10 livres à lire cet été, recommandés par l’Académie Goncourt

10 livres à lire cet été, recommandés par l'Académie Goncourt
© Getty

Vous partez en vacances et vous cherchez un livre à glisser dans votre valise? Ou au contraire, vous restez chez vous et souhaitez vous évader en lisant quelques pages? Suivez les conseils de l’Académie Goncourt pour choisir le roman idéal.

L’été est la période de l’année parfaite pour savourer un bon bouquin. Le soleil nous invite à nous détendre sur le transat, un livre à la main (et un cocktail dans l’autre!). Et ce, que vous partiez en vacances ou que vous restiez dans votre jardin. Si vous ignorez quel livre dévorer pendant ces deux prochains mois, fiez-vous à l’Académie Goncourt qui a dévoilé 10 romans parfaits pour cette saison.

10 livres à lire cet été

Parmi la liste se trouve Avant que j’oublie d’Anne Pauly, primé du Livre Inter 2020 et finaliste du prix Goncourt 2019. Et Papa de Régis Jauffret, auteur lauréat du prix Femina et du prix Goncourt de la nouvelle.

1 Trois jours dans la vie de Paul Cézanne – Mika Biermann

Résumé: « L’œil chafouin, le poil hirsute, Paul Cézanne crapahute par les collines, suant sous son melon, le dos courbé sous le poids du chevalet. Apparaît la bottine d’une femme gisant sur un talus, et c’est le drame ».

Trois jours dans la vie de Paul Cézanne suffisent à Mika Biermann pour faire sauter les écailles de peinture, gratter la trame, ajourer jusqu’à l’os le portraitiste de la Sainte-Victoire.

Un vilain fait divers transformé en une odyssée de garrigue sur une mer de peinture, dans le sillage du peintre bourru, vaniteux et obsédé par des chimères grotesques qui n’engendrent pas la mélancolie.

On en termine la lecture l’œil fringant et les doigts maculés de couleurs fauves.

2 Jacques Rigaut. Le suicidé magnifique – Jean-Luc Bitton

Résumé: Paris, novembre 1929: les « Années folles » s’achèvent. Dans sa chambre d’une maison de désintoxication, un jeune homme se tire une balle dans le cœur. C’est Jacques Rigaut; le plus beau, le plus radical des dadaïstes, ce non-conformiste absolu avait prévenu: « Essayez, si vous le pouvez, d’arrêter un homme qui voyage avec son suicide à la boutonnière ». Tous ses amis écrivent, photographient, tournent des films: ils s’appellent René Clair, André Breton, Paul Éluard, Pierre Drieu la Rochelle, Man Ray ou Tristan Tzara. Lui, en dandy désinvolte, ne laisse que quelques fragments et des dettes. Après son mariage avec Gladys Barber, une riche héritière américaine, il vit quelque temps à New York. C’est en passant à travers un miroir, dans une villa de Long Island, qu’il fait la connaissance de son double littéraire: Lord Patchogue.

De retour à Paris, brisé, Rigaut se perd dans les nuits du Bœuf sur le toit, la drogue, l’alcool et les femmes. Personne ne parvient à sauver le fondateur de l’ « Agence générale du suicide ». Des années plus tard, André Breton lui rend hommage dans son Anthologie de l’humour noir. Mais c ‘est surtout Drieu la Rochelle et Louis Malle qui le font entrer dans la légende: Le Feu follet, c’est lui. Rigaut n’est pas mort; il hante toujours les avant-gardes et la contre-culture des deux côtés de l’Atlantique.

3 Barroco bordello – Thierry Clermont

Résumé: parti sur les traces de Robert Desnos et de son séjour à Cuba en 1928, le narrateur arpente les rues de La Havane, découvre les nombreuses églises et les bars, flâne sur le Malecón pour y capter le « réel merveilleux » auquel il finira par succomber. Au fil de ses séjours, il croise des personnages hauts en couleur, dont un ancien guérillero, des musiciens, des anonymes extravagants rêvant de départs, une riche New-Yorkaise qui attend la chute du castrisme, une mystérieuse infirmière, un prêtre de la santería… Des souvenirs remontent: une amante ensorceleuse, un chauffeur de taxi fanfaron, des poètes et des cinéastes, ainsi que des figures illustres — Sartre et Beauvoir enflammés par la révolution, Alejo Carpentier, Lezama Lima, le boxeur Kid Chocolate, Paul Morand, le coureur automobile Fangio (kidnappé par les barbudos), Hemingway, Allen Ginsberg, García Lorca et quelques invités surprises, tels que le jeune Leonard Cohen ou encore Anaïs Nin.

4 Terra incognita – Alain Corbin

Résumé: l’Histoire de l’ignorance est une question essentielle. Pendant des millénaires, nous, les humains, ne savions presque rien de la terre. Nous nous référions surtout à nos territoires, à nos paysages, à nos villages. Sur les cartes on pouvait lire par endroit: Terra Incognita. Ce livre raconte les incroyables erreurs auxquelles il a fallu se heurter pour découvrir les secrets de notre planète bleue.

Des erreurs parfois brillantes, souvent étranges, mais toujours fascinantes. À l’aube du XIXe siècle, la météorologie était pleine d’inconnues. En 1840, les fonds marins étaient totalement mystérieux. En 1870, la majorité des savants pensaient qu’une mer recouvrait les pôles. En 1900, nul n’avait atteint la stratosphère… L’ignorance a stimulé l’imaginaire de nos ancêtres. Le livre d’Alain Corbin réveille notre soif de savoir, et change notre regard sur le monde.

