5 raisons d’aller voir l’exposition sur Keith Haring à Bozar

5 raisons d'aller voir l'exposition sur Keith Haring à Bozar
Getty images

Bozar consacre une superbe exposition à l’artiste américain Keith Haring, célèbre pour ses dessins réalisés à main levée dans les métros new-yorkais et ses affiches engagées dans la lutte contre le sida et le racisme.

Ses hiéroglyphes tracés au gros marqueur noir, d’un trait simple, précis et vif sont entrés dans la culture populaire. Keith Haring, surnommé le “petit prince de la rue”, est aussi le symbole du New York des années 80, une époque mythique qui a vu naître la culture hip-hop et la culture club avec la naissance de la house music. Une époque où Grace Jones, Andy Warhol, Jean-Muchel Basquiat et Madonna fréquentaient les mêmes soirées… Voici 5 anecdotes que vous ignorez sur Keith Haring et qui vous donneront envie d’aller voir son exposition à Bozar.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @keithharingfoundation le

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

1. Keith Haring a été influencé par un artiste belge

En 1977, alors que Keith Haring n’est encore qu’un étudiant en dessins publicitaires, il découvre le peintre belge Pierre Alechinsky, qui sera une véritable révélation pour lui. Il dira de l’artiste bruxellois: “Voilà un type, en train de faire ce que j’étais en train de faire, mais à plus grande échelle et qui travaillait avec le même style de calligraphie que moi. Et il y avait ce cadre qui rappelait les bulles de bande dessinées. Mais le tout était réalisé d’une façon complètement libre et expressive qui relevait complètement du hasard, de l’intuition, de la spontanéité. Et cette obsession du papier, de l’encre, du pinceau! Toutes ces choses s’alignaient complètement avec ma façon de travailler”. (Sources: The Keith Haring Foundation)

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Julien Cuisset (@juliencuisset) le

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

2. Keith Haring a dansé sur les débuts de la house

S’intéresser à Keith Haring, c’est aussi se plonger dans cette époque incroyable du New York des années 80, marquée par les soirées de la scène undergroung et gay du Paradise Garage, un club qui a vu naître la house music. “Danser était notre rituel païen et le Paradise Garage le premier club multi-culturel gay. Il est devenu le panthéon de Keith”, explique Ann Magnuson, une actrice américaine qui a fréquenté le club. Keith écrira dans son journal intime: “Je ne sais pas si vous mesurez à quel point le Paradise Garage est important, du moins pour moi et le groupe de gens avec qui j’y ai partagé tant d’expériences spirituelles”. (Sources: The Keith Haring Foundation)

3. Keith Haring a dessiné le hip-hop

Keith Haring, en véritable “street artist”, n’a jamais cessé de s’inspirer de la rue et de toute sa culture. Pendant que les ghetto-blasters diffusent le hip-hop dans les quartiers noirs de New York, l’artiste est fasciné par la danse qui l’accompagne: “Les danseurs avaient ce truc qu’ils appelaient “electric boogie”, qui consistait à faire des mouvements comme si on transportait une pulsation électrique qu’on passait de personne en personne, dans un geste fluide. J’ai commencé à incorporer tout ça dans les images que je dessinais. Le breakdance était une inspiration majeure, ces kids qui tournaient sur la tête, je les ai retranscrits dans mes dessins”. (Sources: Trax).

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par João Luís (@pirikitosemasa) le

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

4. Keith Haring a peint sur le corps de Grace Jones

À l’occasion d’une soirée au Paradise Garage, Keith Haring transforme le corps de Grace Jones en toile vivante. “C’est Andy Warhol qui m’a présenté à elle. Quand je la regarde, je vois son corps comme le corps ultime à peindre. Grace Jones était la diva et la disco queen de toute la scène associée au Paradise Garage, et je voulais vraiment peindre son corps parce qu’elle est l’incarnation de tout ce qui est à la fois primitif et pop. Être primitif et pop est quelque chose qui me fascinait, parce que mon style de dessin est similaire à l’art eskimo, à l’art africain, à l’art maya et à l’art aborigène. Pour moi, Grace était tout ça à la fois”. (Sources: Trax)

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Philip A Downes (@princemod) le

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

5. Madonna a chanté à la soirée d’anniversaire de Keith Haring

À l’occasion de ses 26 ans, Keith Haring organise en mai 1984 une soirée au Paradise Garage qui deviendra mythique: “The Party of Life”. Il propose à Madonna de venir chanter quelques tubes de son tout nouvel album “Like a virgin”. Pour l’occasion, l’artiste peint la veste en cuir de la chanteuse qui se donnera en spectacle sur un lit parsemé de fleurs et de roses…

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Plus d’infos: Keith Haring, jusqu’au 19 avril 2020 à Bozar à Bruxelles

Plus de sorties culturelles? Ceci devrait aussi vous intéresser

Pour être au courant de toutes nos astuces modebeautéjardinmaisonparentalitécuisine et l’actualité, suivez-nous sur notre page Facebook, notre compte Instagram et Pinterest, et inscrivez-vous à notre newsletter.

Continuez votre lecture ci-dessous, après la publicité

Attendez le prochain article de Femmes d’Aujourd’hui, il en vaut vraiment la peine :)