Nos derniers articles

"Infantilisation, marketing, mascarade": Eric Boschman livre son opinion sur la Tournée Minérale

L'avis pas si bête d'un "vieux râleur" sur la Tournée Minérale

  • Partagez ceci avec vos amis:
"Infantilisation, marketing, mascarade": Eric Boschman livre son opinion sur la Tournée Minérale Article

Eric Boschman ne fera jamais partie des personnalités belges qui prêtent leur visage à la Tournée Minérale. Au contraire, le sommelier et chroniqueur a décidé de crier haut et fort qu'il ne participerait pas au mois sans alcool, parce qu'il commence à être un brin agacé qu'on veuille décider à sa place ce qui est bon pour lui.

Après des excès pendant les fêtes, vous vous êtes lancés dans la Tournée Minérale mais vous avez craqué avant la fin? Au contraire, vous avez décidé de ne pas faire de trêve mais vous êtes pris de remords à chaque gorgée de vin, face à vos amis qui ne boivent plus que des eaux infusées durant vos soupers – autrefois plus festifs?

Pourquoi ne pas assumer fièrement que vous aimez boire, dans la limite du raisonnable? Quoi de plus honorable que quelqu’un qui maîtrise sa consommation d’alcool et qui peut profiter, sans excès et sans regrets, d’un petit verre alcoolisé de temps à autre? Sans cracher sur l’objectif de l’action, lancée par la Fondation contre le Cancer, Eric Boschman “sommelier, chroniqueur et hédoniste fou”, comme il se définit, est de ceux qui ont décidé que non, on ne déciderait pas pour lui s’il devait boire ou non. Et il le fait savoir.

“Pourquoi je ne ferai pas la tournée minérale”

Sur sa page Facebook, Eric Boschman a pris la peine d’expliquer publiquement pourquoi il ne suivrait pas le mois sans alcool. Non pas pour se justifier, ni tenter de convaincre la Belgique entière de le suivre dans son contre-mouvement, mais simplement pour soumettre son avis au plus grand nombre, à prendre ou à laisser.

Evidemment, venant d’un sommelier en plein Wine man show intitulé “Ni Dieu, ni maîtres, mais du rouge”, Eric Boschman n’allait pas laisser passer une occasion pareille pour “ouvrir sa gueule”. Mais comme les apparences pourraient être trompeuses, il annonce tout de go “Je bois très peu en règle générale”. “J’ai été torché une seule fois dans ma vie”, nous avoue-t-il. “A 19 ans. J’ai eu un trou noir, j’en ai foutu partout!” Aujourd’hui, il boit passionnément et sans démesure, en rêvant secrètement de revivre un jour une vraie bonne cuite, juste pour voir.

“Je deviens vieux, et les vieux, ça aime râler”

Le cinquantenaire ne revendique rien, il commence simplement à en avoir tout doucettement marre qu’on veuille décider pour lui. Et son opinion, à contre-courant, fait réagir. Après des dizaines de partages, likes et commentaires enthousiastes sur sa publication Facebook, on a demandé à Eric Boschman de nous expliquer le fond de sa pensée.

"Infantilisation, marketing, mascarade": Eric Boschman livre son opinion sur la Tournée Minérale 1

“Je ne veux pas participer à cette mascarade, sauf si on fait les choses sérieusement”

“Ce qui me dérange, c’est de faire croire aux gens qu’ils iront mieux parce qu’ils ne picolent pas pendant un mois. Il vaut mieux une consommation modérée et régulière qu’une consommation en dents de scie”, nous explique-t-il.

“J’estime que je ne veux pas participer à cette mascarade, sauf si on fait les choses sérieusement. Le but est de verser à la Fondation contre le cancer l’argent qu’on ne consomme pas en s’abstenant de boire pendant un mois… Mais je serais curieux de voir combien le font réellement!”

“Le cancer, ça me touche vraiment”

Sur le site de la Tournée Minérale, plus de 100.000 personnes “relèvent le défi” de ne pas toucher à un verre d’alcool durant tout le mois de février. Or, à moins de 10 jours de la date finale, un peu plus de 50.000 euros seulement ont été récoltés. Une jolie somme, mais qui prouve que tous les participants n’ont certainement pas mis la main au portefeuille pour soutenir la recherche contre le cancer.

“Que les choses soient claires, le cancer, ça me touche vraiment”, souligne Eric Boschman, qui ne veut pas qu’on se méprenne sur ses intentions. “J’ai encore vécu récemment le décès d’une personne proche touchée par la maladie”.

