Nos derniers articles

La stevia, on en pense quoi?

  • Partagez ceci avec vos amis:
La stevia, on en pense quoi? Article

Un produit naturel qui sucre sans alourdir la note calorique, on en rêvait et en fait... ça existait! Connue depuis longtemps mais autorisée depuis peu en Europe, «l'herbe sucrée» débarque dans nos cuisines.

Les extraits de stevia pure s’utilisent à la place des édulcorants (chimiques ou naturels). Bon plan: pour 0 calories, ils sucrent les boissons chaudes, les desserts, les produits lactés, les confitures, etc. Ils sont disponibles sous diverses formes: en poudre blanche ou verte (selon son degré de raffinement), en concentré liquide et même en feuilles fraîches ou séchées.
Magique?

La saveur est neutre.

Vrai et faux. Sous forme liquide, la saveur est neutre. Mais la stevia en poudre ou en feuilles a un petit goût proche de la réglisse, parfois peu compatible avec l’aliment à adoucir, tel le café ou un gâteau. En revanche, juste allongée d’eau, elle constitue une savoureuse infusion.

C’est une plante facile à cultiver.

Vrai. Originaire des forêts d’Amérique du Sud, la stevia rebaudiana est apte à survivre sous les climats les plus rudes. Mais, si elle intéresse davantage les nutritionnistes que les passionnées de jardinage, c’est parce que ses feuilles vertes présentent un pouvoir sucrant important… sans fournir la moindre calorie. Les Indiens Guarani du Paraguay la surnomment d’ailleurs «l’herbe sucrée».

Sa commercialisation a été longtemps interdite.

Vrai. En tout cas en Europe et aux Etats-Unis. Ce n’est que suite à de nombreuses études prouvant son innocuité (dont celles réalisées en Belgique, à l’Université de Louvain), qu’elle a été autorisée chez nous comme complément alimentaire. Pourtant, cela fait plus d’un demi-siècle qu’elle est consommée régulièrement, comme alternative au sucre, en Asie et en Amérique du Sud.

Elle est ardemment défendue par des scientifiques.

Vrai. Depuis quelques décennies, le Professeur Jan Geuns (Département de biologie fonctionnelle de la Katholieke Universiteit Leuven) étudie la plante… et la défend vaillamment. A tel point qu’afin de la promouvoir, il a même créé l’European Stevia Association. Sur le site Internet de la KUL, il explique longuement ses travaux et cite les nombreuses études scientifiques effectuées sur le sujet. (European Stevia Research Center: http://bio.kuleuven.be/biofys/ESC/French/ESC.htm)

Cette plante est inoffensive.

Vrai. Les conclusions du professeur Jan Geuns, présentées sur son site, sont rassurantes: la stevia n’est pas toxique, ne fournit pas de calories, supporte de hautes températures, n’entraîne aucune dépendance, ne fermente pas au niveau intestinal, peut convenir aux enfants, etc. Lors de tests, il a prouvé que malgré d’énormes doses administrées à des hamsters, des rats ou des souris (5 à 8 g par kg) pendant deux ans, aucune formation de
cellules cancéreuses n’a été observée. Le scientifique rappelle également que les cas de cancers n’ont pas augmenté au Paraguay, au Brésil, au Japon où la stevia est utilisée depuis près de trente ans. De son côté, l’Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) a démontré que l’extrait de stevia ne modifie pas la glycémie des volontaires suite à une consommation régulière, trois fois par jour pendant un an. De quoi ravir les abonnées aux régimes, les diabétiques et les personnes souffrant de phénylcétonurie (interdits d’aspartame). Une précaution malgré tout: ce n’est pas parce que ce produit est 100 % naturel qu’il ne peut pas entraîner des allergies…

Cet édulcorant végétal ne se dénature pas à la cuisson.

Vrai. Il résiste à des températures allant jusqu’à 200 °C en conservant ses qualités sucrantes et sans modification de sa saveur. La stevia peut donc être employée pour réaliser des confitures, boissons, produits lactés, desserts, pâtisseries…

On peut en consommer autant qu’on veut

Faux. En 2004, la F.A.O. (Food & Agriculture Administration) et l’O.M.S. (Organisation Mondiale de la Santé) ont déterminé une DJA (Dose Journalière Acceptable) de 2 à 4 mg/kg de poids corporel. Rappelons que les nutritionnistes recommandent d’office de limiter le plus possible la consommation de produits sucrés, caloriques ou non, dès le plus jeune âge afin de favoriser une éducation au goût et aux vraies saveurs des aliments… En effet, il est désormais prouvé que les édulcorants augmentent l’appétit et entretiennent les préférences pour les saveurs sucrées. En utiliser une faible quantité dans le thé ou le café ne pose donc pas problème. Consommer des sodas (mêmes light) tous les jours s’avère nettement moins recommandé.

Tous les produits 100 % stevia se valent.

Faux. Actuellement, ils présentent un taux de principes actifs extrêmement variable. Cela dépend notamment du degré de maturité de la plante, des procédés d’extraction, du type de culture, etc. En l’absence de standardisation et de traçabilité, à ce stade, impossible de savoir exactement d’où vient la s

  • Partagez ceci avec vos amis:

Newsletter

Pour ne pas rater les bons plans, recevez notre newsletter 1 fois par semaine!

Articles connexes