5 L’œil du paon – Lilia Hassaine

Résumé: « Héra était fascinée par ces petites planètes qui habillaient la robe rousse du paon. La lumière du matin, diffractée par les lamelles des plumes, oscillait du vert émeraude au doré, moiré de reflets bleu métallique. Sur ses ailes, des centaines de plumes parsemées de perles claires, aussi éclatantes que les étoiles d’une nuit sans lune. Quant à l’herbier de sa fourrure, il avait la couleur ocre des feuilles mouillées d’octobre, que piétinait déjà Héra, loin de son île. À l’ombre des marronniers, elle découvrit les premières images de Paris. »

Après avoir toujours vécu sur une île sauvage de Croatie, Héra se retrouve à Paris chez une tante qui la traite comme une étrangère. Tandis que son petit cousin, Hugo, reporte toute son affection sur elle, Gabriel, le mystérieux instituteur de l’enfant, l’initie aux plaisirs de la ville. Vite intégrée à la jeunesse des beaux quartiers, contaminée par le cynisme ambiant, Héra semble se satisfaire d’une certaine artificialité. Mais un drame bouleverse le cours de son destin.

6 Papa – Régis Jauffret

Résumé: 19 septembre 2018, j’aperçois dans un documentaire sur la police de Vichy mon père sortant menotté entre deux gestapistes de l’immeuble marseillais où j’ai passé toute mon enfance. Ils semblent joyeux alors que le visage de mon père exprime la terreur. D’après le commentaire, ces images ont été tournées en 1943. Non seulement mon père n’a de sa vie parlé de cet incident mais je n’ai jamais entendu dire par personne qu’il avait eu affaire à l’occupant.

Moi, le conteur, le raconteur, l’inventeur de destinées, il me semble soudain avoir été conçu par un personnage de roman.

R. J.

7 Le N°5 de Chanel, biographie non autorisée – Marie-Dominique Lelièvre

Résumé: « Scandale en flacon » est la biographie non autorisée du parfum n°5 de Chanel par Marie-Dominique Lelièvre.

8 L’effet maternel – Virginie Linhart

Résumé: « Tu n’avais qu’à avorter: il n’en voulait pas, de cette gosse! » Ce sont peut-être ces mots, prononcés un matin d’été par sa mère, qui ont conduit la narratrice à écrire L’effet maternel. Cette gosse, c’est sa fille aînée qui vient de fêter ses 17 ans. Que s’est-il passé pour qu’une mère assène une pareille horreur? Il y a eu des coups de griffe, des silences, mais aussi beaucoup d’amour dans cette relation ponctuée de vacances joyeuses et ensoleillées. D’où vient alors cette cruauté?

9 Les infréquentables frères Goncourt – Pierre Ménard

Résumé: Edmond et Jules de Goncourt sont comme écrasés par leur nom. Si nul n’ignore le prix qu’ils ont fondé, l’oubli a frappé la vie et l’œuvre de ces deux frères qui se sont attaqués pendant près d’un demi-siècle à tous les genres littéraires, et plus encore au genre humain.

Suivre les Goncourt, c’est courtiser la princesse Mathilde, dîner avec Zola, survivre à la Commune, passer des salons des Rothschild aux soupentes sordides et recevoir toute l’avant-garde artistique dans leur Grenier de la Villa Montmorency.

Pamphlétaires incisifs, romanciers fondateurs du naturalisme, dramaturges à scandale, collectionneurs impénitents , ces langues de vipère ont légué à la postérité un cadeau empoisonné: un journal secret qui fait d’eux les meilleurs chroniqueurs du XIXe siècle.

Seule la méchanceté est gratuite , aussi les deux écrivains la dépensent-ils sans compter. Chaque page laisse éclater leur détestation des femmes, des parvenus, des Juifs, des artistes et de leurs familiers. On découvre Baudelaire ouvrant sa porte pour offrir aux voisins le spectacle du génie au travail, Flaubert invitant ses amis à déguster des « cervelles de bourgeois », les demi-mondaines étalant un luxe tapageur ou Napoléon III entouré d’une cour servile qui met en bouteilles l’eau de son bain…

Réactionnaires ne jurant que par la révolution en art, aristocrates se piquant de faire entrer le bas peuple dans la littérature, les Goncourt offrent un regard aiguisé sur un monde en plein bouleversement, où, de guerres en révolutions, le paysan fait place à l’ouvrier, la bougie à l’ampoule et le cheval à l’automobile.

10 Avant que j’oublie – Anne Pauly

Résumé: il y a d’un côté le colosse unijambiste et alcoolique, et tout ce qui va avec : violence conjugale, comportement irrationnel, tragi-comédie du quotidien, un « gros déglingo », dit sa fille, un vrai punk avant l’heure. Il y a de l’autre le lecteur autodidacte de spiritualité orientale, à la sensibilité artistique empêchée, déposant chaque soir un tendre baiser sur le portrait pixelisé de feue son épouse ; mon père, dit sa fille, qu’elle seule semble voir sous les apparences du premier. Il y a enfin une maison, à Carrières-sous-Poissy et un monde anciennement rural et ouvrier.

De cette maison, il va bien falloir faire quelque chose à la mort de ce père Janus, colosse fragile à double face. Capharnaüm invraisemblable, caverne d’Ali-Baba, la maison délabrée devient un réseau infini de signes et de souvenirs pour sa fille qui décide de trier méthodiquement ses affaires. Que disent d’un père ces recueils de haïkus, auxquels des feuilles d’érable ou de papier hygiénique font office de marque-page? Même elle, sa fille, la narratrice, peine à déceler une cohérence dans ce chaos. Et puis, un jour, comme venue du passé, et parlant d’outre-tombe, une lettre arrive, qui dit toute la vérité sur ce père aimé auquel, malgré la distance sociale, sa fille ressemble tant.

Que faire d’autre cet été?

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardin, maisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)