fantasy »

Ceci pourrait également vous intéresser

Pour être au courant de toutes nos astuces mode, beauté, parentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)