Nos derniers articles

Top Chef 2018: on a pris des nouvelles de Jeremy, de retour à Namur

Un Belge de moins dans Top Chef!

  • Partagez ceci avec vos amis:
Top Chef 2018: on a pris des nouvelles de Jeremy, de retour à Namur Article

La 9e saison du concours Top Chef démarre fort, mais on aurait aimé que le dernier rebondissement de l’émission ne soit pas l’élimination de Jeremy Vandernoot, l’un des deux représentants de notre pays !

On commençait déjà à s’attacher à Jeremy, candidat belge qui, très objectivement, ne méritait pas de partir si vite du concours Top Chef. Dès le lendemain de son élimination de l’émission, tournée en octobre, il a repris son quotidien et son travail de cuisinier à Namur. Après le service de midi, on lui a passé un coup de fil pour prendre de ses nouvelles.

A 27 ans, Jeremy travaille au restaurant l’Agathopède, où il est le second de cuisine de Carl Gillain, ancien candidat de Top Chef également, qui avait brillé lors de la troisième saison.  C’est d’ailleurs lui qui a lancé à Jeremy le défi de s’inscrire à l’émission.

“Top Chef, ça reste une émission de télé avant d’être un concours”

L’avantage d’un passage express dans Top Chef, c’est qu’on a pas le temps de prendre la grosse tête! Le Namurois garde les pieds sur terre et a moins le sentiment d’avoir raté un grand concours de cuisine qu’une émission de télévision.

“Mon élimination n’a pas remis en question mon envie de faire de la cuisine. Ça reste une émission de télé réalité avant d’être un concours. Ils cherchent certainement certains profils pour faire de l’audimat”, pense le jeune cuisinier, qui se rassure en se satisfaisant des étapes franchies. “Apparemment, mon niveau de cuisine était quand même assez élevé pour rentrer dans le concours!”.

Jérémy Vandernoot Top Chef saison 9 2

Depuis la diffusion de l’émission, Jeremy n’a pas reçu de propositions alléchante, voire même farfelue. Mais notre compatriote poursuit sa carrière en Wallonie, et pas par dépit!  “Pour l’instant, je me sens bien à l’Agathopède, je n’ai pas d’autre projet à  long terme”, dit le Namurois, qui avoue logiquement qu’il “rêve d’ouvrir un jour son propre restaurant”.

“Je suis attiré par la cuisine contemporaine, les produits de saison, la rencontre avec les producteurs”

Jérémy a déjà cuisiné pour de grands chefs, comme Sang-Hoon Degeimbre à L’Air du Temps**, Christophe Hardiquest au Bon Bon**, ou encore pour Yves Mattagne au Sea Grill**. Mais il souhaite engranger encore plus d’expérience avant de se lancer.

“Je suis encore fort jeune pour dire que j’ai un style de cuisine, surtout que je suis sous la houlette d’un chef. Mais je suis attiré par la cuisine contemporaine, les produits de saison et la rencontre avec les producteurs locaux.”

La vie de cuisinier dans un restaurant est bien remplie et Jeremy a un rythme de vie très soutenu. Alors quand il peut enfin décompresser, il ne s’embête pas à sublimer une betterave locale ou à (tenter de) faire passer la couleur de ses jus du rouge au bleu.


“Pizza, frites, pâtes au beurre… En cuisine, on mange très mal !”

“En dehors de mon boulot, je n’ai pas le temps de cuisiner! Le dimanche matin, je fais des courses avec ma copine, et on se force à préparer des plats avec des légumes, qu’on cuisine à l’avance pour le reste de la semaine”, explique-t-il.En cuisine, on mange très mal. Avec notre emploi du temps au restaurant, c’est très compliqué de s’asseoir pour manger.”

Les collègues de Jérémy en cuisine sont devenu des amis, avec qui il poursuit gaiement ses habitudes alimentaires sans prise de tête en dehors du restaurant, du moins quand ils en ont le temps. “On commande des pizzas les jours de Champions League, on mange des frites…” Et des pâtes au ketchup peut-être? “Non, mais je mange parfois des pâtes au beurre!”

Jérémy Vandernoot Top Chef saison 9 1

“On ne met pas assez les femmes en avant”

On s’en doute, lors de ses soirées pizza-foot entre collègues, il n’y a pas une majorité de femmes qui squatte le canapé. Cette année, elles sont deux à concourir pour devenir gagnante de Top Chef 2018. “Je ne veux pas paraître hautin, mais c’est représentatif de la profession, il y a moins de chefs masculins que féminins”, dit-il. “Mais la femme peut occuper une grande place, il y a de grandes cheffes, comme Anne-Sophie Pic ou Isabelle Arpin chez nous. On ne les met pas assez en avant.”

Mais alors, que faut-il faire pour se démarquer dans ce monde très masculin, si on est une femme? “A part une sensibilité qui fait que les femmes vont moins facilement accepter la critique, il n’y a pas de différence. Il faut s’affirmer et garder la tête froide, dans toutes les situations.”

Quant à savoir quel candidat il voit en finale, Jeremy reste prudent. “Je ne veux rien dire, je ne veux pas donner d’indice sans le vouloir sur la suite de l’aventure”, dit-il. “Mais j’espère que Geoffrey, le candidat belge, va gagner”.

Retrouvez Top Chef, le lundi à 20h20 sur RTL TVi.

Pour ne rien manquer de nos actualités, suivez Femmes d’Aujourd’hui et Délices de Femmes d’Aujourd’hui sur Facebook et Instagram ou inscrivez-vous à notre newsletter!

Ces articles peuvent aussi vous intéresser:

  • Partagez ceci avec vos amis:

Newsletter

Pour ne pas rater les bons plans, recevez notre newsletter 1 fois par semaine!

Articles connexes