Stromae, formidable mais encore…

Stromae, formidable mais encore…
Au-delà de Formidable et de Papaoutai, le deuxième album de notre talentueux belge Stromae, Racine Carrée, compte d’autres nombreux trésors…

Stromae, impliqué

Stromae parle rarement pour ne rien dire. Observateur du monde dans lequel il grandit, il dresse des portraits très réalistes. Humain à l’eau nous plonge au cœur de notre nature et invite à une vraie conscience écologique. Ce morceau est intense de par l’électro omniprésent qui rythme ses mots. AVF, les initiales d’un ‘Allez vous faire f…’ tonitruant, dépeint –sur une mesure endiablée – notre société, nos politiques, nos propensions à être de bons et doux petits moutons, nos faiblesses. N’y voyez aucune leçon de moral, mais un regard intéressé.

Stromae, élogieux

Quand Stromae décide de mettre quelqu’un à l’honneur, il ne mâche pas ses mots ni sa sensibilité. Ave Cesaria il nous transporte, avec une tendresse inouïe dans les mots, dans l’univers de la grande dame. Un hommage touchant mais surtout souriant. Merci, le titre et le seul mot de cette chanson 100 % instrumentale. Le maestro n’a pas besoin de mots, d’autres mots pour remercier son public, sans doute. Des notes électrisantes pour une révérence planante… 

Stromae, l’inventif

Les textes de Stromae sont sombres, souvent oppressants et poignants. De la souffrance qu’il habille de couleurs avec une touche de salsa, une pointe de rumba congolaise et une bonne dose d’électro dance. Papaoutai et Formidable sont des exemples parfaits de son ingéniosité. Bâtard et Quand c’est? sont dans la même veine. Le premier aborde les différences de classes et de couleurs, le second, le cancer. Et comme à son habitude, il nous fait avaler la pilule avec des cuivres, des percussions et un saxo enjoué.

Stromae, l’acteur

Le look de Stromae parle de lui même: marquer les esprits, la différence… Il joue et se met en scène avec aisance – n’évoquons plus le clip de Formidable -. Toute la magie du titre Tous les mêmes est dans la réalisation du clip vidéo. Mi-homme, mi-femme, il joue de son sourcil et d’un grimage pour illustrer le rôle de l’un et de l’autre lors d’une crise de couple. Astucieux et bluffant de réalisme.

Stromae, le décalé

Sur le titre Carmen, Stromae empreinte et modernise la mélodie de Carmen – l’un des plus grands opéras tragiques – pour y déposer des jeux de mots subtils et accrocheurs et aborder notre consommation (abusive?) des réseaux sociaux et ses dérives. Moules Frites est le petit ovni de l’album. Plaçons son décor: une mélodie fluide et colorée. On est en plein rêve… sur une île paradisiaque! Ensuite il y a les paroles: ‘Polo aime les moules frites sans frites et sans mayo’. A défaut de baigner dans l’île, on baigne dans l’huile. C’est drôle et imagé.

 

Un album à l’humour glaçant, des morceaux un peu flippant où des mots douloureux explosent, des mélodies dansantes et éclatantes: une recette gagnante pour notre maître-conteur!

Ecoutez le meilleur de Stromae

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)