“J’ai reçu une série de merdes au nom de la Tournée minérale” 

“Si les gens marchent, si il y a des promesses de dons, c’est génial! Si il y a une vraie concrétisation, comme le Télévie, Cap48, etc, c’est fantastique. Mais là, je trouve que c’est un prétexte”, lance-t-il. “J’ai reçu une série de merdes au nom de la Tournée Minérale: de l’eau pétillante offerte avec le nom d’une marque de bière connue, du cava sans alcool, de la bière sans alcool,… C’est du marketing!”

Mois sans viande, mois sans tabac, mois sans alcool… Eric Boschman aimerait manger son boeuf maturé magnifié par un bon verre de rouge en terminant son repas par un gros cigare quand bon lui semble. Mais autour de lui, de grandes campagnes aimeraient influencer ses choix, pour le bien de la planète, pour faire du bien à son corps.

“On n’est pas des enfants !”

“Je suis fatigué de ces “mois sans…”, pensés et organisés par des gens qui pensent pour moi, qui me veulent du bien, qui veulent que je vive jusqu’à 98 ans en bonne santé, équilibré et plein d’amour pour la planète”

Car ce qui titille avant tout Eric Boschman, c’est “le côté moralisateur” de la campagne. “On n’est pas des enfants!  Oui, l’alcool c’est “pas bon”, c’est “méchant”, c’est “mauvais pour notre santé”… On le sait. Il y a une infantilisation permanente de tout notre univers.”

Il souhaite donc qu’on cesse de se fatiguer à penser pour lui. “J’ai envie que l’on me rende un peu de capacité à décider par moi-même de ce qui est bon pour moi.”

“Il n’y a rien de constructif, ceux qui en ont besoin ne vont pas faire la Tournée Minérale”

Mais si Eric Boschman considère être capable d’avoir un œil avisé sur sa consommation, doit-il pour autant remettre en question une action qui pourrait en sensibiliser d’autres?

“Je crois en l’homme, en l’humain, j’ose croire qu’il soit suffisamment intelligent pour décider ce qui est bon pour lui”, pense le sommelier. “Bien-sûr, qu’il y a des cons, mais les cons ne vont même pas penser à faire la Tournée Minérale!  Ici, il n’y a rien de constructif, car ceux qui ont un vrai problème ne vont pas la faire. L’alcoolisme, c’est une vraie maladie”. 

Eric Boschman n’espère pas changer le monde en publiant le fond de sa pensée sur les réseaux sociaux. Il assume entièrement ce qu’il dit, mais souligne avec l’humour et l’autodérision qu’on lui connaît: “Je deviens vieux, et les vieux, ça aime râler”.

 

Si vous voulez prouver à Eric Boschman que la cagnotte pour la recherche contre le cancer peut atteindre des sommets grâce à la Tournée Minérale, vous pouvez encore verser vos dons ICI. Il ne demande pas mieux.

Vous comptez fêter dignement la fin de la Tournée Minérale? Eric Boschman nous a livré deux de ses bars préférés pour trinquer:

"Infantilisation, marketing, mascarade": Eric Boschman livre son opinion sur la Tournée Minérale

Le Cali Club à Drogenbos, pour ses fabuleux cocktails, mais aussi sa belle scène occupée par une large programmation culturelle. Stand-up, jams, théâtre, concerts jazz-folk-pop, le Cali Club et son cadre cosy a déjà séduit bien des publics. En plus, il paraît qu’on y mange bien!

A Marche-en-Famenne, Eric Boschman a un faible pour le bar à vin Carpe Diem. Chaleureux et convivial, il est tenu par un patron qui en connaît un rayon. Pierre Vicini a été élu Meilleur Sommelier de Belgique dans les années 90! Aujourd’hui, dans un joli bar sans prétention, il partage avec ses clients sa passion pour le vin, mais aussi pour la musique blues. Régulièrement, des artistes sont invités à jouer des concerts en live.

 

Pour ne rien manquer de nos actualités, suivez Femmes d’Aujourd’hui et Délices de Femmes d’Aujourd’hui sur Facebook et Instagram ou inscrivez-vous à notre newsletter!

Ces articles pourraient vous intéresser:

  • Partagez ceci avec vos amis:

Newsletter

Pour ne pas rater les bons plans, recevez notre newsletter 1 fois par semaine!

Articles connexes