Nos derniers articles

Les allergies alimentaires en questions

  • Partagez ceci avec vos amis:
Les allergies alimentaires en questions Article

En 5 ans, les allergies alimentaires ont doublé. Bonne nouvelle, on les comprend de mieux en mieux.

  • L’allergie à un aliment se transmetde génération en génération.
    FAUX. Ce qui se transmet, c’est l’atopie, c’est-à-dire la prédisposition génétique à l’allergie. Un enfant dont un des deux parents est allergique a 25 % de risque de l’être aussi, et 50 % si les deux le sont. Mais les allergènes auxquels il sera sensible dépendent de sa propre histoire, pas de celle de ses parents.

  • On peut devenir brusquement allergique à un aliment qu’on a toujours bien supporté.
    VRAI. La phase de sensibilisation nécessaire pour que l’organisme reconnaisse un allergène et lance contre lui des anticorps IgE dure parfois plusieurs années.
  • Une allergie alimentaire se manifeste toujours par des symptômes cutanés ou respiratoires.
    VRAI et FAUX. En règle générale, une allergie alimentaire se révèle en effet par des symptômes cutanés et/ou respiratoires.

    NOUVEAU! Toutefois, on se rend compte aujourd’hui que certains troubles digestifs (oesophagites et entéropathies) sont parfois des manifestations allergiques. Chez l’enfant, ce phénomène peut causer une anémie.

  • Quand on est allergique à certains aliments, il faut y renoncer pour la vie.
    FAUX… mais depuis peu! Longtemps, la découverte d’une allergie alimentaire a entraîné, surtout chez l’enfant, l’éviction totale et définitive de l’aliment en cause.

    NOUVEAU! Aujourd’hui, on recommande de faire des tentatives de réintroduction, en milieu hospitalier, tous les six ou douze mois, afin de relever le seuil de tolérance de l’allergique, et donc lui éviter des accidents, notamment avec les allergènes masqués.

  • Je suis allergique aux crevettes. Je dois donc éviter tous les crustacés.
    FAUX
    . Seul l’aliment qui provoque une réaction doit être écarté.

    NOUVEAU! Grâce à une nouvelle technique diagnostique, dite «des recombinants allergéniques », les spécialistes peuvent vous dire, à partir d’une simple prise de sang…
    – Si, malgré votre allergie aux crevettes, vous pouvez (ou non) consommer en toute tranquillité du homard ou des langoustines.
    – Si vous risquez (ou non) de faire un jour une réaction grave aux crevettes. L’avantage de cette technique est d’épargner aux allergiques, et en particulier aux enfants, des régimes inutilement sévères, qui peuvent provoquer des carences.

  • Pour les enfants, le plus dangereux des allergènes est l’arachide.
    VRAI , mais d’après des données récentes émanant de l’hôpital des enfants Reine Fabiola, elle partage désormais cette  première place avec la noisette. En cause, la consommation de plus en plus précoce de pâtes à tartiner à base de noisettes!
  • Une allergie alimentaire a toujours une cause alimentaire.
    FAUX. A cause du phénomène de l’allergie «croisée» (voir encadré), une réaction à des fruits de la famille des rosacées – pomme, cerise, pêche, prune, abricot – peut par exemple être induite par une allergie au pollen de bétulacées (bouleaux et aulnes).

    NOUVEAU! Les croisements alimentaires sont de mieux en mieux identifiés, les nouvelles techniques diagnostiques permettant de vérifier qu’il existe, entre le chat et la viande de porc, par exemple, des parties d’allergène communes.

  • Partagez ceci avec vos amis:

Newsletter

Pour ne pas rater les bons plans, recevez notre newsletter 1 fois par semaine!

Articles connexes