3 bonnes raisons de voir le film 1917 de Sam Mendes

3 bonnes raisons de voir le film 1917 de Sam Mendes
© Universal Pictures and Storyteller Distribution Co., LLC. All Rights Reserved

En salle depuis le 8 janvier 2020, le film 1917 de Sam Mendes est sans aucun doute l’un des films à ne pas manquer en ce début d’année. Voici 3 bonnes raisons de courir le voir au cinéma.

Quatre ans après 007 Spectre, Sam Mendes est de retour au cinéma avec 1917. En pleine Première Guerre mondiale, Schofield et Blake, deux jeunes soldats britanniques, reçoivent la mission de délivrer un message à un autre bataillon. Pour ce faire, ils doivent traverser les lignes ennemies. Et s’ils échouent, 1600 soldats perdront la vie…

3 bonnes raisons de voir le film 1917

Mettant en scène George MacKay et Dean-Charles Chapman, deux jeunes acteurs encore inconnus du public, 1917 est l’un des films à ne pas louper en ce début d’année. En course pour les Oscars, le long-métrage a déjà reçu le Golden Globe du « Meilleur film dramatique » tandis que Sam Mendes a été honoré avec celui du « Meilleur réalisateur ». Si vous n’êtes pas encore convaincue, voici trois bonnes raisons de voir 1917.

1. Une histoire de guerre. Oui mais…

Si Sam Mendes s’est inspiré des histoires de son grand-père soldat (à qui est dédié le film), son long-métrage ne se limite pas au genre « film de guerre ». Peu de combats ont finalement lieu, mais la tension ne s’évanouit jamais. On ne voit pas l’ennemi, mais les coups surviennent de temps à autre, ne laissant jamais de repos aux soldats qui tentent d’accomplir leur mission. Par son réalisme, 1917 souligne ainsi le courage des combattants et leur rend hommage.

2. Une prouesse technique

1917 est un faux plan-séquence d’une durée de deux heures, c’est-à-dire que toutes les scènes ont été filmées et montées de manière à ce que l’on ait l’impression qu’il ne s’agit que d’une seule prise de vue, que la caméra n’a jamais été coupée. Ce procédé demande une parfaite gestion des déplacements des acteurs, et ce, dans chaque scène, ainsi que de la caméra. Hormis à un moment clairement assumé, on ne détecte absolument pas quand les raccords de caméra ont eu lieu: Sam Mendes relève donc un fameux défi technique et livre ainsi un impressionnant plan-séquence.

3. En plein cœur de l’action

Le plan-séquence est une jolie technique, mais pas que: il permet aux spectateurs de suivre l’intrigue comme s’ils en étaient les acteurs. Un procédé qui fonctionne donc terriblement bien avec l’histoire qu’a choisi de raconter Sam Mendes: le public vit le film comme s’il était lui-même dans les tranchées. Il se sent donc d’autant plus concerné par la mission à accomplir et son intérêt est donc doublé. Ajoutons à cela un suspens qui ne faiblit pas et un rythme maîtrisé, et l’on obtient un film haletant, devant lequel le public ne détourne pas les yeux jusqu’à la dernière minute.

1917 de Sam Mendes, actuellement au cinéma.

Plus de critiques cinéma:

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardin, maisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)